Souffrances et discipline, les muses des artistes ?

Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Walk Through Walls Signed and Numbered Collector's Edition (Anglais) Relié – 15 novembre 2016 de Marina Abramovic (Auteur)

Souffrances et discipline : Marina Abramovic sur l’art, la peur, la prise de risques, et l’importance de focaliser sur la douleur, la magnifier, pour en ressentir la présence.

Souffrances et discipline, l’auteure nous entretient de ces éléments qui font partie intégrante de sa vie et de son oeuvre, dans son magnifique livre, « Walk Through Walls » ; Marina Abramovic nous transmet sa vision décalée sur son art, ses créations et sur les moteurs qui ont entretenus son génie artistique. J’ai découvert Marina Abramovic il y a quelques années, description d’un parcours atypique d’une artiste parfois « torturée » que personnellement j’adore. 

Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Walk Through Walls
Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Walk Through Walls

« L’art doit être la vie – Il doit appartenir à tout le monde. »

D’après une traduction de l’excellent article de MARIA POPOVA sur son excellent blog BRAINPICKING

Souffrances et discipline, Qu’en pense Simone Weil ?

Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Simone Weil
Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Simone Weil

« Pour faire bon usage, … les souffrances que le hasard nous inflige dans notre vie sont encore plus efficaces que la discipline que nous nous imposerions à nous-même» écrit en 1942 Simone Weil dans son livre « l’enracinement », peu avant sa mort prématurée héroïque en 43.

Simone Weil, très proche spirituellement d’un saint laïque moderne (SIT), crut qu’approcher la douleur avec son consentement plutôt que par la résistance était un acte créatif et une source d’autonomisation, et par là, une voie d’apprentissage et de connaissance de soi.

Souffrances et discipline, Marina même combat que Simone

Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Walk Through Walls Signed and Numbered Collector's Edition (Anglais) Relié – 15 novembre 2016 de Marina Abramovic (Auteur)
Souffrances et discipline, Marina Abramovic, Mon Carré De Sable : Walk Through Walls Signed and Numbered Collector’s Edition (Anglais) Relié – 15 novembre 2016
de Marina Abramovic (Auteur)

À bien des égards, l’artiste de performance Marina Abramovic (née le 30 Novembre, 1946) a tracé son parcours créatif de pionnière sur ce même vecteur de conviction utilisant la douleur, celle qu’elle s’est auto-infligée en tant que moyen de création, mais également en utilisant la discipline en tant que mécanisme de subversion. Comme elle se rapproche de sa soixante-dixième année, Marina Abramović revient sur sa vie inhabituelle dans son magnifique mémoire « Walk Through Walls » (bibliothèque publique).

Souffrances et discipline, dès son enfance

Abramović écrit avec détachement sur les épreuves et les terreurs de son enfance en Yougoslavie elle a eu la chance de grandir dans un « milieu privilégié » par rapport à la grisaille de l’époque du communisme; elle mentionne avoir été «matériellement confortable, mais émotionnellement désolée »; la brutalité du mariage de ses parents, qui ont tous deux couché avec des pistolets chargés sur leurs tables de chevet; sur la violence verbale et les coups constants reçus de sa mère, une « adjudante tyrannique avec une main d’acier et un cœur en acier, alors directrice du Musée redoutablement nommé d’Art et Révolution. (Je fus frappé par le nombre étonnant de parallèles, à la fois culturel et personnel, entre la première vie de Abramović et ma propre existence. Deux vies qui ont durée toute une génération à travers la frontière de nos pays voisins)

[Note du traducteur, Marina est Yougoslave et Maria est Russe!]

«Ce fut le moment le plus heureux de mon enfance, »

Une mère qui a représenté un véritable traumatisme

Marina Abramović à propos de son séjour d’un an dans un hôpital à six ans, après une épistaxis persistante qui exigeait qu’elle dorme assise afin de ne pas étouffer de par son propre sang. Les premiers médecins soupçonnaient la leucémie, mais une litanie de tests ont révélé, comme Abramović le dit, «quelque chose de plus mystérieux … une sorte de réaction psychosomatique» aux coups de sa mère. (Nous savons maintenant, bien sûr, qu’il n’y a rien de mystérieux une telle réaction – comme l’immunologiste pionniere Esther Sternberg démontrerait trois décennies plus tard – est induite par le stress émotionnel et affecte notre sensibilité à la maladie physique d’une infinité de manières, y compris des manifestations aussi dramatiques.). À l’âge de sept ans Marina a été renvoyée à la maison, les coups ont repris, mais avec une fréquence et une gravité légèrement diminuées.

Souffrances et discipline ; la révélation d’une passion

C’est à cette époque que Marina Abramović, comme la jeune Jane Goodall, s’est éveillée à ce qui allait devenir son but permanent.

