VIVRE DANGEREUSEMENT – D’après “Effondrement” de Jared Diamond

Je voudrais consacrer le thème de mon prochain article sur un sujet qui m’est particulièrement cher et que je considère primordial (allez savoir pourquoi?) .

Jared Diamond est né à Boston le 10 septembre 1937. Diplômé de l'université Harvard en 1958, il obtient sa thèse en 1961 à l'université de Cambridge en physiologie. Il est nommé professeur de physiologie à l'UCLA Medical School en 1966. Il commence alors une seconde carrière de biologiste en étudiant l'écologie et l'évolution des oiseaux de Nouvelle-Guinée. Puis il s'intéresse à l'histoire de l'environnement et devient professeur de géographie à l'UCLA, poste qu'il occupe toujours actuellement.
On se prend à imaginer ce que put être l’état d’esprit du Pascuan qui abattit le dernier palmier au moment précis où il l’abattait.


Je fais allusion à l’impact des sociétés humaines dans notre environnement et plus précisément sur leurs comportements et sur les effets induits par ces pratiques. Le premier constat qui saute immédiatement aux yeux réside dans les différences significatives en fonction des époques de nos civilisations mais surtout des coutumes, pratiques et habitudes de fonctionnement à travers les âges.
 
Si notre empreinte écologique n’a pas évolué significativement jusqu’à l’époque de la révolution industrielle c’est pour la bonne raison que ses répercutions étaient facilement compensées par la capacité d’auto-régulation de la planète. C’est maintenant loin d’être le cas au point où le débat ne se situe plus, sauf rares exceptions – pour prendre un exemple d’actualité – sur la réalité du réchauffement climatique subséquent à l’activité industrielle humaine qui semble avérée, mais plutôt d’évaluer à quel niveau son impact et sa responsabilité sont impliqués dans ce processus de réchauffement.
Nous avons ici un débat typique d’argumentations qui n’est absolument pas nouveau dans l’histoire humaine, c’en est même navrant de récurrence quand on sait que de nombreuses sociétés avant la notre se sont cassé le nez sur des problèmes similaires et où les différentes parties en contradiction n’ont jamais trouvé un terrain d’entente et sont allées jusqu’à l’effondrement !
 

LA PAIX QUI DEPASSE TOUT ENTENDEMENT – par Eckhart Tolle

parfois la vie nous joue des tours en semant des embûches sur notre parcours, mais celles-ci peuvent devenir de véritables diamants dans nos vie et nous faire travailler nos capacités de résilience !

Tolle raconte qu’il s'est senti déprimé la plus grande partie de sa vie jusqu’à ce qu’il connaisse, à l’âge de 29 ans, une « transformation intérieure » à la suite de laquelle il passa plusieurs années sans-emploi à vagabonder « dans un état de félicité profonde » avant de devenir enseignant spirituel. Plus tard, il déménagea en Amérique du Nord où il commença à écrire son premier livre, Le pouvoir du moment présent, qui fut publié en 1997 aux États-Unis et est devenu un best-seller international traduit en 33 langues1. Tolle s’installa ensuite à Vancouver au Canada où il vit depuis.
L’épreuve de la souffrance peut être l’opportunité d’une métamorphose

 Sachons la remercier pour ces leçons de maturité – ou plutôt de maturation …  

Il existe de nombreux témoignages de personnes qui relatent avoir expérimenté l’apparition de nouvelles dimensions de la conscience à la suite d’une perte tragique à un certain moment dans leur vie.
Certains ont perdu tous leurs biens, leurs enfants ou leur conjoint, leur position sociale, la réputation ou leurs capacités physiques à la suite d’une maladie invalidante ou d’un accident.

Dans certains cas, il a pu s’agir d’une catastrophe soudaine qui nous a frappé en pleine gloire, en pleine ascension ou parfois à cause du déclenchement d’une guerre injuste venant briser tous les rêves de jeunesse insouciants échafaudés dans le bonheur de l’espoir des lendemains qui chantent ou encore lors d’une remise en question totale et bouleversante du déroulement heureux, harmonieux dont on pensait que cela allait continuer durablement comme un destin tracé d’avance.

Continuer la lecture de « LA PAIX QUI DEPASSE TOUT ENTENDEMENT – par Eckhart Tolle »

DE L’AVORTEMENT – La métaphore de l’automobile de Omraam Mikhaël Aïvanhov

Sans plus d’autres considérations philosophiques, je vous soumets ici l’interprétation  d’un sage s’il en est concernant le processus de l’interruption volontaire de grossesse… 

De l’avortement

Cette photo représente le sage ésotériste bulgare Omraam Michaël Aïvanhov, que l-on peut aisément reconnaître avec sa chevelure et sa belle barbe blanches. L’avortement se définit comme l'interruption avant son terme du processus de gestation, c'est-à-dire du développement qui commence à la conception par la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde formant ainsi un œuf, qui se poursuit par la croissance de l'embryon, puis du fœtus, et qui s'achève normalement à terme par la naissance d'un nouvel individu de l'espèce. Le terme d'avortement (ou IVG)concerne toutes les espèces vivipares. Il peut entraîner, ou non, la mort du fœtus et son expulsion immédiate
Omraam Mikhaël Aïvanhov “philosophe, pédagogue et maître spirituel”

Dans le débat, Le Point du 10 novembre 1989, Une doctoresse ignore si Le fœtus engendré par deux êtres humains est un être humain; cela me laisse perplexe et j’ai honte pour elle devant cette Grande ignorance.

Il n’est pas question ici de débattre le pour ou le contre au sujet de l’avortement. Par contre nous pouvons, par un exemple, celui d’un véhicule automobile, apporter des éléments de réflexions. On a une clé qu’on introduit dans la serrure pour établir un contact : dés que le contact est fait, il se déclenche une foule d’événements : le courant passe à travers les fils provenant de la batterie aux pôles Négatif et positif (femme et homme) vers le démarreur (le sexe) qui met en mouvement une foule de dispositifs se reliant les uns aux autres, (engrenages, carburateur, essence, mélanges. moteur) enclenchant l’allumage du moteur : cela est ensuite relié à la Boite de vitesses (plusieurs vitesses avant et une vitesse arrière) et avec une direction (notre cerveau) et des freins pour l’immobiliser et sécuriser dans certaines circonstances ou en cas de besoin. Quand tout fonctionne normalement, avec le débrayage, le moteur est séparé de la boite de vitesse pour ne pas briser le mécanisme et vous roulez paisiblement sur la route donnant confiance au mécanisme.
Avez-vous songé un instant ce qui se passe quand pour immobiliser le véhicule devant un obstacle le chauffeur embraye sur la marche arrière alors qu’il est embrayé avant ?

LES 7 ÉTAPES DU DEUIL – Physique, professionnel ou social

Le cerveau humain est un organe extraordinaire ; bien sûr, les recherches scientifiques ont permis de comprendre énormément de choses à son sujet, surtout depuis les récentes avancées technologiques de ces 30 dernières années. 

Le mot deuil vient du bas-latin dolus (« douleur »), par l'ancien français duel (« douleur », « affliction causée par la mort de quelqu'un »)1. D'une manière générale, le deuil permet de surmonter un événement critique de la vie. Il est souvent associé à la mort : « la mort d'une image parfaite des parents lorsque ceux-ci divorcent », « la mort de la confiance en une personne », « la mort d'une relation amoureuse lors d'une séparation », « la mort de quelqu'un ». Ce processus peut également entrer en action dans le cas où un proche perd la mémoire ou la raison. Le deuil nécessite souvent le soutien d'autrui faisant preuve d'empathie
La perte d’un être cher est toujours une grave crise existentielle 

INTRODUCTION 

Mais, ces recherches ont abouti à des découvertes qui confirment de plus en plus hors de tous doutes que les interactions physico-chimiques qui procèdent à la base de son fonctionnement sont extrêmement complexes et diversifiées ce qui fait que pour un point particulier qui semble élucidé, il en apparaît au moins un autre – sinon plusieurs – qui constituent immédiatement de nouveaux défis et de nouvelles explorations en perspective. 
Le domaine des neurosciences en est l’exemple parfait, entre parenthèse, je vois un parallèle intéressant se dessiner entre la relation des neurosciences qui se rapproche de celui de la psychologie : on arrive à expliquer de plus en plus en plus le comportement humain par la génétique, l’endocrinologie et les neurosciences de même que les récentes investigations et hypothèses avancées en physique quantiques se rapprochent bigrement du domaine de la spiritualité et des comportements réservés jusqu’à présent au domaine de la conscience et de la mystique.
Ainsi donc, le modus operandi de l’expérimentation scientifique fait une introduction remarquée dans les Sciences humaines, ce qui en soi n’est pas une mauvaise nouvelle surtout si c’est pour apporter de la rigueur.
C’est ainsi que des comportements qui semblaient jusqu’à présent être imprévisibles ou difficilement quantifiables se sont trouvés étudiés, disséqués et, miracle : on a pu établir des classifications dans de nombreuses situations.
C’est ainsi que sont apparues différentes théories de types psychologiques servant à l’étude comportementale.
De telles études sont importantes en criminologie : bien pratique pour débusquer les Hannibal Lecter de ce monde, le Jack l’éventreur du siècle passé ou pour un employeur de trouver la perle rare, l’employé qui sera idéal pour combler le poste manquant au sein de son entreprise.

Au plan individuel, ces avancées ont permis de mieux comprendre nos émotions et donc de mieux prévenir des affections mentales qui sont souvent entraînées par un choc psychologique. La perte d’un être cher est la première chose qui nous vient à l’esprit, le deuil est en effet une conséquence qui survient de façon systématique quand un décès survient dans notre entourage.