QUAND ON SE PLAINT, ON ALTÈRE DURABLEMENT NOTRE CERVEAU

Les sujets de mécontentement dans notre société sont de plus en plus nombreux. On dirait même que le temps s’accélère de plus en plus, que les insatisfactions s’expriment de plus en plus ouvertement et de plus en plus violemment, mettant notre cerveau à mal

 
Les mouvements sociaux actuellement qui se développent en France tels que le mouvement «Nuit Debout » expriment bien le mécontentement des citoyens européens et français plus particulièrement.
On peut toujours évidemment bien soupçonner que ce phénomène est manipulé par quelques organismes qui fonctionnent occultement et qui ont une idée derrière la tête qui va peut être au-delà du raz-le-bol social – il faut savoir à qui profite le crime -, il n’en demeure pas moins vrai que ces expressions vivantes sont tout à fait justifiés par le climat délétère qui règne actuellement un petit peu partout, ça nous prouve finalement que la société n’est pas encore totalement lobotomisée !!!

cerveau en ébullition ! Un élan populaire est en train de naître. Lycéen.ne.s, étudiant.e.s, salarié.e.s syndiqué.e.s ou non, chômeurs en colère, discriminé.e.s en tout genre, syndicalistes réprimé.e.s, paysan.ne.s et écolos zadistes, ça fuse de partout et c’est beau à voir.
 
Justement, à ce titre, le fait de se plaindre n’arrange pas toujours les choses et parfois même produit l’effet inverse.

Outre le fait que la plainte stérile, si elle n’est pas suivie d’action, ne sert absolument à rien ; nous connaissons tous quelqu’un qui fait sa révolution dans son salon devant son ordinateur, relayant des idées – ce qui est déjà une bonne chose en soi évidemment – mais je pense que c’est maintenant loin d’être suffisant, NUIT DEBOUT nous montre la voie que l’action sociale DOIT devenir une action de terrain, concrète et dans la rue, plus seulement dans nos chaumières !!!

Continuer la lecture de « QUAND ON SE PLAINT, ON ALTÈRE DURABLEMENT NOTRE CERVEAU »

UN ÉCOVILLAGE SOLIDAIRE est créé au fin fond du Pérou par une Française

Toutes les initiatives intéressantes (en tout cas que je considère telles) méritent selon moi que l’on en fasse la promotion ou tout ce qui nous est possible de faire pour les faire connaître, dans cette optique, je viens de tomber sur cet article, qui rempli selon moi ces critères, c’est l’histoire de la création d’un écovillage solidaire.

Pour mener à bien son objectif d'écovillage solidaire, elle va créer Inti Eco Lodge, un projet d’écolodge associatif « 100% ecofrendly », en harmonie avec la nature et surtout les communautés locales. Avec son amie Marion, architecte d’intérieur, elles se lancent dans la construction durable d’un écovillage.
Un écovillage solidaire construit au Pérou par une Française
Il est certain que nous nous dirigeons tout droit vers un monde qui va devenir de plus en plus solidaire, respectueux de l’environnement et à la recherche de solutions alternatives à ce que voudraient bien nous imposer des systèmes archaïques, totalement débranchés de la réalité du bonheur mais branché sur l’enrichissement comme ultime but et leur fin justifie grandement leurs moyens – qui en passant sont gigantesques, c’est pour ça qu’ils perdurent encore -. Il ne faut pas se leurer sur la recrudescence de violence d’obscurantisme et d’horreur, se sont des soubresauts évidemment préoccupants dont il faut tenir compte et de manière sans doute beaucoup moins hypocrite que ne le font actuellement tous les dirigeants des pays dit « démocratiques » qualifiés de cet adjectif de par leurs passés, mais qui ne le justifient vraiment plus du tout maintenant, mais cette opinion n’engage que moi.
Donc, place à
Anne de Thélin qui nous parle de son pari fou péruvien !
Merci Anne…

Tout plaquer et partir au Pérou créer un écovillage solidaire.

J’ACCUSE le genre humain !

Nous vivons dans une époque formidable  pour le genre humain totalement irresponsable (dans le sens :”Je me fous complètement de ce qui arrivera après que j’aies bien joui de mes avantages !”…  

 

Notre société, depuis le début de l’apparition de l’espèce humaine sur la terre, en passant par le Moyen-Âge, 2 guerres mondiales et une troisième en préparation imminente progresse résolument vers des lendemains qui chantent assurément.

REGARDONS LA FAÇON DONT LE GENRE HUMAIN TRAITE LA TERRE !

Regardons la façon dont le genre humain traitE la Terre avec l’exploitation intensive des matières premières ce qui nous permet de satisfaire les besoins normaux vitaux d’une population toujours plus nombreuse et toujours de plus en plus exigeante, ce qui est tout à fait normal ; surtout pour les Pays « en voie de développement » qui en fait sont les anciens « Pays sous-développés », rappelez-vous !
Les compagnies multinationales, les lobbys et les grandes industries ont eu peur un moment que tous ces pauvres gens composant les grandes familles du genre humain ne puissent accéder au confort minimal dont bénéficient déjà les pays qui ont su prendre les bonnes décisions à temps, lorsque le train de la modernité s’est arrêté dans leur gare, mais tout va bien, nous avons réussi à leur éviter l’injustice de ne pas avoir accès à toutes ces marchandises et à tous les rêves merveilleux offerts par les société capitalistes normales, la poursuite du bonheur individuel et sociétal ne saurait se faire sans l’accès illimité à la consommation pour tous et partout.
Si, d’aventure, cette bonne vieille terre qui nous offre si généreusement toutes ces richesses abondantes venait un jour à fléchir, nous ne lui en voudrons pas pour autant, de toute façon, pourquoi croyez-vous que nous dépensions tout cet argent pour l’exploration spatiale si ce n’est pour lui trouver un substitut quand l’âge de la retraite sera venu pour elle aussi…
« Ben oui, il faut bien que la petite dame se repose elle aussi après avoir fait sa part pour le bien-être des habitants qui évoluent sur toute sa surface, le fameux genre humain, il faut savoir se montrer prévoyants puisque nous sommes responsables d’assurer un approvisionnement continu du bonheur des gens et cela ne saurait envisager aucune rupture des stocks de marchandises.
NOUS SOMMES EXEMPLAIRES À CE NIVEAU !

