Les 5 clés du bonheur de Carl Jung

Selon Carl Jung, le bonheur exige que nous puissions d’abord regarder en notre for intérieur. Ce n’est que lorsque nous nous réveillons, que nous rendons conscient l’inconscient et que nous laissons derrière nous l’ombre, que nous nous sentons libres d’atteindre ce qui nous rend heureux.

Les clés du bonheur de Carl Jung sont toujours d’actualité. Le célèbre psychiatre suisse et fondateur de la psychologie analytique était bien plus que cette figure incarnant des savoirs multiples et variés qui nous a légué des concepts comme l’inconscient collectif ou les archétypes. Jung était un expert dans cette alchimie complexe d’émotions, d’images et de besoins qui sous-tendent l’être humain.

5 clés du bonheur : https://moncarredesable.com/albert-camus-quete-du-bonheur-pourquoi-le-bonheur-est-notre-obligation-morale/
L’épanouissement personnel est une des bases du développement spirituel

« Nous ne savons rien de l’homme, ou si peu. Sa psyché devrait être étudiée car nous sommes à l’origine de tout le mal à venir »,

a-t-il dit un jour dans une interview alors que le monde était sous le voile de la guerre froide.

« Nous sommes faits de peur et seules la psychologie et la compréhension de ce que nous sommes peuvent nous sauver » ,

précisa-t-il. Jung savait que, en tant qu’espèce, nous étions capables du pire, mais aussi du meilleur. Cette réalisation de soi vers l’espoir et le bien-être ne peut se faire, selon lui, que par l’individuation.

Ce concept intéressant est également lié au concept de bonheur de Carl Jung. Il faisait référence à ce processus par lequel nous parvenons à devenir des individus psychologiques libres, mais unis dans toutes nos parties. Sans peur, sans angoisse, formant une totalité où rien ne reste dans l’ombre. Des êtres dont l’inconscient devient conscient et qui ont des buts clairs.

C.G. Jung Speaking by C. G. Jung

Cette idée était, sans aucun doute, la pierre angulaire de la pensée du père de la psychologie spirituelle. Dans le même temps, il a été capable de nous donner une simple liste de ces dimensions qui, selon lui, pourraient nous conduire au bonheur. Il l’a fait au cours d’une série d’entrevues qui ont été recueillies dans le livre « C.G. Jung Speaking (1987) ». Découvrons ensemble en quoi consistent ces points.

« L’homme mérite qu’il se soucie de lui-même car il porte dans son âme les germes de son devenir. »

-Carl Gustav Jung-

Les clés du bonheur de Carl Jung

Les listes classiques sur la façon d’être heureux abondent. Nous savons également qu’un bon nombre d’entre elles tombent dans un certain positivisme dépassé. Elles sont seulement les étendards vides d’une pensée elle aussi creuse. Ces outils ne sont pas réalistes et ne nous fournissent pas une aide objective. De la même manière, les clés du bonheur de Carl Jung peuvent aussi nous sembler un peu basiques. Pour autant, elles ont un important point de différenciation.

Le fondateur de la psychologie analytique a souligné un détail : si

Métamorphoses de l’âme et ses symboles de Carl-Gustav Jung

nous sommes aveuglément obsédés par la recherche de ces dimensions, ce que nous obtiendrons, c’est le contraire. Nous serons donc malheureux. Il s’agirait plutôt d’avoir des objectifs clairs, mais de pouvoir aussi se laisser aller. Dès lors, il nous faut être réceptifs, intuitifs et, comme le dirait Jung lui-même, d’entrevoir ces synchronicités qui nous apportent parfois des choses aussi inattendues que magnifiques.

Voyons quelles sont les clés du bonheur de Carl Jung.

1. Être en bonne santé physique et mentale

L’un ne peut se concevoir sans l’autre. Une bonne santé doit être à la fois physique et psychologique. De plus, Carl Jung lui-même a précisé que la psychologie était vraiment la seule science qui pouvait sauver les êtres humains et assurer leur bien-être.

Cependant, il a également souligné que la psychologie n’est pas seulement destinée à traiter les troubles psychologiques qui favorisent l’inconfort et la souffrance. Se réaliser en tant que personnes, clarifier nos objectifs et savoir qui nous sommes est aussi l’une des clés du bonheur, tout comme peut l’être le bien-être physique.

2. Avoir de bonnes relations

La qualité de nos relations sociales est sans aucun doute ce pilier qui figure dans tout manuel sur le bonheur. Nous ne pouvons pas vivre

5 clés du bonheur : La Puissance de la joie de Frédéric Lenoir
La Puissance de la joie de Frédéric Lenoir

déconnectés de nos semblables, nous avons besoin d’affection, d’amitié, de sécurité, d’amour, de communication, de partage, de découverte de nouvelles perspectives, d’apprendre à prendre soin des autre et à être soignés par eux, de créer des liens solides et gratifiants…

3. Avoir la faculté de percevoir la beauté de l’art et de la nature

L’art est ce produit culturel créé par l’être humain qui va au-delà du sens esthétique. Dans chaque œuvre, dans chaque production, l’essence de l’être humain est à son tour contenue. Il y a ses émotions, sa créativité, ses idéaux, son potentiel psychologique et novateur, sa maîtrise pour donner forme à des créations qui ont été les premières dans notre esprit et dans ce scénario inconscient dont Jung a parlé.

Savoir apprécier tout cela nous élève, nous gratifie et nous rend heureux. Tout comme le fait de pouvoir admirer la nature. C’est là que se trouvent nos racines. Chaque être et chaque coin de notre planète peut nous donner d’excellentes leçons de sagesse.

4. Croire en quelque chose, une religion ou une philosophie

Parmi ces clés de Carl Jung pour être heureux, la spiritualité ne pouvait pas manquer. Bien enraciné dans une doctrine religieuse ou un courant philosophique, le fait de croire en « quelque chose » offre, selon le père de la psychologie analytique, une base pour le bien-être. C’est se permettre de donner un contexte et une origine à chaque expérience. C’est sentir qu’il y a quelque chose de plus que simplement tangible. Quelque chose qui offre des racines et en même temps des sens et des buts.

5 clés du bonheur : Matthieu Ricard
Matthieu Ricard

5. Avoir un emploi satisfaisant

Carl Jung a expliqué dans plus d’une interview que son but et son désir dans son enfance étaient d’être archéologue. Plus tard, les circonstances ont voulu qu’il finisse par étudier la médecine, puis qu’il se spécialise en psychiatrie. Pour autant, d’une certaine manière, il a été capable d’articuler sa passion pour l’histoire, l’anthropologie et son besoin de « creuser » dans les profondeurs de l’être humain, à travers la psychologie analytique.

Avoir un emploi satisfaisant n’est pas facile, mais si nous facilitons ce cheminement professionnel par des choix appropriés, et si nos idéaux sont clairs, nous finirons par trouver cet emploi où nous nous sentirons comblés. Le bonheur, c’est aussi donner aux autres le meilleur de soi-même à travers un travail bien fait, à travers ce travail qui nous passionne et dans lequel nous sommes bons.

Pour conclure, Socrate disait que pour trouver le bonheur, il faut descendre au plus profond de soi. D’une certaine manière, cette idée est assez similaire à ce que Jung défendait. Nous devons faire prendre conscience de cette voix intérieure qu’il y a en chacun de nous. Quand nous le ferons, nous nous sentirons libres et prêts à façonner la vie que nous désirons.

Syndrome de l’imposteur : vivre avec !

Le syndrome de l’imposteur : facétie ou affection réelle et paralysante ?

J’ai l’impression tragique d’être né avec ce syndrome de l’imposteur.

