VACCINS MENINGITEC : La justice ordonne des expertises

Vaccins Meningitec : résultats d’analyses accablants. L’état est complice d’un empoisonnement!

 

550 familles qui assignent en justice le laboratoire CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques), distributeur français des vaccins  Meningitec, pour avoir acheminé des seringues défectueuses de ce vaccin contre la méningite. «La seule chose que nous pouvons affirmer, c’est que nos enfants ne sont plus les mêmes depuis ce vaccin», lance Valérie*
 
 

Même Paris-Match confirme mes propos !!!

Des résultats affolants sur les vaccins Meningitec viennent d’être livrés par un laboratoire italien. Le vaccin contre la méningite C contiendrait des nanoparticules de métaux lourds dangereuses pour la santé des enfants. Les 600 familles engagées dans une procédure judiciaire sont sous le choc.

QUAND ON SE PLAINT, ON ALTÈRE DURABLEMENT NOTRE CERVEAU

Les sujets de mécontentement dans notre société sont de plus en plus nombreux. On dirait même que le temps s’accélère de plus en plus, que les insatisfactions s’expriment de plus en plus ouvertement et de plus en plus violemment, mettant notre cerveau à mal

 
Les mouvements sociaux actuellement qui se développent en France tels que le mouvement «Nuit Debout » expriment bien le mécontentement des citoyens européens et français plus particulièrement.
On peut toujours évidemment bien soupçonner que ce phénomène est manipulé par quelques organismes qui fonctionnent occultement et qui ont une idée derrière la tête qui va peut être au-delà du raz-le-bol social – il faut savoir à qui profite le crime -, il n’en demeure pas moins vrai que ces expressions vivantes sont tout à fait justifiés par le climat délétère qui règne actuellement un petit peu partout, ça nous prouve finalement que la société n’est pas encore totalement lobotomisée !!!

cerveau en ébullition ! Un élan populaire est en train de naître. Lycéen.ne.s, étudiant.e.s, salarié.e.s syndiqué.e.s ou non, chômeurs en colère, discriminé.e.s en tout genre, syndicalistes réprimé.e.s, paysan.ne.s et écolos zadistes, ça fuse de partout et c’est beau à voir.
 
Justement, à ce titre, le fait de se plaindre n’arrange pas toujours les choses et parfois même produit l’effet inverse.

Outre le fait que la plainte stérile, si elle n’est pas suivie d’action, ne sert absolument à rien ; nous connaissons tous quelqu’un qui fait sa révolution dans son salon devant son ordinateur, relayant des idées – ce qui est déjà une bonne chose en soi évidemment – mais je pense que c’est maintenant loin d’être suffisant, NUIT DEBOUT nous montre la voie que l’action sociale DOIT devenir une action de terrain, concrète et dans la rue, plus seulement dans nos chaumières !!!

Continuer la lecture de « QUAND ON SE PLAINT, ON ALTÈRE DURABLEMENT NOTRE CERVEAU »

LA RÉSILIENCE : UNE INTERVIEW DE BORIS CYRULNIK, NEURO-PSYCHIATRE

Boris Cyrulnik est psychiatre depuis 34 ans ; spécialiste de la résilience, il a abandonné son cabinet de consultations depuis 3 ans, il est aujourd’hui chercheur et enseignant à l’université de Toulon. 

Il a écrit de nombreux ouvrages, dont : ” Les vilains petits canards “, aux éditions Odile Jacob.

Boris Cyrulnik est convaincu qu’un enfant blessé n’est pas condamné à rater sa vie. Il a développé la notion de résilience, cette capacité de l’enfant maltraité à pousser droit en dépit de l’adversité et à refuser le statut de victime. Boris Cyrulnik a lui-même vécu une enfance tourmentée. : ” si je suis psychiatre, c’est évidemment à cause de mon enfance. Il faut avoir un compte à régler pour faire ce métier”.
 Une relation sécurisante aidera les enfants à trouver la force de s’en sortir, c'est la définition de la résilience. Viennent ensuite les relations évitantes, et ambivalentes ou désorganisées. La résilience entraîne : la défense-protection, l'équilibre face aux tensions, l'engagement-défi, la relance, l'évaluation, la signification-valuation, la positivité de soi, et la création. La résilience est rendue possible grâce à une thérapie, ou une analyse.
Déjà, dans l’Antiquité, le théâtre grec avait une fonction, celle de médiatiser les questions existentielles. La représentation avait pour objet de mettre à distance l’affect des spectateurs: ce que je vois, représenté sur la scène, c’est moi.

