L’illusion du choix et le paradoxe de la liberté

L’illusion du choix et le paradoxe de la liberté

James Baldwin sur L’amour, l’illusion du choix et le paradoxe de la liberté

“Rien n’est plus insupportable, une fois qu’on l’a, que la liberté.”

James Baldwin

D’après un article de MARIA POPOVA du Site « Brainpickings »

Nous, aucun de nous, ne choisissons le siècle dans lequel nous sommes nés, ou la peau dans laquelle nous sommes incarnés, ni même les chromosomes qui ont bâti notre bagage génétique. Nous ne choisissons pas du tout la bande d’homéostasie incroyablement étroite au sein de laquelle nous pouvons être vivants – dans des corps qui meurent lorsque leur température dépasse 40 degrés Celsius ou descend en dessous de 20 degrés, vivant sur une planète qui serait l’enfer volcanique de Vénus ou le désert glacial de Mars s’il était juste un peu plus près ou plus loin de son étoile.

illusion-du-choix-paradoxe-de-la-liberte-baldwin-livre-mon-carre-de-sable.odt-mon-carre-de-sable

Et pourtant, dans ces paramètres étroits de l’être, rien ne nous attire plus que la notion de liberté – le sentiment que nous sommes libres, cette illusion enivrante avec laquelle nous tentons désespérément de nous convaincre d’être un Être souverain. Plus le domaine est abstrait et idéologique, plus nous pouvons insister avec véhémence sur le fait que le choix moral dans des situations spécifiques à l’intérieur de paramètres étroits prouve une liberté totale. Mais plus la question se rapproche du cœur de notre être, plus l’illusion s’effondre de manière claire et catastrophique — nulle part plus impuissante que dans le domaine le plus intime de l’expérience : l’amour. Essayez de vouloir aimer quelqu’un – ou d’en sortir, essayez de vouloir que quelqu’un vous aime, et vous vous heurtez au fait fondamental que nous ne choisissons pas qui nous aimons. Nous ne pouvions pas choisir, car nous ne choisissons pas qui et ce que nous sommes, et dans tout amour qui est vraiment amour, nous aimons avec tout ce que nous sommes.

(suite…)

Mystérieuse Libellule

Mystérieuse Libellule

Interrogations sur un mystère réellement étonnant !

Il s’est produit un événement bien singulier hier, jeudi 10 juin, qui m’a laissé bien perplexe.
Il est toutefois nécessaire de replacer le contexte de cette histoire avant d’en regarder les éléments.

Histoire merveilleuse d’une rencontre hors du commun

Tout l’été 2020 dernier, une magnifique libellule est venue voleter au dessus de mon jardin, cela a commencé à peu près à la même période que maintenant et elle m’a tenu compagnie tous les jours sans avoir jamais manqué une seule journée ! Elle restait à chaque fois plusieurs heures et avait établi son territoire de chasse dans mon carré de nature privilégié et j’ai eu tout le loisir de l’observer avec une attention à chaque fois renouvelée, j’en ai profité pour me documenter sur le mode de vie de ces insectes fabuleux depuis la ponte, la vie de nymphe dans le monde aquatique jusqu’à son émergence dans le monde aérien avec sa métamorphose qui va la transformer en cet animal totalement extraordinaire que sont les représentants des Aeschnidae, classe à laquelle appartient cette libellule.

mysterieuse-libellule-mon-carre-de-sable

Or, ma première surprise fut de lire que cette espèce particulière est commune en Amérique du Nord et en Amérique centrale, mais elle ne vit pas en Europe, je réside pourtant dans le Sud de la France, sur la Côte d’Azur.

Il faut dire que je suis très lié avec la Province du Québec, où j’y ai vécu pendant vingt ans totalement, et pendant 6 ans ensuite, j’y passais régulièrement plusieurs mois par année, jusqu’à mars dernier.

Inutile de mentionner que je me suis familiarisé avec cette visiteuse quotidienne qui se laissait approcher sans crainte apparente, à deux reprises elle est même rentrée dans la maison dont une fois où elle était accompagnée d’un magnifique papillon !
Comprenne qui pourra !

(suite…)

La solitude d’après Hermann Hesse

La solitude d’après Hermann Hesse

Hermann Hesse sur la solitude, la valeur de la difficulté, le courage d’être vous-même et comment trouver votre destin

“La solitude n’est pas choisie, pas plus que le destin n’est choisi. La solitude nous vient si nous avons en nous la pierre magique qui attire le destin.”

