De l’importance d’avoir peur d’après le prix Nobel, la Polonaise Wisława Szymborska (1923 – 2012), sur les contes de fées, le rôle de la peur et sa nécessité dans le processus d’évolution de notre intelligence existentielle.

«Andersen a eu le courage d’écrire des histoires avec des fins malheureuses. Il ne croyait pas que vous deviez essayer d’être bon parce que cela paie… mais parce que le mal découle d’un retard intellectuel et émotionnel et est la seule forme de pauvreté qui devrait être évitée. »

Le conte de fée comme un révélateur émotionnel et un amplificateur synaptique

importance-avoir-peur-piece-Edith Amsellem-mon-carre-de-sable

Image de la pièce “J’ai peur quand la nuit sombre” : CRÉDIT PHOTO Édith Amsellem

Cette semaine, j’ai assisté à une représentation en plein air très intéressante : il s’agit d’une performance d’acteurs excellents qui s’exprimaient dans le cadre idyllique du site des Grottes de Saint-Cézaire, le spectacle s’est donné entre « chiens et loups » (!), à la brunante comme on dit au Québec.

Le spectacle revisite le conte du « Petit Chaperon rouge » et le recentre dans un univers contemporain s’articulant autour de trois générations de femmes et d’un Loup…

Dans cette pièce, J’ai peur quand la nuit sombre, « Edith Amsellem, metteuse en scène, s’éloigne ici des versions édulcorées du conte, celles que l’on connaît, pour mettre à jour celles issues des traditions orales qui invitent les jeunes filles à plus d’audace et de liberté ! »

importance-avoir-peur-bettelheim-mon-carre-de-sableL’interprétation est magistrale, la mise en scène extrêmement originale et le tout nous plonge dans des réflexions très intenses si on est prêts à basculer dans la symbolique des contes « pour enfants » et dans l’univers des légendes qui ont bercé nos enfances, certainesimportance-avoir-peur-mon-carre-de-sable représentant même l’essence d’un Peuple ou d’une civilisation, je ne prendrai que l’exemple des civilisations grecques, romaines ou égyptiennes, ou même les sagas nordiques qui ont été constitutives des traditions et du sentiment d’appartenance très intense, d’un liant privilégié entre les individus constituant de multiples générations.

Les contes et légendes opèrent donc un ciment social, mais sont également constructifs de la psyché et de l’inconscient de l’individu, Carl Gustav Jung et Bruno Bettelheim ont traité le sujet de manière magistrale dans deux ouvrages de référence !

Je vous invite à aller voir cette prestation d’Édith Amsellem – maintenant que nous sommes à nouveau libres de sortir pour voir des spectacles ! – de lire ou relire les deux ouvrages cités, et de repasser à travers tous les contes et légendes de notre enfance, consulter – ou encore bien mieux entendre et ou réciter ces merveilleux textes est un bonheur inestimable qui s’adresse sans intermédiaire à notre subconscient.

Intelligence émotionnelle et intelligence existentielle sont stimulées par des récits tels que les contes et les légendes

« Si vous voulez que vos enfants soient intelligents », a déclaré Albert Einstein, « lisez-leur des contes de fées. Si vous voulez qu’ils soient très intelligents, lisez-leur plus de contes de fées. »

L’intelligence, bien sûr, est un terme générique qui englobe de multiples manifestations, mais la perspicacité attribuée à Einstein s’applique sans équivoque à la neuvième des intelligences multiples du psychologue du développement Howard Gardner : l’intelligence existentielle. Les contes de fées – le genre approprié, ces contes originaux des frères Grimm et Hans Christian Andersen dont je me souviens de mon enfance en Europe de l’Est, non aseptisés par la censure et non adoucis par les récits américains – affirment ce que les enfants savent intuitivement être vrai mais qu’on leur apprend progressivement à oublier, puis à craindre : que le terrible et le terrifiant jaillissent de la même source, et que ce qui confère à la vie sa beauté et sa magie, ce n’est pas l’absence de terreur et de tumulte, mais la grâce et l’élégance avec lesquelles nous naviguons dans cet environnement.importance-avoir-peur-gardner-mon-carre-de-sable

Cette notion était au cœur de l’observation de J.R.R. Tolkien sur la psychologie des contes de fées. Près d’un siècle plus tard, en racontant Hansel et Gretel, Neil Gaiman a affirmé que « si vous êtes protégé des choses sombres, vous n’avez aucune protection, connaissance ou compréhension des choses sombres lorsqu’elles apparaissent ».

