pour ne pas me perdre, Je te quitte 

Parfois, il est nécessaire de laisser derrière soi les personnes que nous aimons le plus pour ne pas perdre la notion de notre identité.

Je m’éloigne de toi pour ne pas me perdre, même si c’est une décision difficile à prendre, pour ne pas me perdre, mais je le fais pour ma santé mentale et parce que j’ai besoin d’avancer dans ma vie.

pour ne pas me perdre, Je te quitte  peut sembler une phrase cruelle
pour ne pas me perdre, Je te quitte

Je te quitte pour ne pas me perdre peut sembler une phrase cruelle, triste, révoltante, paralysante, ou le tout à la fois…

Les semaines précédant une décision de ce calibre sont semées de doutes. Quand on tombe amoureux ou qu’on fait une place à une personne dans sa vie, on le fait avec l’idée que ce soit durable, mais parfois les choses ne se passent pas comme on le planifiait, la vie nous joue des tours et nous indique que ce n’est pas toujours nous qui avons le pouvoir de tout décider…

Continuer la lecture de « pour ne pas me perdre, Je te quitte  »

LETTRE DE RUPTURE DE SIMONE DE BEAUVOIR

Simone de Beauvoir a écrit une lettre très touchante à son amant Nelson Algren et en profite pour rendre un hommage appuyé à son autre amour Sartre “Je me sens pleinement heureuse, chaleureuse et terriblement reconnaissante quand je vous regarde en moi.” 

Comme adepte des courriers (et j’ai un faible pour la lettre de rupture) que les gens s’adressent et surtout des lettres d’amour que je trouve particulièrement exquises, « Hell Hath No Fury, des lettres de femmes qui annonce une rupture » par Anna Holmes est totalement séduisante ! (bibliothèque publique)…  

Une belle lettre de rupture  : Dès 1947, Simone de Beauvoir se lance à la découverte du monde. Elle se rend tout d’abord aux Etats-Unis, où elle rencontrera son amant Nelson Algren, puis parcourt l’Afrique et l’Europe. En 1955, elle débarque en Chine. Elle découvre Cuba et le Brésil au début des années 1960, puis séjourne en URSS. Ses différents périples à l’étranger lui permettent d’enrichir ses ouvrages, qu’elle ne néglige à aucun moment.
La lettre de rupture de Simone est restée par bonheur préservée dans les annales

LES 7 ÉTAPES DU DEUIL – Physique, professionnel ou social

Le cerveau humain est un organe extraordinaire ; bien sûr, les recherches scientifiques ont permis de comprendre énormément de choses à son sujet, surtout depuis les récentes avancées technologiques de ces 30 dernières années. 

Le mot deuil vient du bas-latin dolus (« douleur »), par l'ancien français duel (« douleur », « affliction causée par la mort de quelqu'un »)1. D'une manière générale, le deuil permet de surmonter un événement critique de la vie. Il est souvent associé à la mort : « la mort d'une image parfaite des parents lorsque ceux-ci divorcent », « la mort de la confiance en une personne », « la mort d'une relation amoureuse lors d'une séparation », « la mort de quelqu'un ». Ce processus peut également entrer en action dans le cas où un proche perd la mémoire ou la raison. Le deuil nécessite souvent le soutien d'autrui faisant preuve d'empathie
La perte d’un être cher est toujours une grave crise existentielle 

INTRODUCTION 

Mais, ces recherches ont abouti à des découvertes qui confirment de plus en plus hors de tous doutes que les interactions physico-chimiques qui procèdent à la base de son fonctionnement sont extrêmement complexes et diversifiées ce qui fait que pour un point particulier qui semble élucidé, il en apparaît au moins un autre – sinon plusieurs – qui constituent immédiatement de nouveaux défis et de nouvelles explorations en perspective. 
Le domaine des neurosciences en est l’exemple parfait, entre parenthèse, je vois un parallèle intéressant se dessiner entre la relation des neurosciences qui se rapproche de celui de la psychologie : on arrive à expliquer de plus en plus en plus le comportement humain par la génétique, l’endocrinologie et les neurosciences de même que les récentes investigations et hypothèses avancées en physique quantiques se rapprochent bigrement du domaine de la spiritualité et des comportements réservés jusqu’à présent au domaine de la conscience et de la mystique.
Ainsi donc, le modus operandi de l’expérimentation scientifique fait une introduction remarquée dans les Sciences humaines, ce qui en soi n’est pas une mauvaise nouvelle surtout si c’est pour apporter de la rigueur.
C’est ainsi que des comportements qui semblaient jusqu’à présent être imprévisibles ou difficilement quantifiables se sont trouvés étudiés, disséqués et, miracle : on a pu établir des classifications dans de nombreuses situations.
C’est ainsi que sont apparues différentes théories de types psychologiques servant à l’étude comportementale.
De telles études sont importantes en criminologie : bien pratique pour débusquer les Hannibal Lecter de ce monde, le Jack l’éventreur du siècle passé ou pour un employeur de trouver la perle rare, l’employé qui sera idéal pour combler le poste manquant au sein de son entreprise.

Au plan individuel, ces avancées ont permis de mieux comprendre nos émotions et donc de mieux prévenir des affections mentales qui sont souvent entraînées par un choc psychologique. La perte d’un être cher est la première chose qui nous vient à l’esprit, le deuil est en effet une conséquence qui survient de façon systématique quand un décès survient dans notre entourage.