Le TDAH, exemple parfait de maladie fictive

« Le TDAH est un excellent exemple de maladie fictive ».

Tels étaient les mots du Dr Leon Eisenberg, le « père scientifique du TDAH (trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention) », dans la dernière interview qu’il a donnée avant sa mort à 87 ans en 2009.

TDAH : Le psychologue de Harvard, Jérôme Kagan, qui est l’un des plus grands experts mondiaux sur le développement de l’enfant, a déclaré : « Revenons 50 ans en arrière. Nous avons un enfant de 7 ans qui s’ennuie à l’école, et perturbe les cours. A cette époque-là, on disait qu’il était paresseux.
TDAH ; grâce à “ce machin” cette maladie fictive a permis à toute une communauté scientifique et commerciale de vivre grassement
Grâce aux ventes pharmaceutiques, le Dr Eisenberg a mené une vie luxueuse grâce à cette « maladie fictive », le TDAH.

Le malade imaginaire du XXI° siècle souffre de TDAH

Le psychologue de Harvard, Jérôme Kagan, qui est l’un des plus grands experts mondiaux sur le développement de l’enfant, a déclaré : « Revenons 50 ans en arrière. Nous avons un enfant de 7 ans qui s’ennuie à l’école, et perturbe les cours. A cette époque-là, on disait qu’il était paresseux. Aujourd’hui, on dit qu’il souffre de TDAH. Tout enfant qui ne réussit pas à l’école est envoyé voir un pédiatre, et le pédiatre dit « C’est le TDAH, voici de la Ritaline ». En fait, 90 % de ces 5,4 millions d’enfants n’ont pas un métabolisme anormal de la dopamine. Le problème est que si le médicament est disponible pour les médecins, ils feront le diagnostic correspondant ».

TDAH = vie luxueuse