La grande poétesse polonaise et lauréate du prix Nobel Wis Sawa Szymborska (2 juillet 1923-1er février 2012) plaide merveilleusement bien en faveur du don de développement de l’effroi dans Nonrequired Reading (bibliothèque publique) – cette magnifique collection en prose de ses réponses et riffs sur des livres qu’elle a dévorés lors d’une frénésie de lecture vorace dans les années 1970, ce qui nous a également donné ses méditations sur ce que les livres font pour l’esprit humain et comment la perspective de la solitude cosmique peut élargir notre humanité.

Avoir peur est d’une importance primordiale pour notre développement

Dans un article intitulé « L’importance d’avoir peur » – une réflexion sur la première édition des contes de fées de Hans Christian Andersen, qui a révolutionné la narration – Szymborska écrit :

Les enfants aiment être effrayés par les contes de fées. Ils ont un besoin inné de ressentir des émotions puissantes. Andersen a fait peur aux enfants, mais je suis certaine qu’aucun d’entre eux ne lui en a tenu rigueur, pas même après qu’ils ont grandi. Ses contes merveilleux regorgent d’êtres indubitablement surnaturels, sans parler des animaux parlants et des seaux loquaces. Tout le monde dans cette confrérie n’est pas inoffensif et bien disposé. Le personnage qui revient le plus souvent est la mort, un individu implacable qui se faufile à l’improviste au cœur même du bonheur et emporte le meilleur, le plus aimé. Andersen prenait les enfants au sérieux. Il leur parle non seulement des joyeuses aventures de la vie, mais de ses malheurs, de ses misères, de ses défaites souvent imméritées. Ses contes de fées, peuplés de créatures fantastiques, sont plus réalistes que des tonnes d’histoires pour enfants d’aujourd’hui, qui s’inquiètent de la vraisemblance et évitent le contexte merveilleux comme la peste. Andersen a eu le courage d’écrire des histoires avec des fins malheureuses. Il ne croyait pas que vous deviez essayer d’être bon parce que cela paie (comme les contes moraux d’aujourd’hui le proclament avec insistance, bien que cela ne se passe pas nécessairement de cette façon dans la vraie vie), mais parce que le mal découle d’un retard intellectuel et une forme de pauvreté à éviter.

Quand je vois comment l’industrie du cinéma américaine traite les contes, notamment en leur retirant toute la profondeur du message mystérieux et fantastique, en le remplaçant par une morale prude, édulcorée et totalement niaise selon moi et surtout en gommant tous les aspects négatifs principalement dans la règle qui commande que toutes les histoires se doivent de bien finir, qu’ultimement les bons triomphent et que les méchant expient ; le tout contribue à donner une image de la vie totalement fallacieuse et source de frustration plutôt qu’apporter un certain bonheur de vivre.

Inspiré d’un article de MARIA POPOVA du Site Brainpickings.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blogue Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Webmestre

La conception, la gestion et l’entretien du Site  “Mon Carré de Sable” sont assurés par : Michel Mougenot

“CDS – Mon Carré de Sable”

Michel Mougenot gère également les Sites suivants  :

Le Site Crisalida Rebozo Québec

Le Site Kazilik

Le site Bloomfelt

le mode de subsistance de mon carré de de sable

Ce site vous plait ? merci de bâtir Mon Carré De Sable
Nous avons décidé que Mon Carré De Sable reste un blog indépendant, libre et gratuit ! Néanmoins, celà me prend des centaines d'heures par mois en recherches, rédaction et gestion informatique et multimédia. Toutefois, c'est un choix raisonné et assumé depuis le début qu'il est hors de question de remettre en cause.

Si vous trouvez du bonheur, de la joie, de l'intérêt et ou de valeur dans ce que je fais, s'il vous plaît envisagez de devenir membre et de soutenir mon initiative avec un don mensuel récurrent de votre choix, d'une valeur comprise entre café (ou un cappuccino !) un et un bon dîner (un soir de Saint-Valentin ? 🙂 )

DONATION MENSUELLE – À TITRE INDICATIF

♥ 3 € / mois
♥ 5 € / mois
♥ 7 € / mois
♥ 10 € / mois
♥ 25 € / mois
♥ ??? € / mois

Oui je soutiens Mon Carré de Sable !

J'aimerais vous recommander de visiter 3 sites auxquels je tiens tout particulièrement, le premier s'appelle Kazilik, c'est le site d'une artiste niçoise qui fait des créations très originales, le second s'appelle Crisalida Rebozo Québec, comme son nom l'indique il traite de la technique du rebozo par deux femmes formidables dans la province du Québec et le troisième est le site d'une artiste Internationale qui travaille le feutre. D'origine hollandaise, elle vit au Québec. Ci-dessous, les boutons pour accéder à leurs pages ; excellente visite !