L’illusion du choix et le paradoxe de la liberté

par | J Juin, 2021 | Démocratie et dictature, INDIVIDU, Mon Carré De Sable, SOCIÉTÉ | 0 commentaires

James Baldwin sur L’amour, l’illusion du choix et le paradoxe de la liberté

“Rien n’est plus insupportable, une fois qu’on l’a, que la liberté.”

James Baldwin

D’après un article de MARIA POPOVA du Site « Brainpickings »

Nous, aucun de nous, ne choisissons le siècle dans lequel nous sommes nés, ou la peau dans laquelle nous sommes incarnés, ni même les chromosomes qui ont bâti notre bagage génétique. Nous ne choisissons pas du tout la bande d’homéostasie incroyablement étroite au sein de laquelle nous pouvons être vivants – dans des corps qui meurent lorsque leur température dépasse 40 degrés Celsius ou descend en dessous de 20 degrés, vivant sur une planète qui serait l’enfer volcanique de Vénus ou le désert glacial de Mars s’il était juste un peu plus près ou plus loin de son étoile.

illusion-du-choix-paradoxe-de-la-liberte-baldwin-livre-mon-carre-de-sable.odt-mon-carre-de-sable

Et pourtant, dans ces paramètres étroits de l’être, rien ne nous attire plus que la notion de liberté – le sentiment que nous sommes libres, cette illusion enivrante avec laquelle nous tentons désespérément de nous convaincre d’être un Être souverain. Plus le domaine est abstrait et idéologique, plus nous pouvons insister avec véhémence sur le fait que le choix moral dans des situations spécifiques à l’intérieur de paramètres étroits prouve une liberté totale. Mais plus la question se rapproche du cœur de notre être, plus l’illusion s’effondre de manière claire et catastrophique — nulle part plus impuissante que dans le domaine le plus intime de l’expérience : l’amour. Essayez de vouloir aimer quelqu’un – ou d’en sortir, essayez de vouloir que quelqu’un vous aime, et vous vous heurtez au fait fondamental que nous ne choisissons pas qui nous aimons. Nous ne pouvions pas choisir, car nous ne choisissons pas qui et ce que nous sommes, et dans tout amour qui est vraiment amour, nous aimons avec tout ce que nous sommes.

James Baldwin (2 août 1924-1er décembre 1987) était un jeune homme – brillant et enflammé de vie, flamboyant contre l’illusion de stabilité et de contrôle de la société – lorsqu’il a composé son superbe roman semi-autobiographique Giovanni’s Room (bibliothèque publique) , faisant du paradoxe de la liberté son thème d’animation.

Baldwin écrit :

Rien n’est plus insupportable, une fois qu’on l’a, que la liberté.

Pour supporter l’insupportable, indique Baldwin, nous construisons et nous nous accrochons à des structures artificielles de choix, personnelles et sociales –illusion-du-choix-paradoxe-de-la-liberte-baldwin-chambre-giovanni-mon-carre-de-sable.odt-mon-carre-de-sable habitudes, routines, engagement contractuel du mariage, cadres moralisateurs qui qualifient un type d’amour de bon et un autre de mauvais. Aujourd’hui, Giovanni’s Room est célébré comme une libération et une représentation pionnières de l’amour LGBTQ + – un terme qui n’existait pas à l’époque de Baldwin, car il parle d’un silence culturel si profond à l’époque qu’il n’y avait pas de langage adéquat pour cela. (La langue que nous utilisons aujourd’hui n’est guère plus adéquate – mais la langue est toujours un espace réservé pour la compréhension évolutive d’une culture d’elle-même, l’espace dans lequel nous élaborons nos concepts alors que nous apprenons à y penser en apprenant à en parler.)

Baldwin s’est élevé contre “une vague de lâcheté de la part des éditeurs à une époque où la Bible de la psychiatrie – le Manuel diagnostique des troubles mentaux – classait l’amour comme beaucoup d’entre nous le connaissent comme un ” trouble de la personnalité sociopathique “. Au centre de son acte de courage et de résistance se trouve la reconnaissance que l’expérience de l’amour est notre confrontation la plus primitive avec l’illusion de la liberté.

Exactement un demi-siècle après que le poète, philosophe et romancier hispano-américain George Santayana s’est demandé pourquoi nous aimons ce que nous aimons et une décennie après que le survivant de l’Holocauste Viktor Frankl ait plaidé durement pour dire oui à la vie dans les circonstances les plus difficiles.

Baldwin poursuit :

Les gens ne peuvent malheureusement pas inventer leurs postes d’amarrage, leurs amants et leurs amis, pas plus qu’ils ne peuvent inventer leurs parents. La vie les donne et les enlève aussi et la grande difficulté est de dire oui à la vie.

Quatre ans plus tard, Baldwin développerait ces idées dans son discours devenu un essai extrêmement perspicace sur la liberté et la façon dont nous nous emprisonnons.

Au cours des dernières années de sa vie, il reviendra sur le creuset de ces idées, décrivant Giovanni’s Room comme un livre non pas sur un type d’amour ou un autre, mais sur “ce qui vous arrive si vous avez peur d’aimer qui que ce soit”. Dans son entretien le plus intime, il racontait le meilleur conseil qu’il ait jamais reçu sur l’absence de choix transcendante et terrifiante de l’amour et la demande implicite et apparemment paradoxale de choix en son sein – conseil donné par un vieil ami :

Vous devez suivre le rythme de votre sang. Si vous ne vivez pas la seule vie que vous avez, vous ne vivrez pas une autre vie, vous ne vivrez aucune vie du tout.

 

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blogue Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Webmestre

La conception, la gestion et l’entretien du Site  “Mon Carré de Sable” sont assurés par : Michel Mougenot

“CDS – Mon Carré de Sable”

Michel Mougenot gère également les Sites suivants  :

Le Site Crisalida Rebozo Québec

Le Site Kazilik

Le site Bloomfelt

le mode de subsistance de mon carré de de sable

Ce site vous plait ? merci de bâtir Mon Carré De Sable
Nous avons décidé que Mon Carré De Sable reste un blog indépendant, libre et gratuit ! Néanmoins, celà me prend des centaines d'heures par mois en recherches, rédaction et gestion informatique et multimédia. Toutefois, c'est un choix raisonné et assumé depuis le début qu'il est hors de question de remettre en cause.

Si vous trouvez du bonheur, de la joie, de l'intérêt et ou de valeur dans ce que je fais, s'il vous plaît envisagez de devenir membre et de soutenir mon initiative avec un don mensuel récurrent de votre choix, d'une valeur comprise entre café (ou un cappuccino !) un et un bon dîner (un soir de Saint-Valentin ? 🙂 )

DONATION MENSUELLE – À TITRE INDICATIF

♥ 3 € / mois
♥ 5 € / mois
♥ 7 € / mois
♥ 10 € / mois
♥ 25 € / mois
♥ ??? € / mois

Oui je soutiens Mon Carré de Sable !

J'aimerais vous recommander de visiter 3 sites auxquels je tiens tout particulièrement, le premier s'appelle Kazilik, c'est le site d'une artiste niçoise qui fait des créations très originales, le second s'appelle Crisalida Rebozo Québec, comme son nom l'indique il traite de la technique du rebozo par deux femmes formidables dans la province du Québec et le troisième est le site d'une artiste Internationale qui travaille le feutre. D'origine hollandaise, elle vit au Québec. Ci-dessous, les boutons pour accéder à leurs pages ; excellente visite !