Le nouveau cap, en mars on met le turbo

Mars, Mon Carré De Sable prend un nouveau cap

Dimanche passé j’ai publié une note sur mon blogue dans laquelle je mentionnais vouloir prendre un nouveau cap par rapport au départ fulgurant de ce site -10.000 pages visitées et tout cela dans mon deuxième mois de vie sur la blogosphère !

Les bateaux et principalement les voiliers, ici un bateau dans une crique cristalline en Corse est au mouillage, en arriêre plan la côte escarpée et sauvage de Sartene, un nouveau cap
quoi de mieux que la Méditterrannée pour prendre un nouveau cap
Partir pour prendre un nouveau cap, un rendez-vous avec l’aventure !!!

avant de suivre un nouveau cap : MERCI À MES PREMIERS LECTEURS !!!

Je crois qu’il s’agit là d’un bon succès, dans la mesure où je n’ai eu recours à aucune publicité pour en faire la promotion, toute l’affluence dont j’ai bénéficié viens du référencement naturel et du bouche à oreille.

Bon anniversaire les Babayagas !!!

Ma femme m’a dit plusieurs fois par le passé : « Quand nous serons vieux et que tu mourras, j’irai terminer ma vie dans un lieu où on se regroupera à plusieurs, solidairement, pour vivre une retraite paisible tout en restant active, vivante et utile à mon entourage et à la société»

 

 Merci Thérèse Clerc pour cette initiative que vous avez amené à son succès !

Inventer de nouvelles façons d’aborder la vieillesse ? C’est le pari lancé par Thérèse Clerc et une vingtaine de femmes à travers le projet de la maison des Babayagas. Une solution d’habitat accessible à des « vieilles » telles qu’elles se nomment et proposant une alternative à la maison de retraite.

Je me suis demandé pourquoi elle ne commencerait pas immédiatement et s’occuperait de moi avec dévouement et attention, mais je me suis gardé de le mentionner, gardant un soupçon de restriction….

Son idée était toutefois très judicieuse, nous manquons cruellement de solidarité dans nos sociétés modernes qui sont de plus en plus individualistes, particulièrement une fois l’âge de la retraite atteinte, la raison la plus évidente est que nous mettons l’emphase sur la productivité, les investissements dans l’éducation de nos enfants sont essentiellement tendus vers le but d’en faire de parfaits individus totalement adaptés aux besoins productifs en capital humain et d’en faire de parfaits citoyens totalement acquis au bonheur de consommer quasiment sans limite ! Dans un tel schéma social, les vieux prennent un peu le rôle du citron pressé dont il ne reste plus grand chose à tirer et qui devient un « fardeau économique » après avoir contribué à la bonne marche de l’économie.

Et puis il y a eu ce projet fou des Babayagas, connaissez-vous les Babayagas ?

En route, nous allons leur rendre une petite visite, suivez-moi en Seine-Saint-Denis, à Montreuil, mais je voudrais avant de continuer, rendre un hommage tout particulier à la Babouchka de cette association …

Décès de Thérèse Clerc juste avant le troisième anniversaire ….

Continuer la lecture de « Bon anniversaire les Babayagas !!! »