L’ART DIFFICILE DE LA RUPTURE D’AMITIÉ : John Steinbeck et George Albee

LES RUPTURES SONT DES  ÉPREUVES  ÉMINEMMENT DOULOUREUSES QU’ELLES SOIENT D’ORIGINES PROFESSIONNELLES, AMOUREUSES OU AMICALES, ELLES MARQUENT TOUJOURS UNE CHARNIÈRE DANS UNE VIE, LA FIN DE QUELQUE CHOSE MAIS AUSSI UNE PORTE QUI S’OUVRE SUR UN AUTRE PANORAMA, ENCORE UNE FOIS, RÉSILIENCE EST LE MAÎTRE MOT !!! ICI JOHN STEINBECK EXPÉRIMENTE LES ALÉAS DE L’AMITIÉ, NON SANS PEINE !!!

“Je ne peux pas vous considérer comme un ami quand sur chaque contact, il arrive quelque chose de blessant intentionnellement.” John Steinbeck

John Steinbeck, Jr., né le 27 février 1902 à Salinas et mort le 20 décembre 1968 à New York, is a écrivain américain du milieu du XXe siècle, ne pas les romans décrivent fréquemment sa Californie natale. Il a Reçu le prix Nobel de littérature en 1962.
John Steinbeck
Le prix Nobel de littérature en 1962 et le succès de certains de ses livres, Des souris et des hommes, les Raisins de la colère, ont longtemps valu à John Steinbeck une réputation égale à celle de Faulkner et d’Hemingway.

Je suis John Steinbeck !

« «Un ami», a écrit le poète et philosophe John O’Donohue dans sa belle méditation sur la notion antique celtique de anam cara, éveille votre vie afin de libérer les possibilités sauvages en vous. » Mais qu’est-ce qui arrive quand une amitié cesse de magnifier votre esprit et exige à la place que vous soyez une version plus petite de vous-même? Alors que David Whyte a tout à fait raison en écrivant que “toutes les amitiés de toute longueur sont fondées sur une continuité et sur le pardon mutuel”, il arrive un moment donné où accorder notre pardon une nouvelle fois pour le même comportement nuisible ne devient plus un acte de force morale, mais au contraire de faiblesse – un exercice d’auto-mutilation dans le refus de renoncer à ce qui a déversé un contenu toxique dans une relation ou dans une communication définitivement altérée et abusive.
Continuer la lecture de « L’ART DIFFICILE DE LA RUPTURE D’AMITIÉ : John Steinbeck et George Albee »
email

ESPRIT STATIONNAIRE OU MOBILE ? DEUX MENTALITÉS S’OPPOSENT

Comment affiner le monologue intérieur qui marque tous les aspects de nos vies, de la direction d’entreprise ou la gestion humaine à l’amour. “Esprit stationnaire ou mobile” tente d’y  répondre

« état d’esprit “fixe” » contre « état d’esprit “de croissance” »,Esprit stationnaire ou mobile, deux manières de se comporter avec soi-même et avec les autres qui changent toute la dynamique relationnelle !

Debbie Millam : Esprit stationnaire ou mobile, elle préside le programme «Master en Branding» à l'école des arts visuels, est la rédaction et directeur de la création de l'impression, un blogueur pour fast Company , et le «président émérite» de AIGA.
Esprit stationnaire ou mobile

Debbie Millman : Esprit stationnaire ou mobile

« Si vous imaginez moins, moins sera ce que vous méritez sans aucun doute » il faut choisir entre un esprit stationnaire ou mobile…

Esprit stationnaire ou mobile, le point avec Debbie Millman

C’est le conseil de Debbie Millman en introduction de l’un des meilleurs discours jamais donnés, elle exhorte : 
« Faites ce que vous aimez, et ne vous arrêtez pas jusqu’à ce que vous obteniez ce que vous aimez. Travaillezaussi dur que vous le pouvez, imaginez l’immensités des possibilités qui s’offrent ainsi à vous … »
Loin d’être un point banal, ce conseil reflète réellement au contraire ce que la psychologie moderne sait de la manière que les systèmes de croyances agissent sur nos propres capacités et sur le potentiel de réponse de notre comportement et en prédire ainsi notre succès.
Une grande partie de cette compréhension découle du travail d’une psychologue de Stanford, Carol Dweck, synthétisée dans son livre remarquablement perspicace: “The New Psychology of Success” (bibliothèque publique) – une enquête sur la puissance de nos croyances, à la fois conscientes et inconscientes, et comment le fait de les modifier peut avoir un impact profond sur presque tous les aspects de nos vies.

COMMENT AIMER PAR LE LÉGENDAIRE ENSEIGNANT BOUDDHISTE ZEN THICH NHAT HANH

MAÎTRISER L’ART DE L’INTERRELATION : THICH NHAT HANH

“Aimer sans savoir comment aimer blesse la personne que nous aimons.” THICH NHAT HANH

 L’amour reste un mystère, et tant mieux ! THICH NHAT HANH

Qu’est-ce que l’amour signifie exactement? Nous lui avons appliqué nos plus belles définitions; nous avons examiné sa psychologie et l’avons inscrit dans les cadres philosophiques; nous avons même mis au point une formule mathématique pour l’atteindre. 