Syndrome de l’imposteur, comment vivre avec, faut-il l’éliminer, est-ce seulement possible de l’éradiquer ?

Les personnes atteintes de ce syndrome qu’on appelle aussi le syndrome de l’autodidacte, nient tout accomplissement personnel et attribuent leur succès à la chance, à leurs relations, à un heureux concours de circonstances, bref, tout ce qui permet de minimiser leur propres compétences.

Syndrome de l’imposteur, un trouble invalidant

syndrome-de-l'imposteur-mon-carre-de-sable2
Le syndrome de l’imposteur : Source d’une importante détresse psychologique, de comportements inadaptés et d’attitudes dysfonctionnelles variées, ce complexe constitue une réelle barrière à l’utilisation des véritables potentiels des individus,

Elles pensent qu’elles vont être un jour démasquées par leurs collègues, amis ou supérieurs, persuadées que ces derniers réaliseront qu’elles ne sont pas à leur place. Je peux même aller plus loin, non satisfait de m’entretenir ce petit symptôme, je chouchoutais aussi une bonne crainte de réussir qui m’a fait auto saboter un bon nombre de mes projets professionnels dont certains étaient pourtant prometteurs.
Autodidacte je l’ai été ad nauseam au point de me compliquer à chaque fois plus intensément mes recherches d’emplois à chaque réorientations de carrières…

Continuer la lecture de « Syndrome de l’imposteur : vivre avec ! »

Derek Sivers : Comment être utile aux autres

Je traduit ici un article de Derek Sivers,

Derek Sivers ; auteur, blogueur de grand talent
Derek Sivers

 Derek Sivers

Programmer, writer, entrepreneur, avid student of life. I make useful things, and share what I learn.

Publié sur son site https ://sivers.org/2do. LE TITRE DE CET ARTICLE EST « JUST TELL ME WHAT TO DO » : COMPRESSING KNOWLEDGE INTO DIRECTIVES.

« Concernant le désir de réussir, j’ai lu tout un tas de livres, qui je pensais, pourraient m’aider dans mon objectif et, même si un de ces livres avait juste un aperçu utile, il valait tout de même au moins vingt dollars ainsi que mon temps consacré à la lecture et à la réflexion.

Et puis, il y a quelques années, je me suis aperçu que j’oubliais les leçons qui figuraient dans les livres que j’avais lus. Donc, j’ai commencé à prendre des notes détaillées lors de mes lectures, pour sauver chaque idée importante. Je voulais me rappeler en permanence ce que j’avais écrit et pouvoir avoir accès à toutes ces précieuses notes.

Ces notes, je les ai ensuite sauvegardées sous la forme de fichier texte, je les ai mises sur mon téléphone portable, pour que je puisse les examiner souvent. Maintenant, je les partage aussi sur mon site, il y a les références de plus de deux cents livres maintenant sur ce blog avec mes principales recommandations en tête de liste, complétées par des exemples, je vous recommande d’aller visiter :

« Dites-moi ce qu’il faut faire»

Continuer la lecture de « Derek Sivers : Comment être utile aux autres »

Triangle dramatique ! Une solution S.V.P. !!!

COMMUNICATION : SITUATIONS DE VIE DRAMATIQUES…

Dans le modèle de l'Analyse Transactionnelle, ces jeux psychologiques serviraient à satisfaire notre soif de stimuli. Eric Berne, en 1961, parle de soif (ou de faim) de stimuli dans ses livres "Analyse Transactionnelle et Psychothérapie" et "Des jeux et des hommes". (....) l'appétit de stimuli présente avec la survie de l'organisme humain la même relation que l'appétit de nourriture
“Si vous traitez un individu comme il est, il restera ce qu’il est, mais si vous le traitez comme ce qu’il peut devenir, alors il deviendra ce qu’il peut devenir” Johan Wolfgang Von Goethe