«Personne ne peut vous construire le pont sur lequel vous, et vous seul, devez traverser le fleuve de la vie», écrivait le jeune Nietzsche en réfléchissant à ce qu’il faut pour se trouver. D’une manière ou d’une autre, cet homme d’une contradiction flagrante, louvoyant entre le découragement nihiliste et la navigation trépidante le long du bord de la folie, a réussi à inspirer certains des esprits les plus sûrs de l’humanité – parmi eux, le grand poète, romancier, peintre et lauréat du prix Nobel Hermann Hesse ( 2 juillet 1877 – 9 août 1962), qui a puisé dans la philosophie de Nietzsche les idées les plus humanistes, puis les a magnifiées avec sa propre humanité transcendante.

la-solitude-selon-hermann-hesse-if-the-war-goes-on-mon-carre-de-sable

If the War Goes on Broché – 15 novembre 1990
de Hermann Hesse (Auteur), R. Manheim (Traduction)

Certaines des idées les plus audacieuses de Hesse sur notre responsabilité humaine envers nous-mêmes et le monde se retrouvent dans sa «Lettre à un jeune Allemand», écrite à un jeune découragé en 1919 et incluse plus tard dans son anthologie de 1946 Si la guerre continue… (bibliothèque publique) , publié l’année où il a reçu le prix Nobel – la même pièce émouvante que Hermann Hesse a écrite sur l’espoir, l’art difficile de prendre ses responsabilités et la sagesse de la voix intérieure.

(suite…)

Les conséquences de la perte d’un ami ; par Saint-Exupéry

Les conséquences de la perte d’un ami ; par Saint-Exupéry

Les souffrances provoquées par la perte d’un ami, d’après l’auteur du «Petit Prince», Antoine de Saint-Exupéry

«Les vieux amis ne peuvent pas être créés de façon incontrôlable. Rien ne peut égaler le trésor des souvenirs communs, des épreuves endurées ensemble, des querelles et des réconciliations et des émotions généreuses. »

Antoine de Saint-Exupéry

Le choix d’un ami constitue un geste capital 

«Réfléchissez longtemps pour savoir si vous admettrez une personne donnée dans votre amitié», conseilla Sénèque en considérant l’amitié vraie et fausse, «mais lorsque vous avez décidé de l’admettre, accueillez-le de tout votre cœur et de toute votre âme. Perdre un ami qui a mérité une admission si sincère dans votre âme est l’une des peines les plus dévastatrices de la vie. Quelle que soit la forme que prend la perte – la mort, la distance, les diverses abandons de loyauté et d’amour qui creusent le cœur – c’est l’une des peines les plus dévastatrices de la vie. C’est aussi l’une des inévitabilités les plus absolues de la vie – nous perdrons chacun un ami bien-aimé à un moment ou à un autre, pour une cause ou une autre.

Personne n’a mieux articulé la désorientation de cette inévitabilité que l’auteur du Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry (29 juin 1900 – 31 juillet 1944) dans Du vent, du sable et des étoiles – cette collection infiniment enrichissante de son autobiographie. des vignettes, des enquêtes philosophiques et des réflexions poétiques sur la nature de l’existence, publiées au moment où la Seconde Guerre mondiale éclate et quatre ans avant Le Petit Prince, que Saint-Exupéry consacrerait à son meilleur ami dans ce qui reste peut-être le plus beau livre dédicace jamais composé .

Perdre cet ami est une véritable tragédie !

Du vent, du sable et des étoiles: Œuvres Broché – 15 novembre 2018 de Antoine de Saint-Exupéry (Auteur), Alban Cerisier (Sous la direction de)

Du vent, du sable et des étoiles = Saint-Exupéry

En pensant à sa vie de pilote, Saint-Exupéry considère avec une douceur non sentimentale l’expérience commune de perdre des collègues pilotes à cause d’un accident ou d’une guerre. Dans un passage qui dégage une vision universelle de la perte d’un ami, quelles que soient les circonstances, il écrit:

« Petit à petit… il nous arrive que nous n’entendrons plus jamais le rire de notre ami, que ce jardin unique est à jamais verrouillé contre nous. Et à ce moment commence notre vrai deuil, qui, bien qu’il ne soit pas déchirant, est encore un peu amer. Car rien, en vérité, ne peut remplacer ce compagnon. Les vieux amis ne peuvent pas être créés de façon incontrôlable. Rien ne peut égaler le trésor des souvenirs communs, des épreuves endurées ensemble, des querelles et des réconciliations et des émotions généreuses. Il est oisif, ayant planté un gland le matin, de s’attendre cet après-midi à s’asseoir à l’ombre du chêne. »

Alors la vie continue. Pendant des années, nous plantons la graine, nous nous sentons riches ; puis viennent d’autres années où le temps fait son travail et où notre plantation est maigre et clairsemée. Un à un, nos camarades s’échappent, nous privent de leur ombre.

