EN CHINE ON PROJETTE DES HOLOGRAMMES DANS LA FUMÉE DES USINES

Initiative intéressante et créative pour dénoncer un fléau qui frappe la Chine de plein fouet : la pollution galopante de son atmosphère, principalement en raison des émanations échappées des usines.

Cette habitude de nombreux Chinois qui consultent l’application « Air Quality China »n’est pas qu’une nouvelle lubie originale et exotique, mais nécessaire à la survie des citadins chinois, quand on sait que des centaines de milliers de morts* sont, chaque année, imputées à la pollution en Chine. Ironie du calendrier, c’est pendant la COP 21 que Pékin a dû lancer, pour la première fois, une « alerte rouge » à la pollution atmosphérique.
Quediriez-vous d’un monde où la conversation avec la voisine depalier ne porterait plus sur le temps qu’il fait, mais sur le tauxde particules polluantes dans l’air prévu pour la journée ?
Voir le vidéo intéressant  “Breathe again” en fin de cet articles 

Idée originale et décalée pour un problème gravissime révélant une tragédie

Pour faire face aux besoins énormes d’énergie, pour subvenir à la production industrielle – il se construit une nouvelle usine par jour en Chine – les pouvoirs chinois sont dans l’obligation de procéder à la construction permanente de nouvelles structures, tout cela simplement pour assurer la création de l’électricité qui est consommée par les usines d’exploitation de ressources, de matières premières et de production de biens de consommation.
Les fumées crachées par les cheminées des usines à charbon sont à l’origine d’un problème sanitaire majeur en Chine. La société Xiao Zhu va utiliser intelligemment cette fumée pour passer un message, projetant sur elle des visages d’enfants désespérés grâce à un faisceau lumineux qui dévoile un image qui paraît surréaliste…


Grave problème sanitaire auquel il faut faire face sans attendre

On estime qu’en Chine 500 000 personnes décèdent chaque année à cause de la pollution et de ses dommages. On peine à imaginer une telle quantité. Évidemment, les personnes les plus fragilisées sont les premières à souffrir de ce mal. La plupart des personnes décédées lors des grandes vagues de pollution étaient principalement des enfants ayant développé des problèmes respiratoires. Pour Xiao Zhu, un spécialiste chinois de la purification de l’air, les chiffres ne sont pas suffisamment éloquents pour mobiliser la population. Il a donc développé une campagne forte pour les sensibiliser aux dangers des fumées d’usines mais aussi pour faire la promotion des solutions qu’il propose.

Un résultat spectaculaire motivé par l’importance primordiale de convaincre les décideurs

Prenant pour décor les fumées des usines qu’elle dénonce, l’entreprise a choisi de projeter de nuit, des visages d’enfants sur ces émanations. La campagne de communication nommée Breathe Again (respirez à nouveau) montre des enfants en pleurs, terrifiés suspendus dans les airs et qui ne peuvent s’échapper de cet air vicié. Bien entendu, la marque cherche à populariser en Chine ses systèmes de purification d’air (mais tristement nécessaires), flirtant donc avec le greenwashing, mais essaie néanmoins de faire réagir l’opinion dans un pays qui fait face à de très graves conséquences de la pollution industrielle et où de nombreux militants écologistes sont censurés.

IL est évident que le choix est cornélien : ralentir l’industrie ou continuer de mourir

Voila le dilemme dans lequel est plongé la communauté chinoise ; les efforts gigantesques mis en branle par le gouvernement et les dirigeants d’entreprises, d’industries et du commerce en Chine afin de hausser la production et le PIB d’un des pays les plus vastes et les plus peuplés de la planète ont abouti au résultats escomptés : La chine est devenu le pays le plus productif au monde, dépassant maintenant l’économie américaine, mais la satisfaction chinoise est bien amère car cette progression de géant s’est faite avec la catastrophe environnementale qui fait maintenant le quotidien d’un bon nombre de citoyens dont le seul tort est de se trouver au mauvais endroit dans le sillage d’une usine qui vomit ses émanations toxiques 24/7. De plus, les négociations internationales sur l’environnement essaient de faire accepter aux pays émergents la réalité de l’état désespérant de la planète causé principalement par les pays industrialisés depuis le XIXe siècle et qui voudraient donc faire accepter à ces nouvelles économies dynamiques de renoncer à la croissance, au pouvoir d’achat enfin favorable à toute la population et à l’accès à la consommation de masse dont ils ont rêvé et qu’ils viennent enfin de parvenir dans la galerie magique de la société capitaliste qui comblera tous leurs désirs les plus exotiques.
Difficile de ne pas créer une énorme frustration devant un tel choix, aus dernières nouvelles cependant, ces pays sont prêts à faire des concessions pour la santé de leurs habitants, le geste est louable et démontre un sens des responsabilités qui a manqué remarquablement aux capitaines d’industries occidentaux du siècle passé ! Ils rste encore quelques dinosaures, notamment du côté des matières premières et gazières avec des technologies archaïques mises en œuvres qui font penser que notre devise est encore souvent : « Fait ce que je dis, mais ne fait pas ce que je fais, c’est sale ! »


Ci-dessous le petit vidéo “Breath again” 

email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.