Et pourtant, tous ceux qui ont déjà subit cet assaut de notre conscience savent que l’amour reste un mystère – peut-être le plus grand mystère de l’expérience humaine.

Apprendre à répondre à ce mystère avec la pleine réalité de notre être – s’exposer à lui avec une clarté absolue d’intention – représente la danse de la vie.

Pourquoi la quête du bonheur est notre obligation morale ? ALBERT CAMUS

Pourquoi la quête du bonheur n’est pas un luxe ou une simple nécessité, mais notre devoir existentiel ? 

Son œuvre poursuivant la quête du bonheur comprend des pièces de théâtre, des romans, des nouvelles, des films, des poèmes et des essais dans lesquels il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurde de la condition humaine mais aussi sur la révolte comme réponse à l'absurde, révolte qui conduit à l'action et donne un sens au monde et à l'existence, et « alors naît la joie étrange qui aide à vivre et mourir.
Camus a toute sa vie poursuivi la quête du bonheur
En marge des courants philosophiques, Camus, dans sa quête du bonheur
 est d’abord témoin de son temps, intransigeant, refusant toute compromission.

«Pour décider si la vie est digne d’être vécue et pour répondre à la question fondamentale de la philosophie»,la quête du bonheur- écrivait Albert Camus dans son essai philosophique Le Mythe de Sisyphe en 1942.

« Tout le reste … n’est qu’un jeu d’enfant »; nous devons tout d’abord répondre à la question “Une des plus célèbres lignes douverture que le XXe siècle capture : l’un des défis philosophiques les plus durables de l’humanité – la quête du bonheur – l’impulsion au cœur des méditations de Sénèque, sur la vie et les essais intemporels de Montaigne, les réflexions de Maya Angelou et une richesse d’enquête humaine entre les deux.
Mais Camus, le deuxième plus jeune lauréat du prix Nobel de littérature après Rudyard Kipling, relance cette question de la quête du bonheur avec un courage inégalé et une grande conviction et tente de mieux comprendre les aspirations inconciliables de l’esprit humain.

la quête du bonheur pour Camus :

Alan Watts, le philosophe américain du bonheur

Un antidote à l’âge de l’anxiété que nous vivons actuellement : Alan Watts sur le bonheur et comment vivre le quotidien avec Présence…

De l’importance de la sagesse pour nous aider à surmonter la plus grande frustration humaine, la vision du pionnier de la philosophie orientale en Occident,Alan Watts.

Dans ses ouvrages, Alan Watts s'appuie sur la connaissance scientifique et sur l'enseignement des religions et des philosophies d'Orient et d'Occident (bouddhisme Zen, taoïsme, christianisme, hindouisme). Par ailleurs, il était intéressé par les nouvelles tendances apparaissant en Occident à son époque, et se fit l'apôtre d'un certain changement des mentalités quant à la société, la nature, les styles de vie et l'esthétique.
Alan Watts
Alan Watts était un autodidacte réputé et son interprétation des philosophies asiatiques l’a rendu populaire. Il est un des personnages des Clochards célestes de Kerouac.
«Nous passons notre vie de la même façon que nous organisons nos journées », écrit Annie Dillard dans sa réflexion intemporelle sur notre gestion de la productivité, et sur la préoccupation centrale de notre époque : l’obsession de la productivité !
En effet dit-elle, « ma résolution de ce nouvel an a été de cesser de mesurer mes jours par degré de productivité et de commencer à les éprouver par degré de Présence. »
Mais qu’est-ce qui rend cela possible et surtout, que nous en dit Alan Watts 

La vraie nature de la censure – Entre propagande et respect

À l’Usine C du 16 mars au 9 avril, à partir de demain donc, on verra Robert Lepage, l’acteur, deux fois plutôt qu’une au cours des prochaines semaines à Montréal. Dans un premier temps, il sera le marquis de Sade dans la pièce Quills.

La Presse+ 

« C’est ce qui a attiré Robert Lepage dans ce projet, en plus de l’idée de pouvoir jouer le marquis de Sade au sein d’une troupe.

Quelle est la nature de la censure ? La censure politique (limitation par le gouvernement de la liberté d'expression) est différente de la censure indirecte, non officielle, mais sous forme de pression, en particulier une forme de censure économique (due notamment à la concentration des médias, etc.) ; les phénomènes d'autocensure peuvent également être ajoutés.
Quelle que soit la nature de la censure, c’est une privation de liberté
Robert Lepage joue le marquis de Sade dans Quills, une Production Ex Machina, en coproduction avec le Trident, présentée à l’Usine C à compter du 16 mars.
« La nature de la censure s’exerce d’abord et avant tout en défendant certains intérêts, croit-il. La morale n’a rien à voir avec ça. À l’époque du marquis de Sade, on voulait le faire taire. L’excuse était morale, mais la vraie raison était le discours du marquis sur la société française. Chez nous [ndlr : au Canada], la censure des conservateurs pour empêcher les scientifiques de publier leurs recherches, c’était clairement pour servir des intérêts économiques liés à l’effet de serre et au pétrole. »

DE SADE À « JE SUIS CHARLIE » La nature de la censure en question.

Vaste sujet, la censure. Celle qu’on s’impose soi-même, celle des autres. Pour les bonnes ou les mauvaises raisons…