Bon anniversaire les Babayagas !!!

Ma femme m’a dit plusieurs fois par le passé : « Quand nous serons vieux et que tu mourras, j’irai terminer ma vie dans un lieu où on se regroupera à plusieurs, solidairement, pour vivre une retraite paisible tout en restant active, vivante et utile à mon entourage et à la société»

 

 Merci Thérèse Clerc pour cette initiative que vous avez amené à son succès !

Inventer de nouvelles façons d’aborder la vieillesse ? C’est le pari lancé par Thérèse Clerc et une vingtaine de femmes à travers le projet de la maison des Babayagas. Une solution d’habitat accessible à des « vieilles » telles qu’elles se nomment et proposant une alternative à la maison de retraite.

Je me suis demandé pourquoi elle ne commencerait pas immédiatement et s’occuperait de moi avec dévouement et attention, mais je me suis gardé de le mentionner, gardant un soupçon de restriction….

Son idée était toutefois très judicieuse, nous manquons cruellement de solidarité dans nos sociétés modernes qui sont de plus en plus individualistes, particulièrement une fois l’âge de la retraite atteinte, la raison la plus évidente est que nous mettons l’emphase sur la productivité, les investissements dans l’éducation de nos enfants sont essentiellement tendus vers le but d’en faire de parfaits individus totalement adaptés aux besoins productifs en capital humain et d’en faire de parfaits citoyens totalement acquis au bonheur de consommer quasiment sans limite ! Dans un tel schéma social, les vieux prennent un peu le rôle du citron pressé dont il ne reste plus grand chose à tirer et qui devient un « fardeau économique » après avoir contribué à la bonne marche de l’économie.

Et puis il y a eu ce projet fou des Babayagas, connaissez-vous les Babayagas ?

En route, nous allons leur rendre une petite visite, suivez-moi en Seine-Saint-Denis, à Montreuil, mais je voudrais avant de continuer, rendre un hommage tout particulier à la Babouchka de cette association …

Décès de Thérèse Clerc juste avant le troisième anniversaire ….

Le 28 février, dimanche qui vient, les Babayagas fêteront leur troisième anniversaire d’existence, ce sera malheureusement sans Thérèse Clerc la colorée fondatrice et qui fut présidente de la Maison des Babayagas ! Thérèse Clerc est décédée la semaine passée en ayant toutefois la satisfaction ultime d’avoir pu mourir dans l’environnement qu’elle avait rêvé de bâtir il y a pratiquement une vingtaine d’années. Elle a finalement obtenu la réussite en 2013 et c’est le cœur léger que confère la satisfaction du travail accompli  qu’elle laisse vivre son projet à sa suite, je suis certain que beaucoup de Matriochkas vont lui succéder et faire de cette belle maison un lieu de vie, de joie et de bonheur comme Thérèse le souhaitait ardemment et a su l’imposer en convaincant même les plus méfiants ! Elle était comme ça Thérèse, convaincue, droite et fière : Merci

Ce projet de lieu commun pour les femmes, dynamiques, autonomes, engagées activement dans leur communauté est tout sauf une maison de retraite telle que nous la concevons habituellement ! Le principe de vie des Babayagas est simple, si simple qu’il leur a fallu faire preuve de persuasion et d’originalité pour convaincre tous les intervenants politiques locaux et régionaux que ce n’était pas une utopie mais bien une urgence quand on connaît les alternatives disponibles de traitement habituels et d’hébergements « précaires » de nos aînés actuellement.
Il s’agit même d’une innovation sociale retentissante telle que les féministes savent si bien le faire. Il s’agit d’une maison autogérée pour femmes âgées qui, évidemment, inclut les règles de la démocratie participative à tous les niveaux de fonctionnement ! Jugez plutôt ; voyez comme la vidéo à la fin de cet article de l’inauguration en 2013 déménage et comme sa présidente Thérèse Clerc mets tout de suite les points sur les i
« Nous on ne veut pas de maison de retraite, on ne veut pas de bonnes femmes qui nous emmerdent pour faire la toilette à l’heure, les repas à l’heure … Non ! »
Il aura fallu quinze ans pour que ce projet voit enfin le jour ce qui témoigne bien que notre monde est très mal adapté aux situations qui tiennent compte des besoins individuels et légitimes de la population, qui sortent des cadres préétablis par l’administration omniprésente qui gère tous les secteurs de notre existence et pour peu que ce projet soit original, innovant et créatif, il va être particulièrement compliqué à le faire valider et le mettre au monde !
Les femmes sont excellentes dans cet environnement où il faut se battre pour créer la vie et lui assurer sa pérennité, alors, sincèrement bravo pour votre acharnement, félicitations pour avoir porté ce projet à bras le corps et joyeux anniversaire les Vieilles Thérèse est présente dans vos cœurs j’en suis persuadé !

Idée de reportage ?

J’aimerais aller rencontrer les membres de cette association qui ont choisi de vivre en commun, en choisissant un mode de vie autogéré plutôt qu’être placées dans une institution plutôt impersonnelle qui ne place pas forcément l’individu au cœur des préoccupations en tout cas, aucune comparaison avec l’esprit qui a dirigé les fondatrices de cette initiative.
Je crois que c’est un bel hommage à rendre à Thérèse Clerc pour avoir été la précurseur(e) ou précurseuse ?
Mon correcteur orthographique souligne précurseuse d’une vaguelette rouge, pourtant, ça existe une précurseuse ; Thérèse, il reste encore du chemin à faire, ne t’inquiète pas pour nous, on ne restera pas sans rien faire !
Mais surtout, je crois que ce serait un beau symbole de passage de flambeau entre la flamme du groupe qui s’est constitué autour de Thérèse quand ce projet s’est élaboré et le feu des participantes de cette association qui continue de brûler en elles et qui continue de leur chauffer le cœur

email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.