Machu Picchu: énigme architecturale

Dossier mystère, l’énigme architecturale du Machu Picchu

J’inaugure ici un thème qui m’est particulièrement cher : les énigmes architecturales et mystères de la civilisation !

Enchâssé dans un paysage spectaculaire, au point de rencontre entre les Andes péruviennes et le bassin de l’Amazone, le Sanctuaire historique de Machu Picchu est l’une des plus grandes réalisations artistiques, architecturales et d’aménagement du territoire au monde et le plus important patrimoine matériel laissé par la civilisation inca.
Saviez-vous que si vous allez à Machu picchu, dans certaines fontaines vous pouvez régler le débit de l’eau avec votre doigt seulement sans que personne ne puisse expliquer comment c’est possible !?!?!

vous pourrez voir ce phénomène sur le vidéo à la fin de cet article

 je sais que je pars souvent un peu dans toutes les directions, mais plus le temps passe et plus je commence à trouver un fil conducteur à toutes ces digressions.

L’Énigme architecturale me passionne

Mes centres d’intérêts sont en fait un immense puzzle et mon paysage mental commence petit à petit à se définir et compléter une image devenant un peu plus cohérente.
Je dois dire que le travail intensif dans lequel je me suis plongé maintenant depuis bientôt deux mois commence à fournir ses fruits dans la mesure où c’est la première fois que je me mets dans une dynamique de recherche d’une manière aussi intensive.
C’est toute une vie de questionnements, durant des années, j’ai relevé des sujets d’étonnement, d’émerveillement, d’indignation, de dégoût, ou simplement dignes d’intérêt.

Les incongruités scientifiques 

Un de mes principaux sujets de perplexité concerne les « dissonances » parfois relevées dans plusieurs domaines et spécialités scientifiques entre les tenants de la thèse officielle reconnue et soutenue par l’establishment généralement constitué de vieux sages et des thèses subversives émergentes qui viennent souvent bouleverser l’ordre établi et qui parfois viennent même mettre carrément le bordel !
Nous avons été habitué dans les siècles précédents, et c’est encore le cas de nos jours, que les débats d’idée tournent autour des fondements religieux, philosophiques ou éthique. Les scientifiques ne sont pourtant pas en reste, ils sont tombé eux aussi dans le nid de poule de la polémique et nous gratifient régulièrement de belles prises de becs, d’adversités tapageuses, mais ce qui est plus préoccupant, parfois de refus d’étudier des hypothèses qui nécessiteraient de revoir le dogme sur lequel reposent toutes les certitudes des connaissances actuelles, si elles devaient être validées. Quand ce n’est pas purement et simplement de la censure, ni même dans certaines affaires, d’une exclusion ou d’une radiation d’un membre ou d’une équipe devenus incontrôlables ou dangereux pour le bon équilibre de l’institution et sa réputation.
Finalement, les méthode des castes scientifiques n’ont témoigné d’aucun progrès évolutif par rapport au temps béni de la glorieuse Inquisition faisant ainsi au passage, un pied de nez à Darwin !
Le premier sujet que je vous propose est une incongruité majeure, frappante entre la thèse officielle de l’évolution de l’espèce humaine depuis son apparition à la surface de la planète et la mise à jour de sites, monuments et vestiges archéologiques qui viennent contredire totalement ce qui est résolument présenté comme étant la réalité. Les découvertes qui se succèdent et s’accumulent ne rentrent tout simplement pas dans le modèle chronologique que nous présentent les archéologues, anthropologues et paléoanthropologues entre autres…
Soyons réalistes, que nous dit la Science pour l’époque qui se situe en gros entre – 15.000 ans et – 7 ou – 6.000 ans avant notre ère ?
C’est l’époque mésolithique, fin de l’aire glaciaire, le réchauffement important des températures entraîne la montée des eaux dans l’Atlantique ce qui aurait crée le mythe du Déluge transmis par tradition orale par les Hommes de cette époque et qui se retrouvera bien plus tard dans des textes religieux de Mésopotamie, puis, dans la Bible. Ce réchauffement fait sortir les hommes des grottes et des cavernes, les animaux des temps glaciaires comme le mammouth meurent.

Par la suite, les Hommes, chasseurs cueilleurs deviennent lentement sédentaires, les premiers connus, ceux du Nil (Égypte) à l’Euphrate (Turquie,Syrie, Iran, Irak) honorent le Taureau comme une divinité ! [insight : il faut avouer qu’il est admirable à plusieurs égards !]

Les premières communautés humaines ont écloses vers -5000 avant notre ère ???

On évalue l’installation des premières communautés dans le Croissant fertiles à environ -5 .000 ans avant notre ère, il est communément admis que c’est le temps débloqué par la sédentarisation qui a permis aux Hommes de réfléchir, créer et développer le sentiment religieux, en même temps que les habiletés techniques.
Mais alors, comment se fait-il que la datation de constructions découvertes sur des sites tels que Machu Picchu ou même Gobekli Tepe en Turquie soient pour les plus conservatrices établies établies à au moins – 12.000 ans minimum ?
En plus, on ne parle même pas d’artefacts tels que des aiguilles avec un chas faites avec des éclats d’os, on s’entretient ici de constructions, voire de cités entières construites avec une maîtrise architecturale qui laissent les ingénieurs actuels totalement sans voix, car certaines caractéristiques techniques sont à peines possibles avec la technologie toute récente dont nous disposons aujourd’hui, tel que la découpe laser par exemple.
Je vais vous laisser des liens vidéos en fin d’article qui sont prodigieux !
Je n’ai aucune explication ou solution à apporter, je me questionne simplement sur pourquoi cette question primordiale n’est pas posée sur la table par les archéologues et débattue car cela vient totalement à l’encontre l’histoire officielle de notre évolution, ça ne colle pas avec l’ensemble !

Énigme architecturale = ça coince avec Darwin. S’il est un point sur lequel la théorie de l’évolution de Darwin continue de susciter incompréhensions et polémiques, c’est la révolution qu’elle a provoqué dans notre vision de la place de l’homme dans la nature en montrant la continuité de l’émergence des sociétés humaines avec l’ensemble de l’évolution du monde vivant, en établissant le lien entre évolution biologique et histoire humaine.
Énigme architecturale = ça coince avec Darwin.
l’évolution est un processus constant et dynamique vers le perfectionnement
Tant que nous étions dans des débats d’idéologies, de croyances de foi, qui par définition ne se basent pas sur des critères objectifs, tangibles, palpables, il est tout à fait compréhensible qu’il y ait eu des litiges, mais quand on évolue dans un système factuel et que l’on se trouve tout de même confronté à ce type de blocage irrationnel puisqu’il réfute des évidences, nous sommes totu à fait en droit d’être déçu au minimum, car c’est toute la communauté humaine qui est bafouée et flouée parce qu’un petit noyau d’individus refusent de mettre leurs certitudes en question, ou pire, continuent de les défendre tout en sachant qu’il sont dans l’erreur !
Je vous laisse avec le vidéo que j’ai sélectionné, j’ai pris le temps d’expliquer mes motivations en guise d’introduction sur cette page concernant un petit ensemble de dossiers que je compte développer au fur et à mesure, je reviendrai sur ce sujet de constructions extraordinaires parce que Machu Picchu n’est pas un cas unique mais fait partie d’un ensemble de monuments et de sites qui ont la particularité d’être congruents sur le point d’invalider la position officielle des scientifiques.
Fin de la partie 1 des énigmes architecturales
Bon visionnement du vidéo Les Incas

email

2 pensées sur “Machu Picchu: énigme architecturale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !