Un article aujourd’hui consacré à une magnifique réussite de vie : Christiane Singer, que personnellement j’élève au même niveau que Françoise Giroud, Simone Veil ou Simone de Beauvoir … 

C’est dire mon admiration pour cette femme, en plus, je l’avoue humblement, je la trouvais magnifiquement belle !!! 

« La démarche de Christiane Singer, son courage, sa générosité sont sublimes, elle le sait, le dit et c'est sans doute ce qui lui donne cette force magnifique. [...] D'un lyrisme dense et cru, elle réinvente ici la mort, en fait le visage même de la vie. » Fabienne Pascaud, Télérama. « Un testament spirituel de tout premier ordre. [...] Un hymne à la joie [...]. Un français étincelant, épuré jusqu'à l'os et pourtant baroque. »

Magnifique femme, chercheuse, intellectuelle, conférencière et humaine Christiane Singer.

 “Un journal dans lequel la joie et l’espérance sont plus fortes que la mort” Christiane Singer .

QU’EST-CE QU’AIMER, Christiane Singer ?

« Aimer, c’est faire en secret ce serment : Je m’engage de toutes mes forces à défendre ta liberté, à ménager autour de toi l’espace qui te sera nécessaire pour croître et fleurir ! Et même si je dois être surpris par l’évolution de l’autre, même s’il ne devient pas celui que j’attendais qu’il soit un jour, je m’engage à respecter son devenir ! C’est le défi que je relève. Que ta volonté soit faite et non la mienne ! Osons nous laisser surprendre ! N’emprisonnons pas nos proches -ni nos enfants !- dans la représentation que nous avons d’eux. Cassons les moules dans lesquels nous nous enfermons les uns les autres. Offrons-nous la confiance même de nous laisser errer, commettre des erreurs…
Que savons-nous du secret de nos destinées ? En devenant garant de la liberté de celui que j’aime, je lui épargne même de devoir fuir ! Rester ensemble n’est pas, comme au cimetière, une “concession perpétuelle” – c’est une offrande à renouveler chaque jour. 
»Christiane Singer

 Ces lignes m’ont profondément ému  ! 

Il faut dire que je suis à une période de ma vie difficile et qui me voit très émotif : arrivé à bientôt 60 ans, j’ai mis fin à une vie conjugale difficile, trop conflictuelle, dont ou pourrait dire que ni l’un ni l’autre n’a fait l’effort de vouloir trouver une issue favorable et nous avons donc fait en sorte que ça se termine là…
Il y a deux ans j’avais découvert Christiane Singer « par hasard » et ce fut une révélation…


cette semaine, je me suis totalement remis en question sur le choix que j’avais fait de continuer ma lancée dans l’écriture suite à une désillusion personnelle, basée sur l’émotionnel et nullement sur mes compétences.

J’ai décidé de persévérer dans mon choix d’écrire parce que j’ai senti dans mes tripes que c’était ce qui me rendait heureux (et non pas en faisant de la désinformation, mais au contraire en transmettant ce que je ressentais vraiment, intrinsèquement, tout le contraire de la définition, de la propagande, auxquelles je suis totalement réfractaire)…
On fait de la désinformation quand on travestit la vérité, pas quand on expose de façon sincère et honnête ce qui pour nous est cette expression de la vérité, j’ai donc décidé de persister et signer parce que je me sens dans la bonne voie !
J’ai intitulé cet article « exemple de réussite de vie » comme celui de Steve Jobs, car je considère que Christiane Singer possède un peu la même aura que Steve Jobs et qu’elle représente un exemple de vie au même titre que le big boss d’Apple.

Qui était Christiane Singer ?

« Le 1er septembre, un jeune médecin annonce à Christiane Singer qu’elle a encore six mois au plus devant elle. Le 1er mars, Christiane Singer clôt le carnet de bord de ce long voyage. ” Le voyage – ce voyage-là du moins – est pour moi terminé. A partir de demain, mieux : à partir de cet instant, tout est neuf. Je poursuis mon chemin. Demain, comme tous les jours d’ici ou d’ailleurs, sur ce versant ou sur l’autre, est désormais mon jour de naissance. »
Le premier mars est mon jour de naissance, il est également celui de mon jour de renaissance, c’est un point commun que je peut trouver avec elle, sans doute le seul.
Son père était d’origine juive hongroise et sa mère moitié russe et moitié tchèque. À cause de la persécution des juifs, ses parents fuient la Hongrie, puis l’Autriche, et s’installent en France, à Paris, en 1935. Elle naît huit ans après, en 1943, à Marseille.
Elle est lycéenne et élève du conservatoire de diction et d’art dramatique à Marseille, puis suit des études de lettres à Aix-en-Provence, où elle obtiendra un doctorat de Lettres Modernes.
En 1968, elle rencontre le Comte Georg von Thurn-Valsassina, architecte, qui deviendra son mari, et s’installe en 1973 dans son château médiéval de Rastenberg (Autriche), non loin de Vienne, et y élèvera ses deux fils. Ce château lui inspirera l’œuvre romanesque éponyme en 1996 « Rastenberg ».
Elle organise également sur son domaine des séminaires de développement personnel, dans une maison qu’elle a conçue, et que son mari architecte a construite.
À la fin des années 1970 elle fonde avec l’éditeur Victor Trimondi le « Dianus-Trikont-Verlag » à Munich.
Elle a suivi l’enseignement de Karlfried Graf Dürckheim (disciple de C.G. Jung).
Elle fut notamment, en Suisse, lectrice à l’université de Bâle, puis chargée de cours à l’université de Fribourg.

Son œuvre et sa réflexion personnelle sont toutes entières centrées sur la prise en compte nécessaire du spirituel qui couve dans le cœur de chacun. Elle est un écrivain relativement prolifique, de sensibilité chrétienne imprégnée de sagesse orientale, qui s’abstient de donner des leçons de morale et exclut tout dogmatisme. Elle a obtenu plusieurs prix littéraires, dont le prix des libraires pour « La Mort viennoise » en 1979, le prix Albert-Camus pour « Histoire d’âme » en 1989, et le prix de la langue française en 2006 pour l’ensemble de son œuvre.
Elle dira à la radio : « J’ai écrit un livre sur Les Âges de la vie. J’ai tenté de montrer ces métamorphoses de l’être au cours de la vie. Il est évident que tout cela ne vaut que si l’on a appris en cours d’existence à mourir. Et ces occasions nous sont données si souvent ; toutes les crises, les séparations, et les maladies, et toutes les formes, tout, tout, tout, tout nous invite à apprendre et à laisser derrière nous.
La mort ne nous enlèvera que ce que nous avons voulu posséder. Le reste, elle n’a pas de prise sur le reste. Et c’est dans ce dépouillement progressif que se crée une liberté immense, et un espace agrandi, exactement ce qu’on n’avait pas soupçonné. Moi j’ai une confiance immense dans le vieillissement, parce que je dois à cette acceptation de vieillir une ouverture qui est insoupçonnable quand on n’a pas l’audace d’y rentrer. »
En septembre 2006, lorsque son médecin lui annonce qu’il lui reste six mois à vivre, à la suite d’un cancer, elle écrit un journal au cours de ses derniers mois, qui sera publié sous le titre « Derniers fragments d’un long voyage ». Christiane Singer est décédée en avril 2007, à l’âge de soixante-quatre ans.
Je veux rendre hommage à cette femme magnifique, qui symbolise pour moi ce qu’est la féminité : indépendance, originalité et un mélange de fragilité et de force.

Enregistrer

2 Commentaires

  1. Monique Therrien

    Je dois une renaissance à cette femme. Quand je l’ai découverte à travers son écriture j’étais début quarantaine . J’ai perdue une amie c’est ce que j’ai ressentie à l’annonce de son décès.
    Dans Eloge du mariage et autres…., la rencontre avec sa grand-mère au chevet de son mari mourant , me bouleverse à un point tel que je vois ces images comme si j’y étais avec elle.
    Merci de votre partage.

    Monique ,
    amie de Marjolein Dallinga.

    Réponse
    • CDS-Mon Carré De Sable-Michel Mougenot

      Monique, à mon tour de vous dire merci beaucoup pour ce partage émouvant…
      En faisant cet article (mais j’ai aussi parlé d’elle dans d’autres texte, comme celui fait pour le 8 mars : https://moncarredesable.com/8-mars-cest-la-fete-des-femmes/
      article que j’ai légèrement retouché la semaine passée à la suite du décès de Simone Veil)
      J’ai la conviction que nous vivons dans une société occidentale assez carencée au niveau de notre façon d’aborder la mort, surtout avec le repli de la religion qui donnait une “recette” un peu passe-partout à mon sens, mais rien n’est venu remplacer ce repli, ce qui fait que nous nous retrouvons souvent très démunis quand nous expérimentons cette immense expérience de la mort, qui est en fait le miroir de celui de la naissance…
      Quand on sait que la vie n’est qu’équilibre ! … On devrait travailler à soigner notre intelligence émotionnelle
      Je ne pense pas me tromper en pensant que vous connaissez Marjolein du fait de résider au Québec 🙂
      C’est une femme extraordinaire, une artiste à la fois exceptionnelle et pourtant si humble …
      Je l’adore
      Au plaisir de vous avoir lue
      Michel

      Réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blogue Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Webmestre

La conception, la gestion et l’entretien du Site  “Mon Carré de Sable” sont assurés par : Michel Mougenot

“CDS – Mon Carré de Sable”

Michel Mougenot gère également les Sites suivants  :

Le Site Crisalida Rebozo Québec

Le Site Kazilik

Le site Bloomfelt

le mode de subsistance de mon carré de de sable

Ce site vous plait ? merci de bâtir Mon Carré De Sable
Nous avons décidé que Mon Carré De Sable reste un blog indépendant, libre et gratuit ! Néanmoins, celà me prend des centaines d'heures par mois en recherches, rédaction et gestion informatique et multimédia. Toutefois, c'est un choix raisonné et assumé depuis le début qu'il est hors de question de remettre en cause.

Si vous trouvez du bonheur, de la joie, de l'intérêt et ou de valeur dans ce que je fais, s'il vous plaît envisagez de devenir membre et de soutenir mon initiative avec un don mensuel récurrent de votre choix, d'une valeur comprise entre café (ou un cappuccino !) un et un bon dîner (un soir de Saint-Valentin ? 🙂 )

DONATION MENSUELLE – À TITRE INDICATIF

♥ 3 € / mois
♥ 5 € / mois
♥ 7 € / mois
♥ 10 € / mois
♥ 25 € / mois
♥ ??? € / mois

Oui je soutiens Mon Carré de Sable !

J’aimerais vous recommander de visiter 3 sites auxquels je tiens tout particulièrement, le premier s’appelle Kazilik, c’est le site d’une artiste niçoise qui fait des créations très originales, le second s’appelle Crisalida Rebozo Québec, comme son nom l’indique il traite de la technique du rebozo par deux femmes formidables dans la province du Québec et le troisième est le site d’une artiste Internationale qui travaille le feutre. D’origine hollandaise, elle vit au Québec. Ci-dessous, les boutons pour accéder à leurs pages ; excellente visite !