Où se trouvent nos limites ?

par | Fév 12, 2016 | INDIVIDU, Mon Carré De Sable, Psychologie - sociologie - philosophie | 0 commentaires

Les limites de votre corps

Où se trouvent nos limites ?

par Kevin Simler, blogueur, Meltin Asphalte, traduction libre

Où se trouvent nos limites ?

Où se trouvent nos limites ? Certains vous diront que «vous» êtes votre corps. Que tout ce qui «vous» arrive arrive à votre corps, et vice versa. Que vous devez donc vous identifier avec vos organes et tissus, votre visage, votre ADN, et votre cerveau – en d’autres termes, avec la totalité de votre organisme biologique.

Où se trouvent nos limites ? Les lois comme les 10 commandements parlent de limites qui définissent le fondement de la vie de chaque personne, elles permettent aussi à Dieu de mettre de l’ordre dans la création et dans la structure de l’être humain. Elles nous sortent de la fusion, de la confusion des places, de la convoitise et de l’emprise. Lorsque les limites sont claires, nous sommes en mesure de les respecter. Les limites psychiques ne sont pas innées, elles sont acquises. Elles se forment dans l’enfance par l’expérience. C’est à ce moment qu’on apprend à les ajuster et à respecter celles d’autrui.

Où se trouvent nos limites ? En tout cas, je connais des endroits où l’amitié est illimitée !!!! Merci d’être là !!!

 Là où se trouvent nos limites que nous donnons, il y a toujours des portes, ouvertes, fermées, protégées ou dissimulées…

Je pense donc je suis…. MOI !

Certes, vous vous identifiez déjà avec votre corps, vous éviterez ainsi autant que possible de perdre un bras ou une jambe. Et si vous en perdez effectivement un, vous ressentirez cela comme si vous aviez perdu une partie de vous-même parce que nous savons où se trouvent nos limites. Ce ne sera pas la fin du monde; clairement, votre «vous» existera toujours. Mais vous vous sentirez moins entièrement vous qu’avant d’avoir perdu la branche. Le cas est encore plus fort, bien sûr, si vous deviez perdre une partie de votre cerveau.

Ma conjointe me dit souvent que c’est une chose qui m’est arrivée au début où nous nous sommes rencontrés, je ne comprends pas pourquoi, je n’ai aucun souvenir d’un tel accident. Toutefois, le corps est terriblement difficile à cerner. Si vous êtes votre corps, où finissez-vous et où commence-t-il ? Où se trouvent nos limites ? Où terminez-vous et où «le reste du monde» commence ? Il n’y a pas juste qu’une bonne réponse à cette question.

Où se trouvent nos limites ? Limites du corps

Est-ce que votre corps finit à votre peau? Êtes-vous (selon cette phrase mémorable de Alan Watts) un «ego encapsulé dans une peau»? Si oui, qu’est-ce que vous faites de vos pores?

Où se trouvent nos limites ? : Le livre d'Alan Watts "Éloge de l'insécurité" nous en entretient

Où se trouvent nos limites ? : Le livre d’Alan Watts “Éloge de l’insécurité” nous en entretient

Votre intériorité, chaque pore est-il un petit trou dans votre auto-frontière, une faille d’air intrusive ? Qu’est-ce qui se passe quand vous respirez? Chaque respiration apporte de l’oxygène et élimine le dioxyde de carbone. Est-ce une partie de «vous» qui se crée quand vos poumons inhalent et qui disparaît quand vous exhalez ? Qu’en est-il de vos cheveux ou vos ongles? Font-ils partie du «vous» partie de votre corps? Pourquoi est-ce que vous vous identifiez à votre épiderme, mais pas avec la nourriture que vous êtes sur le point de manger? Pourtant, la nourriture ingurgitée deviendra bientôt une partie de votre corps. La peau est en constante voie de disparition, celle que nous voyons et que nous pouvons toucher est la partie de nous qui est en train de mourir. Que faire si vous avez eu un ténia vivant dans votre intestin? Pourriez-vous le considérer comme faisant partie de «vous» ou comme une sorte d’envahisseur étranger,où se trouvent nos limites ? Que dire des bactéries vivant dans votre intestin, votre flore intestinale? À ce sujet, voir mon article sur notre 2° cerveau ! Est-il important que vous envisagiez ces créatures comme des parasites ou des symbiotes? Que faire devant les changements de paradigme scientifique, et ce qui était autrefois considéré comme un parasite se révèle être un symbiote, ou vice versa? votre identité peut vraiment changer sur un tel coup de tête?
Que sont vos mitochondries? Sont-ils «vous» ou sont-ils «l’autre»? Pourquoi pensez-vous vous 
identifier plus avec votre ADN nucléaire qu’avec votre ADN mitochondrial ? Bien sûr, les mitochondries ont peut-être été à l’origine d’une espèce procaryotes séparées – mais qui a été présente bien avant l’entrée en scène des humains. Qu’en est-il du cancer? Est-ce vous? Quand une cellule jette son joug et commence à se rebeller contre le corps politique, pouvez-vous simplement révoquer sa citoyenneté?

