La solitude d’après Hermann Hesse

par | J Mai, 2021 | INDIVIDU, Mon Carré De Sable, Spiritualité - Âme | 0 commentaires

Hermann Hesse sur la solitude, la valeur de la difficulté, le courage d’être vous-même et comment trouver votre destin

“La solitude n’est pas choisie, pas plus que le destin n’est choisi. La solitude nous vient si nous avons en nous la pierre magique qui attire le destin.”

«Personne ne peut vous construire le pont sur lequel vous, et vous seul, devez traverser le fleuve de la vie», écrivait le jeune Nietzsche en réfléchissant à ce qu’il faut pour se trouver. D’une manière ou d’une autre, cet homme d’une contradiction flagrante, louvoyant entre le découragement nihiliste et la navigation trépidante le long du bord de la folie, a réussi à inspirer certains des esprits les plus sûrs de l’humanité – parmi eux, le grand poète, romancier, peintre et lauréat du prix Nobel Hermann Hesse ( 2 juillet 1877 – 9 août 1962), qui a puisé dans la philosophie de Nietzsche les idées les plus humanistes, puis les a magnifiées avec sa propre humanité transcendante.

la-solitude-selon-hermann-hesse-if-the-war-goes-on-mon-carre-de-sable

If the War Goes on Broché – 15 novembre 1990
de Hermann Hesse (Auteur), R. Manheim (Traduction)

Certaines des idées les plus audacieuses de Hesse sur notre responsabilité humaine envers nous-mêmes et le monde se retrouvent dans sa «Lettre à un jeune Allemand», écrite à un jeune découragé en 1919 et incluse plus tard dans son anthologie de 1946 Si la guerre continue… (bibliothèque publique) , publié l’année où il a reçu le prix Nobel – la même pièce émouvante que Hermann Hesse a écrite sur l’espoir, l’art difficile de prendre ses responsabilités et la sagesse de la voix intérieure.

D’APRÈS UNE TRADUCTION D’UN ARTICLE DE  MARIA POPOVA du site BRAINPICKINGS

https://www.brainpickings.org/2019/01/15/hermann-hesse-solitude-suffering-destiny/?fbclid=IwAR3zv5azryuC11locTh3vEffO1wPXAtzBS57jkMQY7zKk3sUs0O8DO5ku1I

la-solitude-selon-hermann-hesse-mon-carre-de-sable

Hesse a beaucoup apprécié Carl Gustav Jung

Des décennies avant, EE Cummings affirmait que «n’être personne d’autre que soi-même – dans un monde qui fait de son mieux, nuit et jour, pour faire de vous tout le monde – signifie mener la bataille la plus difficile que tout être humain puisse mener», Hermann Hesse écrit :

Vous devez désapprendre l’habitude d’être quelqu’un d’autre ou rien du tout, d’imiter la voix des autres et de confondre le visage des autres avec le vôtre.

[…]

Une chose est donnée à l’homme qui fait de lui un dieu, qui lui rappelle qu’il est un dieu: connaître le destin.

[…]

Quand le destin vient à un homme de l’extérieur, il le met bas, tout comme une flèche descend un cerf . Quand le destin vient à un homme de l’intérieur, de son être le plus profond, cela le rend fort, cela fait de lui un dieu… Un homme qui a reconnu son destin n’essaie jamais de le changer. L’effort pour changer le destin est une quête enfantine qui pousse les hommes à se quereller et à s’entre-tuer… Tout chagrin, poison et mort sont un destin étranger et imposé. Mais tout acte vrai, tout ce qui est bon, joyeux et fécond sur la terre, est un destin vécu, un destin devenu soi.

Faisant écho à l’insistance de Nietzsche sur le fait qu’une vie épanouie nécessite d’embrasser plutôt que de fuir les difficultés, Hesse exhorte les jeunes à traiter leur souffrance avec respect et curiosité, et il ajoute :

Votre douleur amère ne serait-elle pas la voix du destin, cette voix ne deviendrait-elle pas douce une fois que vous l’aurez comprise?