QUELLE EST LA DÉFINITION DE LA RÉSILIENCE ?

Continuer la lecture de « LA RÉSILIENCE : UNE INTERVIEW DE BORIS CYRULNIK, NEURO-PSYCHIATRE »

MOURIR DE DIRE LA HONTE – BORIS CYRULNIK

DES LIVRES QUE J’AI AIMÉS : MOURIR DE DIRE LA HONTE

de Boris Cyrulnik ; aux Éditions Odile Jacob, Paris, 2010, 260 pages

D’aprés une analyse de Catherine RÉAULT-CROSNIER

Le sentiment de honte est un des sentiments les plus déroutants dans la panoplies des afflictions émotives humaines. Boris Cyrulnik est un auteur que j’apprécie énormément, il a abordé beaucoup de sujets passionnants ; dans cet ouvrage, j’ai trouvé des réflexions très sensibles qui m’ont à plusieurs reprises interpellées…
Par exemple, le fait de ne pas parler de ses émotions qui sont à l’origine d’une honte, ou plus précisément de la crainte du regard de l’autre, ce regard perçu comme inquisiteur et qui m’a longtemps fait penser que le fait de parler de ce qui me troublait ou me dérangeait, non seulement ne me procure aucun soulagement mais bien au contraire, il me semble revivre une deuxième fois mon “traumatisme”. Le fait de chercher dans le don de soi à se construire ou se reconstruire m’interpelle beaucoup également, surtout qu’il mentionne que ce sentiment de malaise peux durer quelques minutes ou 20 ans.
Connaître l’autre est si complexe, deviner ce qu’il peut vivre ou ressentir prend toute une vie d’attention soutenue et surtout d’écoute attentive et aimante : un travail à temps complet où on peut très facilement se perdre soi-même, s’oublier…
J’ai adoré  cet ouvrage, un classique de Cyrulnyk, avec celui traitant de la résilience que je vais également traiter très prochainement !
Boris Cyrulnik, travailla sur la honte; Né le 26 juillet 1937 à Bordeaux, est un psychiatre et psychanalyste français. Ancien animateur d'un groupe de recherche en éthologie clinique au centre hospitalier intercommunal de Toulon-La Seyne-sur-Mer et directeur d'enseignement du diplôme universitaire (DU) "Clinique de l'attachement et des systèmes familiaux" à l'université du Sud-Toulon-Var, Boris Cyrulnik est surtout connu pour avoir vulgarisé le concept de résilience qu'il a tiré des écrits de John Bowlby.
Après de très nombreux livres qui ont connu un grand succès comme Les Vilains Petits canards, Parler d’amour au bord du gouffre, De chair et d’âme, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, directeur d’enseignement à l’université de Toulon, vient de publier en 2010, « Mourir de dire la honte » pour nous aider à dépasser un sentiment de culpabilité qui peut gâcher notre vie et à mieux nous comprendre en vue de nous reconstruire.

B. C. Un nouveau visage de la honte, inédit, émouvant et profond, nourri par les acquis les plus récents des neurosciences et de la psychologie. Un livre qui aide à dépasser la culpabilité et à retrouver force, fierté et liberté.
Mourir de dire la honte ; excellent livre de Boris Cyrulnik !
« Tant qu’il souffre, un blessé ne parle pas il a honte ! »

HILDE LYSIAK, 9 ANS, JOURNALISTE, IMPERTINENTE, CHASSEUSE DE SCOOPS !!!

Je l’adore cette petite impertinente !

Elle incarne la métaphore de la lutte contre la bêtise humaine qui peut s’emparer des adultes quand ils s’aperçoivent qu’une gamine IMPERTINENTE de 9 ans est investie de cent fois plus de vivacité, de capacités de débrouillardise et de bien plus d’esprit d’initiative que 80 % de la population adulte moyenne, et je pense être conservateur !

(Pas au sens politique, s’entend bien!).
Encore plus fort, elle serait même le bouc émissaire d’une société prête à s’indigner devant tant de compétences et d’efficacité concentrées dans cette ravissante petite tête blonde qui en devient du coup horrifiante de trop de maturité indécente !

Samedi 2 avril, la jeune reporter impertinente est même arrivée sur les lieux d'un crime avant ses confrères adultes. Elle a donc publié son scoop sur le meurtre à coups de marteau d'une femme par son mari, ce qui a suscité une levée de boucliers. 
Hilde me fait penser à Tippi, la petite sauvage, vous vous rappelez d’elle ? Si non, cliquez sur la photo ci-dessus  

Une journaliste de neuf ans sort des scoops et mouche ses détracteurs de manière vraiment impertinente

Continuer la lecture de « HILDE LYSIAK, 9 ANS, JOURNALISTE, IMPERTINENTE, CHASSEUSE DE SCOOPS !!! »

LE SCANDALE DU VALPROATE DE SODIUM – LA DÉPAKINE

Dans le monde de “la santé” il existe des dossiers bien particuliers, le valproate en fait partie !

Les Galilée et les Copernic d’antan sont remplacés allègrement par les Professeurs Joyeux  ou Benveniste d’alors,  avec le point commun que le procès qui leur est fait est de penser différemment que l’establishment, raison suffisamment valable pour les écarter et les ridiculiser jusqu’à la prochaine révolution scientifique !

valproate chez l'adulte : soit en monothérapie, soit en association à un autre traitement antiépileptique: Traitement des épilepsies généralisées: crises cloniques, toniques, tonico-cloniques, absences, crises myocloniques, atoniques, et syndrome de Lennox-Gastaut. Traitement des épilepsies partielles: crises partielles avec ou sans généralisation secondaire.

LE PETIT PRINCE DE SAINT-EX : JOYEUX ANNIVERSAIRE

La première publication de la Nouvelle de Saint-Exupéry de son “Petit Prince” date du 6 avril 1943, notre petit amoureux de sa Rose et l’ami du Renard a donc été créé il y a 73 ans ! 

J’adore ce passage, mais il y en a plein d’autres !
En fait, tout le texte est un bijoux de simplicité, de tendresse et de sagesse !
Éloge de l’Amitié et de la fidélité dans cette amitié …
LE PETIT PRINCE : GRAND CLASSIQUE ! J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement... Le Petit Prince (1943)
J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement… Le Petit Prince (1943)
…/…
C’est alors qu’apparut le renard.
– Bonjour, dit le renard.
– Bonjour, répondit poliment le petit prince, qui se retourna mais ne vit rien.

JOSEF SCHOVANEC : PHILOSOPHE AUTISTE

Josef Schovanec est philosophe, autiste, écrivain et militant pour la dignité des personnes avec autisme. Il est né le 2 décembre 1981, de parents tchèques, à Charenton-le-Pont dans le Val-de-Marne, en France.

 
Il est souvent appelé pour témoigner sur l’autisme avec lequel il vit.
Le philosophe autiste :"Parfois des gens qui ne connaissent pas l'autisme et qui peuvent commencer à se moquer de moi. Subitement ils ont un moment :"c'est le monsieur de la radio." Et là leur attitude change complètement", regrette le philosophe.
Autre défaillance soulignée par le philosophe autiste, la scolarisation souvent chaotique des autistes.

L’autisme est un état de normalité différent

Josef Schovanec assimile l’autisme à « une manière différente d’être », et non à « une pathologie qui se guérit avec des comprimés ». Partisan des bienfaits thérapeutiques du voyage, selon lui, les personnes autistes peuvent, ailleurs, se sentir enfin comme les autres : « Le voyage, mieux que nulle autre thérapie, rend obsolètes les traumatismes passés. Vous vous sentez moche ? Peut-être faites vous-même partie avec moi des gens peu favorisés par Dame Nature ? Peu importe. Ce qui passe ici pour un défaut pourra devenir une qualité ailleurs ».

LA LANGUE QUE NOUS UTILISONS POUR NOUS EXPRIMER INFLUENCE NOTRE FAÇON DE PERCEVOIR LE MONDE QUI NOUS ENTOURE

Nous savions déjà que très tôt dans notre vie nous sommes sensibles à notre langue maternelle, dès les 3-4 premières semaines de sa vie un nourrisson est capable de faire la différence entre la langue maternelle et une langue qui lui est étrangère !

La langue, c’est la grande question de l’identité, en général, et de l’identité culturelle en particulier qui est posée et que je voudrais développer ici, devant vous, sous votre regard, en présence de vos oreilles. D’autant que quand on enseigne une langue étrangère, on sait, même si c’est difficile, que son enseignement est inséparable de l’enseignement de la culture du pays qui s’y attache.

L’apprentissage de cette langue initiale détermine notre vision du monde qui nous entoure tout au long de notre vie de manière spécifique selon un nombre infini de facteurs !

Continuer la lecture de « LA LANGUE QUE NOUS UTILISONS POUR NOUS EXPRIMER INFLUENCE NOTRE FAÇON DE PERCEVOIR LE MONDE QUI NOUS ENTOURE »