Piquemal et la police de la pensée

Piquemal et la police de la pensée

Que s’est-il passé entre le moment où le général Piquemal a été jeté dans les geôles calaisiennes et celui où il a été libéré pour « regretter » ?

 

La police de la pensée orwellienne est à l'oeuvre, ces images risquent malheureusement de devenir "prémonitoires" à des interventions futures dans un "État d'urgence permanent" : 1984 (Nineteen Eighty-Four) est le plus célèbre roman de George Orwell, publié en 2006 1984 est communément considéré comme une référence du roman d'anticipation, de la dystopie, voire de la science-fiction en général. La principale figure du roman, Big Brother, est devenue une figure métaphorique du régime policier et totalitaire, de la société de la surveillance, ainsi que de la réduction des libertés. En 2005, le magazine Time a d'ailleurs classé 1984 dans sa liste des 100 meilleurs romans et nouvelles de langue anglaise de 1923 à nos jours, liste où se trouve La Ferme des animaux, autre fameux roman d'Orwell1.

La police de la pensée orwellienne est à l’oeuvre, ces images risquent malheureusement de devenir “prémonitoires” à des interventions futures dans un “État d’urgence permanent”

Dans « 1984 » La liberté d’expression n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées par la police de la pensée, et d’immenses affiches sont placardées dans les rues, indiquant à tous que « Big Brother vous regarde »

Je réagis  à cet excellent article que celui de Monsieur Blairon, Paru ce jour sur Boulevard Voltaire.

 

Police de la pensée ! Je dis excellent par sa référence explicite à George Orwell et son « 1984 ». Je dois dire que j’ai adoré ce bouquin écrit en 1948, non pas par jubilation de lire un bon livre mais par le souvenir inoubliable qu’il a gravé dans mon esprit. Il y a des livres qui nous laissent une trace indélébile, celui-ci en est l’exemple symbolique pour moi.