[…]

L’action et la souffrance, qui ensemble composent nos vies, sont un tout ; ils sont un. Un enfant souffre de son engendrement, il souffre de sa naissance, de son sevrage ; il souffre ici et y souffre jusqu’à ce qu’à la fin il subisse la mort. Mais tout le bien d’un homme, pour lequel il est loué ou aimé, n’est qu’une bonne souffrance, la bonne sorte, la souffrance vivante, une souffrance à part entière. La capacité de bien souffrir représente plus de la moitié de la vie – en fait, c’est toute la vie. La naissance souffre, la croissance souffre, la graine souffre de la terre, la racine subit la pluie, le bourgeon subit sa floraison.

De la même manière, mes amis, l’homme subit le destin. Le destin est la terre, c’est la pluie et la croissance. Le destin fait mal.

Bien avant que Simone Weil ne réfléchisse à la manière d’utiliser notre souffrance, Hesse considère les difficultés comme «la forge du destin» et ajoute :

la-solitude-selon-hermann-hesse-siddhartha-mon-carre-de-sable

roman initiatique

Il est difficile d’apprendre à souffrir. Les femmes réussissent plus souvent et plus noblement que les hommes. Apprenez d’elles ! Apprenez à écouter quand la voix de la vie parle ! Apprenez à regarder quand le soleil du destin joue avec vos ombres ! Apprenez à respecter la vie ! Apprenez à vous respecter ! De la souffrance jaillit la force…

Écrivant quinze ans après avoir fait d’immenses efforts pour briser la transe de l’agitation, Hesse revient dans le bac à sable de l’individualité – la solitude :

L’action vraie, l’action bonne et rayonnante, mes amis, ne naît pas de l’activité, de l’effervescence, elle ne découle pas du martèlement industrieux. Il pousse dans la solitude des montagnes, il pousse sur les sommets où résident le silence et le danger. Il naît de la souffrance que vous n’avez pas encore appris à connaître.

[…]

La solitude est le chemin sur lequel le destin tente de conduire l’homme à lui-même. La solitude est le chemin que les hommes craignent le plus. Un chemin plein de terreurs, où serpents et crapauds guettent… Sans solitude il n’y a pas de souffrance, sans solitude il n’y a pas d’héroïsme. Mais la solitude que j’ai en tête n’est pas la solitude des poètes joyeux ou du théâtre, où la fontaine bouillonne si doucement à l’embouchure de la grotte de l’ermite.

Apprendre à être nourri par la solitude plutôt que vaincu par elle, soutient Hesse, est une condition préalable à la prise en charge de notre destin :

La plupart des hommes, le troupeau, n’ont jamais goûté à la solitude. Ils quittent père et mère, mais seulement pour ramper vers une femme et succomber tranquillement à une nouvelle chaleur et à de nouveaux liens. Ils ne sont jamais seuls, ils ne communient jamais avec eux-mêmes. Et quand un homme solitaire croise leur chemin, ils le craignent et le haïssent comme la peste ; ils lui jettent des pierres et ne trouvent pas de paix tant qu’ils ne sont pas loin de lui. L’air autour de lui sent les étoiles, les espaces stellaires froids ; il n’a pas le doux parfum chaud de la maison et du couvoir.

[…]

Un homme doit être indifférent à la possibilité de tomber, s’il veut goûter à la solitude et faire face à son propre destin. Il est plus facile et plus doux de marcher avec un peuple, avec une multitude – même dans la misère. Il est plus facile et plus réconfortant de se consacrer aux «tâches» de la journée, les tâches accomplies par la collectivité.

la-solitude-selon-hermann-hesse-perles-de-verre-mon-carre-de-sable

Le Jeu des perles de verre

Dans un sentiment que la poète May Sarton ferait écho dans sa stupéfiante ode à la solitude deux décennies plus tard, Hesse ajoute:

La solitude n’est pas choisie, pas plus que le destin n’est choisi. La solitude nous vient si nous avons en nous la pierre magique qui attire le destin.