Limites du cerveau

Mais OK, peut-être vous pensez qu’il n’y a que votre cerveau qui compte. Le reste de votre corps est accessoire – juste un robot charnu contrôlé par le «soi» qui trône dans votre crâne.   Mais, où commence la fin de votre cerveau et le début du reste du monde ? Imaginez un photon d’une galaxie à distance en direction de la Terre. Quand va-t-il faire partie de «vous», à savoir, votre cerveau? Dès qu’il entre dans votre globe oculaire? Quand il chatouille une tige sur votre rétine? Lorsque le signal électrique arrive à votre cortex visuel? Lorsque vous percevez comme un flash de lumière? Ou aurait-il pu déjà être «vous» au moment où il a quitté son lieu de naissance lointain? Dur à dire. Que faire si vous avez un cancer du cerveau? Peut-être que vous avez eu une tumeur bénigne pendant des années – celle qui a contribué à vous donner de l’énergie et vous rendre heureux. Voudriez-vous la retirer ? 
Qu’en est-il votre intestin cerveau – ce vaste réseau de neurones vivant le long de votre tube digestif ? Si vous vous identifiez avec les neurones dans votre crâne, vous pourriez aussi bien vous identifier avec tous vos neurones. Mais alors pourquoi s’arrêter aux neurones? En fait, pas beaucoup de processus cognitifs, en particulier vos émotions, exigent d’autres parties du corps afin de fonctionner correctement. Si «vous» aviez une corps-ectomie, laissant juste un cerveau dans une cuve, vous feriez mieux d’espérer que le savant fou prenne soin de vous et s’occupe de simuler le reste de votre corps, sinon vous êtes susceptibles de vous sentir bizarre, pas tout à fait vous-même.

Au-delà du corps

Ainsi, peu importe si vous choisissez de vous identifier avec votre corps tout entier ou juste votre cerveau, il n’est pas du tout évident que le sous-ensemble des choses à l’intérieur de votre peau soit «vous» ou soit «l’autre».
Les odeurs qui fuient votre peau et les phéromones ne sont-elles pas «vous»? Vos cheveux emprisonnent
un mince coussin d’air pour servir de tampon thermique. Cet oxygène piégé dans vos cheveux est-il exclu du corps, alors que l’oxygène de l’hémoglobine piégée arrive à profiter de tous les avantages de la citoyenneté corporelle?
La prochaine fois que vous marchez dans la rue, essayez d’imaginer la chaleur de votre corps. Un étranger qui passe dans votre sillage, essuie
une partie de votre chaleur, mais sans toucher votre peau. Quelle est la différence entre ce genre de «contact» et un contact peau-à-peau ou de tissu à tissu? Si vous vous souciez de vos membres et votre cœur, de les identifier comme faisant partie de vous-même, alors vous pouvez vous identifier aussi facilement avec un membre artificiel ou un stimulateur cardiaque. Pourriez-vous ne pas également vous identifier avec votre veste préférée, votre guitare ou votre smartphone? Vos proches d’ailleurs vous les attribuent le sac à main de ma femme, les pantoufles de mon mari et la Xbox de l’ado … Si vous pouvez «désavouer» un ennemi interne, comme le cancer, pourquoi ne pas « annexer » des parties du monde extérieur? Parlant d ‘amis ou de conjoint : Pourquoi ne pas vous permettre de vous identifier avec d’autres personnes – à les accepter comme étant tout autant une partie de «vous», au même titre que vos membres? Qu’en est-il de la mère et de son enfant ? Il faut dire que nous sommes programmés pour nous identifier fortement avec nos enfants. Qu’en est-il également de la coquille de la palourde ou du barrage du castor, par exemple. En termes de comportement, vous le faites déjà – le traitement du monde «extérieur» devient comme une partie de notre entourage. Vous êtes possessif de vos affaires, jaloux de vos amants, attentif à la protection de votre famille, et territorial de votre espace – tout comme tous les autres membres de l’espèce humaine.
 

Où se trouvent nos limites ? Les limites temporelles

Dans tout cela, nous avons discuté les limites spatiales de votre auto / corps. Qu’en est-il de ses limites temporelles? Quand avez-vous commencé? Et quand allez-vous finir? Peut-être que vous pensez que vous – votre corps – a débuté à la conception, quand le spermatozoïde s’est accroché avec l’œuf. Mais pourquoi pas plus tôt? Alan Watts suggère «vous» auriez pu

Ou se trouvent nos limites : Couverture du livre d'Alan Watts, " Le Bouddhisme zen Poche – 22 décembre 2002 de Alan Wilson Watts (Auteur), M. Matignon (Traduction)

Ou se trouvent nos limites : livre d’Alan Watts, ” Le Bouddhisme zen Poche – 22 décembre 2002
de Alan Wilson Watts (Auteur), M. Matignon (Traduction)

être présent dans “la lueur lubrique dans l’œil de votre père quand il a entrepris de donner du plaisir à votre mère.” De même, où se situe notre fin? La mort est un moment précis, où vous vous recroquevillez lentement, chemin vers un arrêt final? Est-ce que le scintillement du cerveau pendant quelques instants fugaces après le cœur et les poumons ont cessé? Si vous ne pouvez être relancé, êtes-vous vraiment mort? Allez-vous finir à votre mort? Votre corps matériel persiste – mais sans le carburant de l’énergie, l’étincelle d’animation, il y a peu à en attendre. Les atomes qui ont dansé en «vous» maintenant dansent à d’autres bals. Mais qu’en est-il de votre héritage, toutes les choses que vous avez faites et touchées? Vos enfants et amis, le travail de votre vie, la société que vous avez construite qui vit avec son propre élan vital et indépendant ? Disparus ?

Où se trouvent nos limites ? CONCLUSION 

Tout cela conduit à la conclusion inévitable: Il n’y a pas de limites objectives, significatives à votre corps physique. Pas de réponse facile à accrocher, sur l’endroit où «vous» vous éteignez et où le reste du monde commence.

Ce que le corps est vraiment Rien de tout cela ne devrait être une surprise, vraiment. Nous devons nous résigner à accepter que scientifiquement il est beaucoup trop complexe, trop nuancé pour être capturé par quelque chose d’aussi brut, vague et imprécis que le langage humain, aussi simple que de simples mots. Rien dans le monde réel n’a des limites claires. Toutes les «espèces» sont des constructions artificielles. Certains mammifères pondent des œufs! Les oiseaux sont des anciens dinosaures! (?) Même les planètes sont difficiles à définir. Pourquoi «vous» ou «votre corps » en serait-il différent?
Vous’ n’avez jamais été juste qu’un morceau de matière, une simple collection d’atomes. Les cellules meurent cycliquement et de nouvelles prennent constamment leur place – et personne ne semble s’en soucier. D’autre part, essayez de vous réorganiser par vous-même comme de la farce dans un hachoir à viande, par exemple – et bien que vos atomes vont persister, tout à coup, «vous» ne serez plus tout à fait le même !

Peut-être que si votre corps était, un objet dur fixe, comme une boîte en aluminium, les choses seraient différentes. Votre corps est un modèle de diffusion en continu de l’énergie, plus fluide que solide. Comme Héraclite l’a noté il y a 25 siècles, vous ne pouvez pas franchir le 
même fleuve deux fois, parce que ni vous ni la rivière n’êtes des entités fixes. Comme le fleuve, votre corps coule à travers l’espace et le temps. Comme une flamme, il métabolise la matière et l’énergie, puis se transforme sans cesse. En fait, une canette d’aluminium est plus fluide, plus comme une flamme, que vous pourriez le réaliser. Exposée à l’air, de l’aluminium va lentement rouiller, par la réaction chimique appelé oxydation, la même réaction derrière une flamme brûlante. Votre corps est comme un bain à remous ou une tornade – un remous dans l’univers. Quelque chose frappe le tourbillon en mouvement, il tourbillonne autour pendant un certain temps, puis se dissipe. Alors qu’il est tourbillonnant, vous pouvez pointer dans sa direction générale, mais vous ne pouvez pas l’isoler, le mettre dans une boîte, ou délimiter ses frontières.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Blogue Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Michel Mougenot, alias MICHEL-CHIVAT, Mon Carré de Sable

Webmestre

La conception, la gestion et l’entretien du Site  “Mon Carré de Sable” sont assurés par : Michel Mougenot

“CDS – Mon Carré de Sable”

Michel Mougenot gère également les Sites suivants  :

Le Site Crisalida Rebozo Québec

Le Site Kazilik

Le site Bloomfelt

le mode de subsistance de mon carré de de sable

Ce site vous plait ? merci de bâtir Mon Carré De Sable
Nous avons décidé que Mon Carré De Sable reste un blog indépendant, libre et gratuit ! Néanmoins, celà me prend des centaines d'heures par mois en recherches, rédaction et gestion informatique et multimédia. Toutefois, c'est un choix raisonné et assumé depuis le début qu'il est hors de question de remettre en cause.

Si vous trouvez du bonheur, de la joie, de l'intérêt et ou de valeur dans ce que je fais, s'il vous plaît envisagez de devenir membre et de soutenir mon initiative avec un don mensuel récurrent de votre choix, d'une valeur comprise entre café (ou un cappuccino !) un et un bon dîner (un soir de Saint-Valentin ? 🙂 )

DONATION MENSUELLE – À TITRE INDICATIF

♥ 3 € / mois
♥ 5 € / mois
♥ 7 € / mois
♥ 10 € / mois
♥ 25 € / mois
♥ ??? € / mois

Oui je soutiens Mon Carré de Sable !

J’aimerais vous recommander de visiter 3 sites auxquels je tiens tout particulièrement, le premier s’appelle Kazilik, c’est le site d’une artiste niçoise qui fait des créations très originales, le second s’appelle Crisalida Rebozo Québec, comme son nom l’indique il traite de la technique du rebozo par deux femmes formidables dans la province du Québec et le troisième est le site d’une artiste Internationale qui travaille le feutre. D’origine hollandaise, elle vit au Québec. Ci-dessous, les boutons pour accéder à leurs pages ; excellente visite !