MESSAGE D’ALBERT EINSTEIN À LA POSTÉRITÉ : FOIRE MONDIALE DE LA CAPSULE DU TEMPS DE 1939 !!!

Un rappel piquant d’Albert Einstein  du carrefour où se trouve l’humanité dans les choix qu’elle fera de ses capacités, pour le bien et le mal… En 1939… 

ALBERT EINSTEIN : "Je ne peux pas imaginer un Dieu qui récompense et punit l'objet de sa création. Je ne peux pas me figurer un Dieu qui réglerait sa volonté sur l'expérience de la mienne. Je ne veux pas et je ne peux pas concevoir un être qui survivrait à la mort de son corps. Si de pareilles idées se développent en un esprit, je le juge faible, craintif et stupidement égoïste." (Albert Einstein / 1879-1955 / Comment je vois le monde / 1934)
ALBERT EINSTEIN
Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l’ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains. “ALBERT EINSTEIN “

ALBERT EINSTEIN

Le dilemme est posé laisserons nous (en 1939 !) claironner les spadassins et les va-t-en-guerre ou au contraire, prêterons-nous une oreille bienveillante à tous les pacifistes de la planète : nous connaissons le résultat et les millions de morts qui ont été sacrifiés dans les champs d’horreur comme l’a si bien souligné Jacques Brel… Le pire, c’est qu’en 39, la mémoire était encore fraîche chez tous les adultes des atrocités commises 20 petites années auparavant, c’est le temps que prend un enfant pour naître et devenir un tout jeune adulte plein d’espoirs dans les lendemains qui chantent dans le futur, et qui n’aspire qu’à rencontrer l’amour et vivre heureux et en paix dans un monde que tout le monde pense débarrassé une fois pour toute de cette connerie qu’est la guerre comme la qualifie Prévert !