Deux millénaires après que Sénèque eut averti que «tous vos chagrins vous ont été gaspillés si vous n’avez pas encore appris à être misérable», Hesse exulte:

Béni soit celui qui a trouvé sa solitude, non pas la solitude représentée dans la peinture ou la poésie, mais sa solitude propre, unique et prédestinée. Béni soit celui qui sait souffrir ! Béni soit celui qui porte la pierre magique dans son cœur. À lui vient le destin, de lui vient l’action authentique.

En accord avec la vision lyrique de Seamus Heaney selon laquelle «le chemin véritable et durable vers et à travers l’expérience implique d’être fidèle… à votre propre solitude, fidèle à votre propre connaissance secrète», Hesse s’adresse aux jeunes:

Vous avez été fait pour être vous-mêmes. Vous avez été fait pour enrichir le monde d’un son, d’un ton, d’une ombre.

[…]

En chacun de vous il y a un être caché, toujours dans le sommeil profond de l’enfance. Donnez-lui vie! En chacun de vous il y a un appel, une volonté, une impulsion de la nature, une impulsion vers le futur, le nouveau, le plus haut. Laissez-le mûrir, laissez-le résonner, nourrissez-le ! Votre avenir n’est pas ceci ou cela ; ce n’est pas de l’argent ou du pouvoir, ce n’est pas la sagesse ou le succès dans votre métier – votre avenir, votre chemin difficile et dangereux est celui-ci: mûrir et trouver Dieu en vous-mêmes.

la-solitude-selon-hermann-hesse-loup-dess-steppes-mon-carre-de-sable

Le Loup des steppes

Un siècle plus tard, la pièce entière reste une lecture spectaculaire et profondément perspicace, tout comme l’ensemble de If the War Goes On… de ce formidable écrivain qu’est Hermann Hesse

 

 

 

 

 

Une suggestion spéciale de Chantal Mougenot –  dont je recommande la visite de son excellent site et surtout de sa dernière page mentionnant son retour en France après un grand succès au Canada, dans la province de Québec = https://crisalida-rebozo-quebec.com/chantal-france/ _

L’excellent ouvrage de cet auteur :

la-solitude-selon-hermann-hesse-montagne-magique-mon-carre-de-sable

La Montagne magique Broché – 26 mars 1985
de Thomas Mann (Auteur)

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blogue Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Webmestre

La conception, la gestion et l’entretien du Site  “Mon Carré de Sable” sont assurés par : Michel Mougenot

“CDS – Mon Carré de Sable”

Michel Mougenot gère également les Sites suivants  :

Le Site Crisalida Rebozo Québec

Le Site Kazilik

Le site Bloomfelt

le mode de subsistance de mon carré de de sable

Ce site vous plait ? merci de bâtir Mon Carré De Sable
Nous avons décidé que Mon Carré De Sable reste un blog indépendant, libre et gratuit ! Néanmoins, celà me prend des centaines d'heures par mois en recherches, rédaction et gestion informatique et multimédia. Toutefois, c'est un choix raisonné et assumé depuis le début qu'il est hors de question de remettre en cause.

Si vous trouvez du bonheur, de la joie, de l'intérêt et ou de valeur dans ce que je fais, s'il vous plaît envisagez de devenir membre et de soutenir mon initiative avec un don mensuel récurrent de votre choix, d'une valeur comprise entre café (ou un cappuccino !) un et un bon dîner (un soir de Saint-Valentin ? 🙂 )

DONATION MENSUELLE – À TITRE INDICATIF

♥ 3 € / mois
♥ 5 € / mois
♥ 7 € / mois
♥ 10 € / mois
♥ 25 € / mois
♥ ??? € / mois

Oui je soutiens Mon Carré de Sable !

J'aimerais vous recommander de visiter 3 sites auxquels je tiens tout particulièrement, le premier s'appelle Kazilik, c'est le site d'une artiste niçoise qui fait des créations très originales, le second s'appelle Crisalida Rebozo Québec, comme son nom l'indique il traite de la technique du rebozo par deux femmes formidables dans la province du Québec et le troisième est le site d'une artiste Internationale qui travaille le feutre. D'origine hollandaise, elle vit au Québec. Ci-dessous, les boutons pour accéder à leurs pages ; excellente visite !