Pourquoi l’excès émotionnel est essentiel à l’écriture et à la créativité

Considérations d’Anaïs Nin sur les inspirations créatrices

Toute chose est toujours née de l’excès : le grand Art est né de grandes terreurs, d’une grande solitude, de grandes inhibitions, d’instabilités et il les équilibre toujours.

Aujourd’hui, le 21 février, est la date anniversaire de la naissance, il y a 116 ans, d’Anaïs Nin, « une écrivaine américaine née en France dont les parents étaient originaires de Cuba. Elle doit sa notoriété à la publication de journaux intimes qui s’étalent sur plusieurs décennies et offrant une vision profonde de sa vie privée et de ses relations1. La version non censurée de ses journaux n’a pu être publiée qu’après sa mort et celle de son mari. Elle est aussi l’une des premières femmes à écrire des ouvrages érotiques. » d’après Wikipedia

Pourquoi l’excès émotionnel est essentiel

Une traduction libre d’un article de Maria Popova sur le site « Brainpickings »

Le troisième tome des journaux d’Anaïs Nin a fait l’objet d’une vente importante au cours des dernières semaines. Il a permis de rediffuser des méditations réfléchies et intemporelles de l’écrivaine sur la vie, les mouvements de masse, de la rivalité Paris contre New York dans les années 40, de ce qui fait une grande ville et et des joies des arts et de l’artisanat.

L’édition suivante, Le journal d’Anais Nin, vol. 4: 1944-1947 (bibliothèque publique) est un trésor tout aussi riche en sagesse sur ce tout, de la vie à l’amour en passant par l’art d’écrire. En fait, le cadeau d’Anaïs Nin brille de tout son éclat quand elle aborde tous ces sujets et plus encore en quelques phrases bien enluminées.

C’est le cas de cette excellente lettre de conseils qu’elle a envoyée à un auteur en herbe de 17 ans, Leonard W., qu’elle avait prise sous son aile en tant que mentor créatif. Anaïs Nin lui écrit:

Pourquoi l’excès émotionnel est essentiel

J’aime toujours vivre au début de ma vie, pas à la fin. Nous perdons tous une partie de notre foi sous l’oppression de dirigeants fous, d’une histoire démente, de cruautés pathologiques de la vie quotidienne…

Par nature, je commence toujours à accorder du crédit aux autres et je trouve votre proximité plus fructueuse que celle d’Edmund Wilson par exemple, qui affirme ses opinions, ses croyances et ses connaissances comme la vérité ultime.

Les personnes âgées tombent dans des schémas rigides. La curiosité, le risque, l’exploration sont oubliés par eux. Vous n’avez pas encore découvert que vous avez beaucoup à donner et que plus vous en donnez, plus vous en tirerez de richesses. Je me suis étonnée que vous ayez le sentiment que chaque fois que vous écrivez une histoire, vous abandonniez l’un de vos rêves et que vous vous sentiez plus pauvre. Mais alors, vous n’avez pas pensé à l’essentiel ! : que ce rêve était implanté dans d’autres, d’autres commencent à le vivre aussi, il est partagé, c’est le début de l’amitié et de l’amour.

[…]

Vous ne devez pas craindre, de retenir, compter ou être avare avec vos pensées et vos sentiments. Il est également vrai que la création découle d’un débordement.

Vous devez donc apprendre à consommer, à boire, à vous nourrir et à ne pas avoir peur de la plénitude. La plénitude est comme un raz-de-marée qui vous transporte ensuite, vous emmène dans l’expérience et dans l’écriture. Permettez-vous de couler et de déborder, tenez compte de l’élévation de température, de toutes les expansions et intensifications. Toute chose est toujours née de l’excès : le grand Art est né de grandes terreurs, d’une grande solitude, de grandes inhibitions, d’instabilités et il les équilibre toujours. S’il vous semble que j’évolue dans un monde de certitudes, vous devez par contre bénéficier du grand privilège de la jeunesse, à savoir que vous évoluez dans un monde de mystères. Mais les deux doivent être gouvernés par la foi.

Pour compléter vos lecture nous vous conseillons les articles suivants :

Polyamour, une nouvelle philosophie conjugale ?

Le paradoxe central de l’Amour

Le paradoxe de la liberté par Erich Fromm

email

Auteur : Michel Mougenot

Rédacteur, biographe professionnel, écrivain public, blogueur (moncarredesable.com), stratégie webmarketing, copywriting Mes compétences sont entièrement consacrées à ma passion pour l'écriture. Depuis tout jeune le besoin d'écrire s'est fait sentir, celui de lire l'avait précédé immédiatement, tout livre qui me tombait sous la main était dévoré rapidement ce qui m'a donné très rapidement un don pour la rédaction et la création... Roquebrune-Cap-Martin, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.