MICHEL ONFRAY VA ARRÊTER DE VOTER ET VA LANCER SA WEBTV !!!

Le philosophe français Michel Onfray sort deux nouveaux livres cette semaine arrête de voter et en profite pour régler quelques comptes.

Depuisun article de CHARLY TRIBALLEAU-
Par LEXPRESS.fr , publié le 21/03/2016 à 11:16 , mis à jour à 11:17

Michel Onfray est revenu sur sa vision des médias, de l’Islam, et de l’école. 

Le philosophe normand était ce lundi matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, à l’occasion de la sortie de deux nouveaux livres: Penser l’islam, chez Grasset, et Le miroir aux alouettes, chez Plon. Morceaux choisis d’exaspérations.

Onfray ne veut plus voter ! Né d'un père ouvrier agricole et d’une mère femme de ménage abandonnée bébé puis placée à l'Assistance publique, Michel Onfray est « pris en charge » de 10 à 14 ans dans un pensionnat catholique tenu par des prêtres salésiens à Giel dans l'Orne qu'il décrit comme un lieu de souffrance — « Je fus l'habitant de cette fournaise vicieuse » — dans la préface d'un de ses ouvrages, La Puissance d’exister et, également, de manière courte dans la préface de son Crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne.
Ça ne sert à rien de voter !

 SUR LES MÉDIAS ET LA TÉLÉVISION 

L’EAU, LE CŒUR DE LA VIE : Le mardi 22 mars ce sera la journée mondiale de l’eau,

Je fais ici un message spécial : Le mardi 22 mars ce sera la journée mondiale de l’eau, nous sommes tous plus ou moins concerné par sa santé mais tous, surtout, dépendants du sort que l’humanité lui réserve et l’humanité, c’est Nous !!!

Quoi de plus facile aujourd'hui que d'ouvrir un robinet d'eau ? Quoi de plus normal que de prélever sans compter à cette manne quotidienne pour la satisfaction de tous nos besoins ? Pourtant… exploitée sans mesure ni prudence, l'eau est de plus en plus polluée, et la production d’eau potable de plus en plus complexe et coûteuse.
Eau, l’expo
Nous savons que les intérêts économiques et commerciaux tels qu’ils sont déployés actuellement ne sont absolument pas compatibles avec une saine gestion durable de cette ressource primordiale, ne serait-ce que parce qu’elle compose 70%de chacun de nous, nous devons mettre notre préoccupation en priorité dans sa sauvegarde et une utilisation raisonnable.
Je vous relaie ci-dessous un message de la Fondation David Suzuki que je n’ai pas besoin de présenter. 
 

« Plongeons ensemble dans l’action!

Continuer la lecture de « L’EAU, LE CŒUR DE LA VIE : Le mardi 22 mars ce sera la journée mondiale de l’eau, »

La vraie nature de la censure – Entre propagande et respect

À l’Usine C du 16 mars au 9 avril, à partir de demain donc, on verra Robert Lepage, l’acteur, deux fois plutôt qu’une au cours des prochaines semaines à Montréal. Dans un premier temps, il sera le marquis de Sade dans la pièce Quills.

La Presse+ 

« C’est ce qui a attiré Robert Lepage dans ce projet, en plus de l’idée de pouvoir jouer le marquis de Sade au sein d’une troupe.

Quelle est la nature de la censure ? La censure politique (limitation par le gouvernement de la liberté d'expression) est différente de la censure indirecte, non officielle, mais sous forme de pression, en particulier une forme de censure économique (due notamment à la concentration des médias, etc.) ; les phénomènes d'autocensure peuvent également être ajoutés.
Quelle que soit la nature de la censure, c’est une privation de liberté
Robert Lepage joue le marquis de Sade dans Quills, une Production Ex Machina, en coproduction avec le Trident, présentée à l’Usine C à compter du 16 mars.
« La nature de la censure s’exerce d’abord et avant tout en défendant certains intérêts, croit-il. La morale n’a rien à voir avec ça. À l’époque du marquis de Sade, on voulait le faire taire. L’excuse était morale, mais la vraie raison était le discours du marquis sur la société française. Chez nous [ndlr : au Canada], la censure des conservateurs pour empêcher les scientifiques de publier leurs recherches, c’était clairement pour servir des intérêts économiques liés à l’effet de serre et au pétrole. »

DE SADE À « JE SUIS CHARLIE » La nature de la censure en question.

Vaste sujet, la censure. Celle qu’on s’impose soi-même, celle des autres. Pour les bonnes ou les mauvaises raisons…