 LE TRIANGLE DRAMATIQUE OU

LE TRIANGLE DE KARPMAN

Il y a une trentaine d’années j’ai eu l’occasion de découvrir l’analyse transactionnelle dans la cadre de ma formation professionnelle en techniques de ventes alors que j’étais agent immobilier sur la Côte d’Azur.
Intégré dans les jeux psychologiques des divers comportements décrits par la théorie, le triangle dramatique a été modélisé par Karpman et s’applique à toutes les interactions humaines, qu’elles soient dans le domaine personnel, en relation de couple ou dans le domaine professionnel, en relation d’équipe de travail.
Ce modèle énonce que, dans certaines situations d’interactions conflictuelles, les acteurs (en psychologie sociale, celui qui est en situation sociale est appelé un acteur) vont créer un jeu psychologique dramatique au tracé prévisible pour endosser un des rôles prédéfinis et interchangeables du drame, ce qui permet – pratiquement – d’en déduire la prévisibilité….
Pendant ces formations, nous sommes souvent amenés à décoder des situations de communication problématiques à l’aide du « Triangle de Karpman ». Pour le résumer très rapidement, il schématise un jeu où la communication est caricaturale et les relations néfastes pour les individus qui y participent ou y assistent. Le triangle implique la mise en relation de 3 rôles complémentaires : Sauveur – Victime – Persécuteur.

Réussite de vie, Christiane Singer !

Un article aujourd’hui consacré à une magnifique réussite de vie : Christiane Singer, que personnellement j’élève au même niveau que Françoise Giroud, Simone Veil ou Simone de Beauvoir … 

C’est dire mon admiration pour cette femme, en plus, je l’avoue humblement, je la trouvais magnifiquement belle !!! 

« La démarche de Christiane Singer, son courage, sa générosité sont sublimes, elle le sait, le dit et c'est sans doute ce qui lui donne cette force magnifique. [...] D'un lyrisme dense et cru, elle réinvente ici la mort, en fait le visage même de la vie. » Fabienne Pascaud, Télérama. « Un testament spirituel de tout premier ordre. [...] Un hymne à la joie [...]. Un français étincelant, épuré jusqu'à l'os et pourtant baroque. »
Magnifique femme, chercheuse, intellectuelle, conférencière et humaine Christiane Singer.
 “Un journal dans lequel la joie et l’espérance sont plus fortes que la mort” Christiane Singer .

QU’EST-CE QU’AIMER, Christiane Singer ?

« Aimer, c’est faire en secret ce serment : Je m’engage de toutes mes forces à défendre ta liberté, à ménager autour de toi l’espace qui te sera nécessaire pour croître et fleurir ! Et même si je dois être surpris par l’évolution de l’autre, même s’il ne devient pas celui que j’attendais qu’il soit un jour, je m’engage à respecter son devenir ! C’est le défi que je relève. Que ta volonté soit faite et non la mienne ! Osons nous laisser surprendre ! N’emprisonnons pas nos proches -ni nos enfants !- dans la représentation que nous avons d’eux. Cassons les moules dans lesquels nous nous enfermons les uns les autres. Offrons-nous la confiance même de nous laisser errer, commettre des erreurs…
Que savons-nous du secret de nos destinées ? En devenant garant de la liberté de celui que j’aime, je lui épargne même de devoir fuir ! Rester ensemble n’est pas, comme au cimetière, une “concession perpétuelle” – c’est une offrande à renouveler chaque jour. 
»Christiane Singer

 Ces lignes m’ont profondément ému  ! 

Il faut dire que je suis à une période de ma vie difficile et qui me voit très émotif : arrivé à bientôt 60 ans, j’ai mis fin à une vie conjugale difficile, trop conflictuelle, dont ou pourrait dire que ni l’un ni l’autre n’a fait l’effort de vouloir trouver une issue favorable et nous avons donc fait en sorte que ça se termine là…
Il y a deux ans j’avais découvert Christiane Singer « par hasard » et ce fut une révélation…