Le désert d’Atacama Michel Mougenot

désert-Atacama-moncarre-de-sable

 Inspiration dans le Désert d’Atacama 

Le désert d’Atacama est un texte que j’ai écrit pour une magnifique exposition de 53 œuvres uniques et originales spécialement crées par l’artiste Marjolein Dallinga pour une exposition en 2015 au Chili :
Lien vers le site de Marjolein Dallinga : BLOOMFELT

bloomfelt-désert-Atacama-moncarre-de-sable
Site Bloomfelt – Marjolein Dallinga

Le désert d’Atacama représente un univers extrême d’où la vie semble éternellement bannie.

Le soleil, intense disque doré, darde sa despotique brûlure et ne tolère que le monde minéral dans ce domaine où il règne en maître incontesté.

livre1-désert-Atacama-moncarre-de-sable : Mon coeur vient du désert d'Atacama (Français) Broché – 6 mars 2019Pour cette raison, le désert à toujours fasciné les hommes, il représente la métaphore, l’épreuve initiatique ultime, terre de contrastes absolus pour tous les chercheurs de vérités en quête de sens, il est le Creuset alchimique symbolique qui abrite jalousement la Pierre philosophale.

Mais, la vie n’a pas dit son dernier mot. Surgissant quand on ne l’espère plus et là où on l’attend le moins, elle exploite une petite goutte d’eau née du contraste entre les nuits glaciales et le retour du soleil voyageur.

Désert d'Atacama, Mon Carré de Sable, Nox Atacama

Et, soudain, la magie opère!

Comme par miracle, il se produit une explosion de magnifiques fleurs désert-Atacama-moncarre-de-sable : Journal de Voyage Désert d' Atacama: Carnet de voyagemulticolores, éclats étourdissants au milieu des ocres ternes. En l’espace de quelques heures, se créé, croît et explose une métamorphose d’embryons que l’urgence de vivre transforme en une source abondante, généreuse et joyeuse

dans ce panorama grandiose.

L’artiste aimée a saisi ce contraste rare et plein de sagesse. Ces 53 œuvres nées de son introspection, chrysalide intérieure, exprime l’exubérance presque impudique de cette vie dans un environnement aussi hostile à son expression…

désert-atacama-moncarre-de-sable

désert-Atacama-moncarre-de-sableCes créations sont chacune le témoin que l’espoir, la persévérance et l’amour sont invincibles !

Même dans les cas les plus désespérés, il y a toujours une infime petite source de vie primordiale…

.

Même dans le désert d’Atacama

Atacama Desert in Bloom
Un extrait de World of Wearable Art en 2011 avec des oeuvres de Marjolein Dallinga

 

email
Chili

Auteur : CDS-Mon Carré De Sable-Michel Mougenot

Rédacteur, biographe professionnel, écrivain public, blogueur (moncarredesable.com), stratégie webmarketing, copywriting Mes compétences sont entièrement consacrées à ma passion pour l'écriture. Depuis tout jeune le besoin d'écrire s'est fait sentir, celui de lire l'avait précédé immédiatement, tout livre qui me tombait sous la main était dévoré rapidement ce qui m'a donné très rapidement un don pour la rédaction et la création... Roquebrune-Cap-Martin, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France

5 réflexions sur « Le désert d’Atacama Michel Mougenot »

  1. Une demande d'une artiste qui m'a demandé de faire un texte sur ses œuvres présentées à une exposition au Chili l'an passé…
    J'ai fait donc le lien entre ses créations et le phénomène très particulier de l'explosion de la floraison dans le Désert d'Atacama !!!
    Spectaculaire ………

  2. Bonjour,

    Les images sont très belles. C’est effectivement remarquable de voir autant de vie dans un endroit réputé être un désert. J’ai eu l’occasion de lire un article dans une revue (dont je n’ai plus le nom en tête avec certitude) qui parlait de la biodiversité animale et florale dans un désert analogue à celui-ci où les petits insectes, les petits reptiles et certaines plantes ont des stratégies adaptées pour recueillir l’eau provenant des brouillards matinaux. Entre les sillons soigneusement creusés en guise de préparation dans le sable, les postures prolongées face au vent et les fouilles du sable humide, toutes les stratégies sont bonnes pour capter de l’eau. Il existe aussi des plantes qui n’ont pas de racines, qui se gorgent d’eau pendant les brouillards. Lorsque la température monte au cours de la journée et que le désert s’assèche, ces plantes sèchent et sont emportées par le vent, les petits animaux s’enterrent dans le sable. On trouve même de petits mamifères qui vivent dans des terriers mais qui sortent à l’aube pour s’hydrater dans le brouillard.

    Jean-Yves

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.