GLYPHOSATE : LA PROTECTION DE LA SANTÉ EST SECONDAIRE POUR UNE MAJORITÉ DE DÉPUTÉS EUROPÉENS

Le Parlement européen vient de rejeter la proposition de la Commission européenne visant à renouveler pour 15 ans l’autorisation du glyphosate dans l’UE, la substance active de l’herbicide le plus vendu au monde, le RoundUp, commercialisé par Monsanto.

Pourtant, le vote d’aujourd’hui est venu détricoter en grande partie les fortes ambitions de la commission « ‘environnement et santé publique » du parlement européen qui s’était prononcée catégoriquement contre le renouvellement de l’autorisation du glyphosate dans l’Union européenne.

GLYPHOSATE, ROUNDUP, MONSANTO ; « On assiste à une tragédie pour la santé de nos concitoyens et l'environnement. L'EFSA s'est basée sur les travaux de l'Institut allemand d'évaluation des risques (BfR) pour rendre son avis alors que les lacunes de ses travaux sont criantes.
 En Californie, le Roundup est même étiqueté comme produit cancérigène dans les commerces.
Pour Michèle RIVASI, Vice-Présidente Verts-ALE, membre de la Commission environnement et santé publique:

« Nous sommes clairement déçus par ce vote, même s’il n’est que symbolique puisqu’il reviendra à un comité d’experts de trancher en dernier ressort et dans l’opacité à la mi-mai. En commission de l’environnement, notre opposition catégorique à la proposition de la Commission de renouveler pour 15 ans le glyphosate jugé « probablement cancérogène » par l’Organisation mondiale de la santé avait porté ses fruits. Mais les libéraux et les conservateurs sont allés à l’encontre des inquiétudes de nos concitoyen-ne-s en revoyant à la baisse nos ambitions et proposant d’autoriser le glyphosate pour une durée de 7 ans maximale. 


Le récent sondage de Yougov Poll réalisé auprès de 7 000 personnes dans cinq États membres de l’UE montre pourtant que deux tiers des citoyen-ne-s européen-ne-s soutiennent l’interdiction du glyphosate.

La réévaluation du glyphosate par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a été effectuée de manière non-transparente. L’Autorité s’est fondée sur des études non-publiées de l’industrie et tient à garder secret la plupart des déclarations d’intérêts de ses experts ainsi que leur nom.
Nous n’en resterons pas là. Nous poursuivrons notre campagne d’information pour que la voix des citoyens ne soit pas bafouée mi-mai derrière des portes closes. Quant à l’EFSA, si elle persiste dans sa politique de non-transparence, nous n’hésiterons pas à aller devant la Cour de Justice de l’Union européenne. Quand il s’agit de santé publique, nous restons intraitables. »

email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !