C’est peut être le temps de la retraite pour moi !

En navigant sur le net ce matin, je suis tombé nez à nez avec ce projet que je ne connaissais absolument pas, mais que je me préparais mentalement à rencontrer depuis une dizaine de jours : une idée de retraite !

Retraite au Le Monastère de Saorge. Le chant grégorien est le chant liturgique officiel de l'Église catholique d'après le rite romain. Issu d'anciens chants romains, originalement chant messin et chant vieux-romain, il reste pratiqué continuellement auprès des églises paroissiales ainsi que des établissements religieux, fréquemment selon les cérémonies plus solennelles de la liturgie en forme extraordinaire.
Le Monastère de Saorge, un endroit parfait pour envisager une retraite
ancien couvent des franciscains, brillant témoignage du baroque surplombant les gorges de la Roya, Retraite au Monastère de Saorge.

Je cherchais des informations sur les associations d’écrivains de la région et également sur les concours littéraires actuellement ouverts aux candidats futurs Modiano ou Volodine, qui seront assurément encensés par nos futurs Ministres de la Culture, quand je suis arrivé à cette page qui m’a tout de suite attiré une idée intéressante ça, une Retraite au Monastère de Saorge.!

 
« Historique et missions :

Situé dans les Alpes-Maritimes, à 30 km au nord de Vintimille, le Monastère de Saorge, ancien couvent fondé en 1633, fut occupé, de 1969 à 1988, par des frères franciscains. Après leur départ, pour préserver le monument et le faire revivre dans un mode proche de sa destination originelle, l’État, propriétaire du lieu depuis 1967, conçut le projet d’y héberger des écrivains à la place des religieux.
 
Depuis 2001, le Monastère est destiné à recevoir des écrivains, traducteurs, scénaristes et compositeurs de musique. La partie résidentielle du monument est désormais ouverte à des retraites d’écriture, ainsi qu’à des séminaires, colloques, ateliers d’écriture ou de traduction….»

La suite sur maison des écrivains et de la littérature

La retraite silencieuse

Il y a 5-6 ans, j’ai découvert les bienfaits de la retraite avec surprise et beaucoup de plaisir je dois l’avouer, je ne le savais pas encore mais cette période de ma vie a été une charnière importante, beaucoup de choses se sont mises en place à cette époque et deviendront les prémisses d’une nouvelle orientation personnelle à plusieurs niveaux. Je me rends compte que « la vie » envoie des signaux très compréhensibles… si on en tient compte et si on se donne la peine de les considérer avec attention.
J’ai décidé de ne pas les voir ou ils ne m’ont pas interpellé, c’est ainsi
Différente est maintenant mon approche de la vie, je fais un peu plus attention aux signes et surtout je tente de réagir et de rester proactif par rapport aux événements, est-ce que c’est une bonne chose et n’est-ce pas présomptueux de penser que nous avons une influence significative sur notre destinée, longs débats pour une telle question existentielle et intemporelle…
C’était déjà un lieu religieux : l’abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, située au Québec sur la rive ouest du lac Memphrémagog près du village d’Austin. Il faut reconnaître que les congrégations religieuses savent choisir des endroits particulièrement agréables qui semblent toujours émettre une énergie très particulière.
J’y ai passé 3 jours de retraite magnifiques de silence, de recueillement et de lecture…
Je pense que dans cette période de 72 heures j’ai assisté à plus de messes qu’au cours de tout le reste de ma vie, mariages, baptêmes et enterrements compris car, étant enfant, mes parents m’obligeaient à aller à la messe le dimanche matin (eux, ils étaient boulangers, ils travaillaient, donc ils y échappaient!) je faisait la messe buissonnière, on jouait au foot avec les copains, à chaque fois que je revenais après, mon père me demandait toujours des nouvelles : »Alors, comment ça c’est passé ? Il a dit quoi le curé ??? »
— Bof ! Comme d’habitude je répondais invariablement…
Il me regardait toujours d’un air bizarre puis retournait travailler, je le soupçonne maintenant de ne m’avoir jamais cru, peut être même qu’il s’échappait 5 minutes de son fournil et venait me regarder jouer au foot  un petit moment, ça aurait été son genre…
J’ai donc été séduit par ce rythme, ces chants grégoriens magnifique et cette belle sensation de se sentir léger et privilégié de pouvoir fuir la vie trépidante et la modernité, pas facile une heure après avoir quitté ce lieu de quiétude de retrouver les bouchons de circulation, l’odeur du gazole et les bruits « agressants ».
Je trouve dommage de perdre aussi rapidement les acquis d’un tel séjour de ressourcement, après une telle expérience, il faudrait prendre la résolution de refuser dorénavant de subir un tel stress quotidien par habitude ; c’est vrai qu’on ne s’en aperçoit plus, le pire étant le rythme incessant que l’on demande de plus en plus à nos enfants c’est devenu incroyable.
Je ne me suis pas contenté des belles énergies que nous réservent les lieux « sacrés » chrétiens, j’ai également testé temple hindouiste et bouddhistes et quelques belles cérémonies autochtones amérindiennes.
Ces escapades m’ont apporté la conviction que ce « sacré » se trouvait toujours là où on le cherchait si on avait le désir de l’y trouver, je ne crois pas en une religion qui ait la science infuse et possède La vérité, et qui disqualifie donc les autres par la force des choses.
La spiritualité est une expérience intime, profondément intériorisée et personnelle, je me considère comme étant un être éminemment spirituel mais pratiquement allergique à toute forme d’expression de religiosité car il suffit de commencer à se regrouper par affinités, clan, paroisse ou église pour que le dogmatisme, l’exclusion et l’intolérance arrivent au galop. Nous n’avons que trop d’exemples journaliers affreux, inhumains, inqualifiables qui confirment que les religions sont une des pires causes des crimes contre l’humanité, paradoxalement.
Je vois donc d’un très bon œil cette initiative qu’a eu l’État français par le biais de ”Monuments historiques” et l’organisme ”maison des écrivains et de la littérature” de transformer ainsi ce Monastère où se recueillaient des homme d’Esprit en demeure pour abriter des Hommes de lettres : cela veut tout simplement dire que L’esprit est respecté à la lettre !!!

email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.