Elle écrit:

Je savais dès l’âge de six ou sept ans que je voulais être une artiste. Ma mère m’a puni pour beaucoup de choses, mais elle m’a encouragé dans cette voie, l’Art était sacré pour elle.

[…]

Mes premières peintures étaient inspirées de mes rêves. Ils étaient plus réels pour moi que la réalité que je vivais – je n’ai pas aimé ma réalité – Je me souviens de me réveiller, et la mémoire de mes rêves était si forte que je les écrivais, et puis je les peignais, en seulement deux couleurs très particulières, un vert profond et bleu nuit. Jamais rien d’autre.

Souffrances et discipline omniprésentes dans la vie de Marina

Si la brutalité charnelle était la norme de son enfance, son spectre hantait Marina depuis avant sa naissance – elle a été nommée ainsi parce que son père a été amoureux d’un soldat russe pendant la Seconde Guerre mondiale, mais celui-ci fut soufflé par une grenade devant ses yeux.

Il y a quelque chose d’intensément passionnant dans la simplicité d ‘Abramovic, une certaine candeur, aucune fausse pudeur dans ses propos.

Toutes ces expériences traumatisantes furent néanmoins formatrices et ont contribué, dans une large mesure, à faire d’elle la personne et l’artiste de renomée internationale qu’elle est devenue.

Elle raconte:

Quand j’étais jeune, il était impossible pour moi de parler aux gens, je ressentais une honte profonde et aucune estime personnelle. Maintenant, je peux me tenir devant trois mille personnes sans notes, sans aucune idée préconçue ni aucun plan de ce que je vais dire, même sans matériel visuel, et je peux regarder tout le monde dans le public et parler pendant deux heures facilement.

Qu’est-il arrivé ?

L’Art est arrivé !!!

L’Art est devenu une raison de vivre pour Marina Abramović – une couverture contre la solitude et la tristesse de sa vie familiale. Au milieu du contrôle étouffant et répressif de sa mère, l’art est devenu le seul domaine où elle se sentait baigner dans la liberté absolue – la liberté d’expression.

A vingt-quatre, Marina Abramović vit encore à la maison avec sa mère – fait qui n’était pas du tout rare en Europe orientale – et doit encore respecter un couvre-feu de 22 heures. Mais elle se plonge dans l’art, peint de manière obsessionnelle, et est admise à l’Académie des Beaux-Arts de Belgrade. Elle est la seule femme dans son cours d’art.

Les années d’études en Arts à Belgrade

Ensemble, ils passent des heures à parler de peinture classique – Un moyen de se sortir de son quotidien, de mettre la vie elle-même dans l’art – De cette façon est venu l’art de la performance et Abramović se jette alors sans réserve, de tout son cœur et son corps dans l’exploration artistique. Au milieu de la vingtaine, elle s’est déjà fait un nom à Belgrade. En 1972, un conservateur écossais traverse le rideau de fer à la recherche d’idées originales pour le célèbre Festival d’Édimbourg l’été suivant et est subjugué par son travail.

Il invite Marina Abramović au festival – une invitation dans ce qui était pratiquement un autre monde, une grande inconnue : l’Occident !!!

Et puis… l’Occident ! …

Abramović est arrivé à Edimburg heureuse et terrifiée dans une égale mesure.

Elle se souvient:

Ce fut mon premier voyage à l’Ouest comme une artiste. Je me sentais comme un très petit poisson dans un très grand étang.

Souffrances et discipline à la puissance 10

La pièce qu’elle a choisi d’effectuer, intitulé Rhythm 10, était un jeu sur un jeu à boire populaire parmi les paysans russes et yougoslaves: Les joueurs écartent leurs doigts sur une surface en bois et, à l’aide d’un couteau bien aiguisé, commence à poignarder rapidement le bois dans l’écart entre les doigts.

Chaque fois qu’ils manquent et donc se plantent le couteau dans un doigt, ils doivent vider leur verre ; plus ils boivent, plus ils perdent le contrôle et se coupent, s’ensuit alors un processus d’accélération exponentiel d’auto-mutilation.

La pièce de Abramović subverti ce mécanisme en plaçant l’artiste en plein contrôle – elle procède ainsi délibérément par des mouvements rapides, en utilisant dix couteaux différents successivement, de sorte que chaque fois qu’elle se blesse, la douleur est un témoignage de présence absolue et volontaire….

« Là ou tu trébuches, c’est là ou se trouve ton trésor »

Dans un sentiment qui rappelle l’affirmation de Amanda Palmer que «chaque fois que vous ne voulez pas vous risquer, quel que soit ce risque ou ce lieu dangereux – c’est pourtant dans ce lieu que réside le cadeau » on peut aussi dire :

« Là ou tu trébuches, c’est là ou se trouve ton trésor » à méditer longuement !

Abramović réfléchit à son initiation de son propre soi comme une artiste:

certaines grandes parties de moi sont ravies par l’inconnu, par l’idée de prendre des risques. Quand l’occasion de faire des choses risquées se présentent, je ne me soucie absolument pas. Je me laisse aller

Cela ne signifie pas que je suis courageuse. C’est plutôt l’inverse. L’idée de la mort me terrifie. Quand il y a des turbulences dans un avion, je tremble de peur. Je commence à composer mon testament. Mais quand cet inconnu se présente à mon travail, je jette la prudence aux vents.

[…]

Je pouvais difficilement respirer à l’idée que je voulais faire. Mais j’étais également sérieuse et déterminée au sujet de ce que j’allais faire, 100 pour cent impliquée. J’étais tellement sérieuse au sujet de tout de toutes façons !

Pourtant, je pense que j’ai besoin de cette gravité. Beaucoup plus tard, je lis une déclaration de Bruce Nauman: «L’art est une question de vie ou de mort.» ça semble mélodramatique, mais c’est tellement vrai. Ce fut exactement ce qu’il en était pour moi, même au début. L’art était la vie et la mort. Il n’y avait rien d’autre. C’était si grave, et si nécessaire.

La détermination de mener à bien sa performance, incarne la belle affirmation de Nicole Krauss qui affirme «la bravoure est toujours plus intelligente que la peur, car elle est construite sur la base de ce que l’on sait de soi-même: la connaissance de notre propre force de nos propres capacités et de notre passion. »

Souffrances et discipline quand elles deviennent communion

Quand elle a fini la pièce, après avoir utilisé tous les dix couteaux, Abramović face au papier blanc sur lequel elle avait fait sa prestation, maculé de son propre sang – ce sang même qui lui avait occasionné ses plus grandes craintes durant son enfance violentée . L’automutilation est une manière d’auto-guérison. Elle a également été sa première prise de conscience de ce que l’art provoque : un pouvoir suprême de dépassement de soi, pour l’artiste et aussi pour le spectateur transformant alors cette prestation en un puissant canal de communion entre les deux.

Elle écrit:

La foule regardait, un silence de mort. Et un sentiment très étrange est venu sur moi, quelque chose que je n’avais jamais rêvé: C’était comme si de l’électricité traversait mon corps, le public et que nous étions devenus un Tout. Un seul organisme. Le sentiment de danger dans la salle avait uni les spectateurs et moi en ce moment: l’ici et maintenant, et nulle part ailleurs.

Chacun de nous vit avec ce sentiment, une fois que vous entrez dans un espace de performance, vous agissez à partir d’un niveau plus élevé et souvent avec beaucoup de virtuosité, certains individus se dépassent dans des circonstances exceptionnelles. On devient presque une autre personne.

Là, sur le plancher du gymnase de Melville College à Edimbourg, en Ecosse, c’est comme si j’étais devenue, en même temps, un récepteur et un émetteur d’énergie énorme, comme une bobine Tesla. La peur a disparu, la douleur avait disparu. J’étais devenu un port de plaisance que je ne connaissais pas encore.

Souffrances et discipline comme une expérience vitale

Pour Abramović, l’expérience a été aussi un retour aux sources – en utilisant la douleur comme un point focal de la sensation de sa présence, elle avait atteint un avant-goût de cette liberté convoitée, la liberté d’expression, qui avait d’abord attiré son art comme un enfant.

Elle commente :

En écoutant les applaudissements de l’auditoire, je savais que j’étais parvenue à la création d’une unité sans précédent du temps présent et du temps passé avec des erreurs aléatoires.

J’avais connu la liberté absolue – je sentais que mon corps était sans frontières, sans limites – que la douleur n’a pas d’importance, que rien ne comptait vraiment – et cela me grisait. J’étais ivre de l’énergie écrasante que je l’avais reçue. Ce fut le moment où j’ai su que j’avais trouvé mon médium. Aucune peinture, aucun objet que je pouvais faire, ne pourrait jamais me donner ce genre de sentiment, et ce fut un sentiment que, je le savais, je devais chercher, encore et encore et encore.

Au-delà de la transcendance personnelle, Abramović a approché son art comme une passerelle pour les plus grandes questions universelles et existentielles. Elle souhaite apporter une réponse ironique à la définition communiste se prévalant d’une »présomption esthétique que l’art doit être beau» et se révolte contre la notion de l’art comme décoration accessoire

Abramović écrit:

Quand je me suis consacrée à l’art, je me souciais du contenu: quel voulait dire tel travail … je venais à croire que l’art doit être dérangeant, l’art doit poser des questions, l’art doit prédire l’avenir. Si l’art est politique juste, il devient comme un journal. Il ne peut être utilisé qu’une seule fois, et le lendemain, il fait partie des nouvelles d’hier. Seules les couches de sens peuvent donner une longue vie à l’art – de cette façon, la société prend ce dont elle a besoin au fil du temps.