 

Trois ans plus tard, c’est l’auteur qui disparaît à son tour

Trois ans plus tard, Saint-Exupéry offrirait la consolation la plus poétique qui soit, seule consolation pour ce chagrin existentiel, dans les dernières pages du Petit Prince – un livre sur la réconciliation du grand don inavoué d’aimer un ami avec l’inévitabilité de perdre cet ami. Dans la scène de clôture, le petit prince, sur le point de partir pour sa planète natale, dit au pilote malade du cœur qui ne veut pas le perdre et son rire d’or :

consequences-perte-ami-petit-prince-mon-carre-de-sable« Tous les hommes ont les étoiles… mais ce ne sont pas les mêmes choses pour différentes personnes. Pour certains, qui sont des voyageurs, les stars sont des guides. Pour les autres, ce ne sont que de petites lumières dans le ciel. Pour d’autres, qui sont des universitaires, ce sont des problèmes. Pour mon homme d’affaires, c’était une richesse. Mais toutes ces étoiles sont silencieuses. Vous – vous seul – aurez les étoiles comme personne d’autre ne les a… Dans l’une des étoiles je vivrai. Dans l’une d’elles, je rirai. Et ainsi ce sera comme si toutes les étoiles riaient, quand tu regardes le ciel la nuit… Et quand ton chagrin sera réconforté (le temps apaise tous les chagrins) tu seras content de m’avoir connu. Tu seras toujours mon ami. Vous aurez envie de rire avec moi. Et vous ouvrirez parfois votre fenêtre, donc, pour ce plaisir… Et vos amis seront bien étonnés de vous voir rire en levant les yeux vers le ciel!

Des mois plus tard, au grand chagrin de ses propres amis et des millions d’étrangers qui en étaient venus à l’aimer à travers ses livres, Saint-Exupéry deviendrait lui-même l’un des pilotes perdus, disparaissant au-dessus de la mer Méditerranée en mission de reconnaissance, sa poussière d’étoiles retourna silencieusement aux étoiles qui composaient l’univers étoilé.

Revisitez Saint-Exupéry sur l’amour et la mortalité, ce que le désert lui a appris sur le sens de la vie et comment un simple sourire humain a sauvé sa vie pendant la guerre.

Traduction d’un article de Maria Popova du site Brainpickings :

https://www.brainpickings.org/2019/05/28/antoine-de-saint-exupery-wind-sand-and-stars/?fbclid=IwAR2RrXbuO5Nkr-iaXQcWW80zKMyRP79pThd4ovI9HyBzWNzRpSTeNcPcKIM

Goethe : La psychologie des couleurs et des émotions

Goethe : La psychologie des couleurs et des émotions

Les couleurs déterminent en grande partie la manière dont nous expérimentons le monde.

Tant culturellement que biologiquement. Si les avis diffèrent quant à la manière dont les couleurs influencent nos vies, on s’accorde néanmoins à dire qu’elles ont une grande importance et nous influencent plus que nous le pensons.

J’ai découvert que le grand poète que fut Goethe que j’ai admiré à travers deux œuvres fondamentales, « Les souffrances du jeunes Werther qui a été sa première production et par ce que tout le monde considère comme son œuvre magistrale « Faust » et je suis resté quelques années sur ces impressions.

goethe-psychologie-des-couleurs-emotion-goethe-souffrances-werther--mon-carre-de-sable

Les Souffrances du jeune Werther de Goethe (Analyse de l’œuvre): Comprendre la littérature avec le Petit Littéraire Broché – 23 novembre 2017

 

goethe-psychologie-des-couleurs-emotion-goethe-faust--mon-carre-de-sable

Faust de Goethe (fiche de lecture et analyse complète de l’oeuvre) Broché – 22 octobre 2019
de Goethe (Auteur)

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant il y a une vingtaine d’années à travers l’étude des travaux de Rudolf Steiner, qui fut un spécialiste de l’ensemble de l’œuvre de Goethe, que ce génie avait également été un observateur très attentif des mondes minéral et végétal, qu’il avait fait un traité phénoménal sur la métamorphose des plantes qui m’avait estomaqué, mais aussi et surtout son fameux « Traité des couleurs » qui m’a fait entrevoir l’optique et notre manière de voir le monde qui nous entoure d’un regard totalement nouveau et stupéfiant.

L’optique devenait à travers le regard de Goethe un univers vivant, sensible et spirituel, tout l’inverse de la présentation qui nous a été peinte par Newton un processus froid et désincarné de diffraction de la lumière.

(suite…)

Le Jumeau perdu : handicap pour l’affirmation de soi ?

Le Jumeau perdu : handicap pour l’affirmation de soi ?

Le jumeau perdu est-il vraiment un handicap dans le processus d’affirmation de soi?

Quand on ne parvient pas à prendre pleinement sa place et ainsi oser s’affirmer, il n’est pas rare que l’on retrouve dans la mémoire cellulaire la présence d’un jumeau disparu dans les premières semaines de gestation.

Celui qui lui survit ne s’autorise pas à profiter de la vie. On parle alors du syndrome du jumeau perdu.

Et si ce jumeau éphémère avait une raison d’être ?

Anecdote

« Je me sens seule et triste même si je vis en couple. C’est comme si au fond de moi, je n’avais pas le droit de vivre, de réussir ; comme si je n’avais pas de place sur la Terre. Je m’en veux d’exister, je culpabilise. Je me rends compte que je me sabote aussi, comme si je n’avais pas le droit de faire les choses jusqu’au bout… J’ai l’impression de n’être jamais entendue, de ne pas pouvoir m’exprimer, de ne pas avoir le droit de m’exprimer. Les autres savent et font mieux que moi… Tout cela fait que je n’arrive pas à être moi, à être joyeuse et même heureuse. » Clara, 34 ans, nous évoque ainsi sa situation.

Clé du jour – Accueillir son jumeau pour oser s’affirmer

Peut-être ressentez-vous aussi cela au fond de vous? peut-être le voyez-vous chez votre enfant ? =

Il a du mal à s’endormir seul, il cherche toujours la compagnie des autres, voire d’un autre enfant. En grandissant, il manque de confiance en lui, se sent en trop, a du mal à trouver sa place. Il est peut-être habité par une sorte de mélancolie, parfois même il n’a pas de désir de vivre. Les autres passent avant lui, il a tendance à s’effacer. Il s’accroche à un doudou au-delà de la petite enfance …

Cela peut-être l’expression de ce que Bettina Austermann appelle le Syndrome du jumeau perdu : « un embryon sur 10 aurait un jumeau qui souvent disparaît pendant la grossesse » . C’était sans compter l’amplification de ce phénomène en raison de l’augmentation considérable des FIV. Le bébé qui naît ou jumeau survivant, présente alors ce syndrome.

 

Que s’est-il passé ?

Au début de sa vie intra-utérine, l’embryon n’est que perceptions : tout son corps est comme une grande oreille extrêmement sensible dit Tomatis dans son livre La nuit utérine. Or, dans le cas des jumeaux, ils sont deux, dans une proximité phénoménale. Ils se construisent à deux, se touchent, communiquent, jouent… ET puis, pour une raison inconnue, l’un d’eux décline, s’affaiblit. L’autre veut le sauver, le porter. Rien n’y fait, l’autre meurt. Le jumeau survivant parfois le porte pendant un certain temps, refusant de s’en séparer… Jusqu’au moment où l’autre disparaît. Parfois il fond progressivement (il se lyse dans les membranes ou dans le corps de son jumeau) ou il est arraché brusquement par des saignements.

La femme ne sait pas toujours qu’elle attendait des jumeaux. Les échographies précoces permettent parfois de le savoir ; parfois ce Jumeau utérinsont des pertes de sang alors que la grossesse continue qui peuvent l’exprimer ; parfois il n’y a aucun symptôme.

Le jumeau survivant vit dans la solitude le plus grand deuil de sa vie et bien souvent il en porte la mémoire sous forme d’une question : « Pourquoi moi ? » Pourquoi est-ce lui qui vit et non pas l’autre ? Du coup, il se refuse le droit d’exister vraiment en souvenir de son jumeau.Il vit alors un syndrome du survivant.

syndrome-jumeau-disparu-mon-carré-de-sable

 

Contrat de performance énergétique : l’accord choisi par les jumeaux

Pourtant, il se passe bien autre chose. L’incarnation demande que nous quittions un monde de l’éther pour expérimenter le monde de la matière sur Terre au moyen d’un véhicule qui est notre corps. Or, beaucoup d’entre nous rechignent à quitter le monde de la lumière d’où ils viennent car c’est un monde léger, rapide, réactif… mais dépourvu de sensations. Intégrer un corps leur donne l’impression d’être enfermé dans quelque chose de très limité qui est lourd, lent à mobiliser. Et, de plus, ils oublient une bonne part des informations auxquelles ils ont accès dans leur monde originel.

En présence de jumeaux, il arrive qu’ils établissent un “contrat” : l’un reste dans le monde éthérique afin de rester en contact avec la connaissance universelle alors que l’autre s’incarne pour expérimenter la matière et avoir accès aux sensations et à la conscience. On pourrait alors parler d’un “contrat de performance énergétique” favorisant un maximum d’échange avec un minimum d’énergie dépensée.

Ainsi, en restant en lien, ils pourront échanger leurs informations. C’est après avoir conclu ce pacte, que l’un d’eux se désintègre. Le problème, c’est que l’autre, en naissant oublie ce pacte tout en restant relié à son jumeau comme par un fil. Son corps porte alors la mémoire du manque et le fil active cette mémoire.

Arrive ensuite le temps où le jumeau resté dans l’éther doit continuer sa trajectoire : le pacte arrive à sa fin. La distance entre les deux jumeaux augmente, la tension du fil est plus importante amenant celui qui est sur Terre à réagir. C’est souvent à ce moment qu’il consulte, ou qu’il “tombe” sur un arricle, un reportage ou que “comme par hasard” quelqu’un lui en parle. Exactement comme le fait Clara dans notre anecdote.

Même si la fin du pacte permet à chacun de vivre pleinement sa vie, il n’en demeure pas moins que cela est souvent vécu comme un deuil. Certes, cela est profitable aux deux, pour leur évolution respective et même si d’une autre manière, ils vont rester en lien , la transition est parfois douloureuse et délicate.

Outils pratiques pour vous libérer de ce lien afin d’oser vous affirmer dans la vie

En ce qui vous concerne :

Voici comment accueillir votre jumeau en plusieurs étapes.

Commencez par vous installer confortablement et mettez-vous au point zéro :

  1. Lorsque vous sentez ce mal-être : c’est où dans votre corps ? Cela vous indique l’espace par lequel vous êtes en lien avec votre jumeau
  2. En lien avec cette espace laisser venir l’image d’un fil (quelque soit sa matière) qui part vers l’immensément grand et ouvrez un espace disponible. Votre intention (et non votre volonté) est de rencontrer votre jumeau. Laissez se dessiner une image, une sensation, un son et observez ce que cela crée chez vous.
  3. Respirez ce que cela apporte. Si vous ressentez le manque, donc l’absence, faite comme si vous reculiez dans le temps pour arriver à la présence et oser savourer cette présence.
  4. Dialoguez avec lui : vous pouvez le faire sur le moment ou dans votre quotidien
  5. Quel est son nom ? a-t-il (elle) des choses à vous dire ? Avez-vous des choses à lui dire ou des questions à lui poser ?
  6. Expérimentez le fait de sentir sa présence dans votre quotidien : qu’est-ce que cela change dans votre manière d’être et de vous comporter ? Comment peut-être vous aide-t-il dans vos décisions, dans vos actions ?
  7. Vous libérez du pacte : vous pouvez, lorsque vous serez prêt(e) de faire une sorte de rituel au cours duquel vous dites au-revoir à l’énergie de votre jumeau et le laissez partir. Trouvez vos mots, vos gestes, vos chants, votre lieu même si cela peut se faire dans le métro ou dans votre lit. C’est votre présence à cela qui vous libère du pacte.
  8. Vivre votre vie : même si le pacte n’est plus, vous gardez dans vos cellules la mémoire de la présence de votre jumeau. Cette mémoire est une ressource qui vous aide et vous soutient dans votre réalisation à condition que vous fassiez appel à elle que lorsque c’est nécessaire. Petit à petit, au fil du temps, vous aurez de moins en moins recours à cela.

En ce qui concerne votre enfant :

Peut-être savez-vous que votre enfant a eu un jumeau qui a disparu ; peut-être vous en doutez-vous par son comportement … que faire ?

  1. Exprimez-le lui avec des mots simples : « tu sais, quand tu étais tout petit dans mon ventre, il y avait quelqu’un d’autre avec toi, comme un compagnon. Un jour il a disparu. Peut-être que tu le cherches sur Terre… alors qu’il est dans le monde des étoiles. Il veille sur toi et t’accompagne même s’il aimerait bien que tu lui parles parfois. Tu te souviens de lui ? ».
  2. Autorisez-le à dialoguer avec cette présence. Vous pouvez l’amener à choisir une étoile dans le ciel avec laquelle il est relié, comme si elle le guidait dans la vie.
  3. Laissez la porte ouverte à ses besoins : « si tu as besoin de m’en parler, dis-le moi ». Ainsi vous lui remettez les clés et je vous invite à ne plus aller plus avant dans cette relation s’il ne vous y invite pas : elle touche quelque chose de très intime en lui qui mérite d’être respecté. Cette relation ne vous concerne pas.
  4. Lorsque la relation avec son jumeau est libre, elle évolue avec justesse. Il n’y a donc pas forcément besoin d’un rituel de fin du pacte car cela se fera en son temps.
  5. Si votre enfant est adolescent, vous irez encore moins loin tout en parlant de vous , par exemple : « j’ai quelque chose à te dire qui est important pour moi : quand es-tu disposé à l’entendre ? » « Au tout début de ta gestation, j’attendais des jumeaux et l’un deux est parti, te laissant seul. Je ne sais pas comment tu l’as vécu, si tu es resté en lien avec lui ou pas dans tes rêves ou dans ton imaginaire d’enfant. Si tu as envie que nous en parlions davantage, dis-le moi. Pour moi il était important que je te le dise. Qu’est-ce que ça te fait d’entendre cela ? » Et quoi qu’il vous réponde vous accueillez sans chercher à argumenter sauf s’il vous le demande.
  6. Voyons au travers d’une fable comment aborder cette question, cela pourrait aussi être une manière simple d’aborder le sujet avec votre enfant.

Tomatis dans son livre La nuit utérine.

Tomatis  son livre La nuit utérine.

Fable – La petite Ourse

Dame Ours contemplait, le cœur bien alangui

Son tout petit ourson jouer dans la clairière

Courant après les lièvres, loin de les menacer

Il espérait en eux trouver un compagnon

Les lièvres affolés partaient loin se cacher

Bien loin d’imaginer une telle intention

Ourson s’en revenait penaud près de sa mère

Qui l’accueillait contre elle, le cœur bien dépourvu

« Ce n’est rien mon bébé, tu es trop gros pour eux

Ils n’imaginent pas que tu es leur ami

Je suis bien seul maman, c’est triste dans mon cœur

J’ai besoin près de moi d’un peu de compagnie

A quoi sert une vie qu’on ne peut partager ? »

Mère Ours toute troublée d’entendre un tel discours

Se prit à raconter d’une voix mal assurée

« Un beau jour Cœur d’Amour, une ourse encore enfant

Au cœur si généreux qu’elle ne supportait plus

De ne pouvoir jouer avec tous à la fois

Décida de sauter bien haut dans les étoiles

Pour être disponible et veiller sur chacun.

On l’appelle Petite Ourse, c’est ta sœur dans le Ciel

Jamais elle ne t’oublie, de jour comme de nuit.

Elle attend simplement que tu te tournes vers elle. »

Enveloppé de nuit et des bras maternels

L’ourson leva les yeux et sourit aux étoiles

L’une d’elle, lui sembla-t-il, devint rouge puis verte

Il s’endormit confiant et rejoignit sa sœur

Et si, tous les enfants avaient dans les étoiles

Un jumeau qui l’espère ou peut-être son double

Pour lui parler du Ciel et de là d’où il vient ?

Morale

Quand il nous manque un être que l’on cherche sur Terre

Il suffit bien souvent d’ouvrir nos yeux du Ciel.

SOURCES :

Vivre avec le syndrome du jumeau perdu – DOCTISSIMO

Syndrome du jumeau disparu, mythe ou réalité ? – VERSION FEMMINA ou

Retrouver son jumeau disparu et s’incarner – MOTS POSITIFS

Un Article du Site “La Voie du Couple” – Astuces et accompagnement pour réussir sa vie de couple !

Le Jumeau perdu : handicap pour l’affirmation de soi ?