Ce point de vue de l’art – comme source de sens, comme une transmutation de la douleur au pouvoir, en tant que moyen sublime de connexion humaine par la vulnérabilité mutuelle – animera la longue et illustre carrière de Abramović. Trente-cinq ans après cette première révélation faite à la pointe du couteau, elle connaîtra la même unité sublime d’espace et de temps dans l’une de ses œuvres les plus célèbres, The Artist Is Present – un exploit étonnant du corps, de l’esprit et de vitalité créative, dans lequel Abramović a passé 736 heures assise à une table au deuxième étage du MOMA – Musée d’Art moderne 

Avec recueillement et dans un silence intense, les visiteurs allant des enfants aux personnalités publiques avec en point d’orgue le grand amour de sa jeunesse, l’artiste Ulay qui lui a fait la surprise de venir s’assoir en face d’elle lui aussi. La vidéo a capturé ce moment d’une intense émotion : à voir à tous prix !!!!

Souffrances et discipline, Marina réfléchit sur son art :

Au cours du dernier mois, comme ce morceau est devenu un avec la vie elle-même, j’ai commencé à réfléchir intensément sur le but de mon existence. Huit cent cinquante mille personnes en tout avaient assisté à l’atrium, dix-sept mille sur le seul dernier jour ! Et j’ai été présente pour tout le monde là-bas, qu’ils se soient assis avec moi ou non. Tout à coup, une fois le show terminé, ce besoin écrasant avait apparu. La responsabilité était énorme, le manque tout autant.

Souffrances et discipline partagée

J’étais là pour tout le monde qui était là. Une grande confiance m’avait été donnée – un dépôt en fiducie dont je n’ai pas osé abusé, d’aucune façon.
Leurs cœurs se sont ouverts pour moi, et j’ai ouvert mon cœur en retour, à chaque fois après le temps. J’ai ouvert mon cœur à chacun, puis fermé mes yeux et puis il y avait toujours une autre personne qui venait s’assoir. Ma douleur physique était une chose. Mais la douleur dans mon cœur, la douleur de l’amour pur, était beaucoup plus grande.

[…]

Souffrances et discipline intériorisée

La quantité pure de l’amour, l’amour inconditionnel que j’ai reçu d’étrangers au total, a été le plus incroyable sentiment que je n’ai jamais eu. « Je ne sais pas si cela est de l’art », je me suis dit. Je ne sais pas ce que cela est, ou ce que l’art est. Je pensais toujours à propos de l’art comme quelque chose qui a été exprimé par certains outils : la peinture, la sculpture, la photographie, l’écriture, le cinéma, la musique, l’architecture. Et oui, aussi, la performance !

Mais cette performance est allé au-delà de la performance. Ce fut la vie ! Cela pourrait totalement être l’Art, devrait être de l’art !!!

Souffrances et discipline : Et d’abord, l’Art est-il isolé de la vie?

Je commençais à sentir de plus en plus fortement que l’art doit être l’expression même de la vie, la vie – elle doit appartenir à tout le monde et j’ai senti, plus puissamment que jamais, que ce que j’avais créé avait un but !

Dans la suite de sa narration et de sa marche fantastique à travers les murs, Abramović continue de faire la chronique descriptive des fragments particuliers de sa vie – sa relation traumatique mais finalement réconciliatrice avec sa mère, son idylle follement romantique de douze ans avec Ulay, sa survie à la fois dans la pauvreté et le privilège mise en exergue par cette mosaïque de buts créatifs.

Souffrances et discipline : un secret du bonheur ?

Quelle bonheur que d’explorer avec certains des plus grands artistes de notre temps, y compris Marina Abramović elle-même, la nécessité de faire preuve de courage, de créativité, d’un sens critique aigu, et de la certitude de ce que ce succès signifie vraiment pour chacun de nous….

email

Auteur : CDS-Mon Carré De Sable-Michel Mougenot

CE BLOG REFLÈTE LA DÉMARCHE D'UN AUTODIDACTE QUI S’INTÉRESSE AU MONDE DANS LEQUEL IL VIT. Mes Adresses : http://moncarredesable.com/ http://moncarredesable.fr/ michel.mougenot@moncarredesable.com https://www.youtube.com/channel/UCw7jtBpy6TmdSrtuRiTKz2Q https://www.facebook.com/MON-CARRÉ-De-SABLE-moncarredesablecom-172321726472511/

1 pensée sur “Souffrances et discipline, les muses des artistes ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !