Le paradoxe central de l’Amour

paradoxe central de l'amour Esther Perel

Le paradoxe central de l’Amour : Esther Perel sur « Concilier la proximité nécessaire à l’intimité avec la distance psychologique qui alimente le désir »

« Le paradoxe central de l’Amour repose sur deux piliers: celui de l’abandon et celui de l’autonomie. Notre besoin de convivialité existe aux côtés de notre besoin de séparation. L’un ne va pas sans l’autre. « 

Esther Perel

D’après une traduction de l’excellent article de MARIA POPOVA sur son excellent blog BRAINPICKING

Le paradoxe central de l’Amour: Esther Perel

sur le fait de concilier la proximité nécessaire à l’intimité avec la distance psychologique qui alimente le désir

Le paradoxe central de l'Amour, Esther Perel : "L'intelligence érotique"
Le paradoxe central de l’Amour, Esther Perel : « L’intelligence érotique »

«Il n’y a pratiquement aucune activité, aucune entreprise, qui ont commencé avec des immenses espoirs et des attentes énormes et qui pourtant échouent si régulièrement que la démarche amoureuse » a écrit le grand philosophe humaniste et psychologue Erich Fromm dans son classique sur la maîtrise de l’art d’être affectueux en 1965.

Le paradoxe central de l’Amour : son origine

L’une des raisons clef, vient du fait que nous pataugeons pratiquement tous dans cette aspiration humaine suprême créant notre réticence à accepter les paradoxes de l’amour : paradoxes tels que la nécessité de la frustration de la satisfaction romantique et surtout la notion apparemment inconciliable que le besoin d’amour est tel que la proximité avec l’autre est ardemment recherchée – le besoin de fusion – couplé avec la nécessité de créer une distance entre les amoureux, sinon, le risque d’y perdre son identité est majeur et à terme il viendra tuer cet amour communion…

Le paradoxe central de l’Amour : comment composer avec

Comment vivre avec ces paradoxes, plutôt que de succomber à l’envie autodestructrice de les traiter comme des problèmes à résoudre, c’est ce que la psychothérapeute et écrivain belge Esther Perel explore dans son livre « Mating in Captivity: Unlocking Erotic Intelligence » (bibliothèque publique), la version francophone portant le titre « l’intelligence érotique ». Synthèse de son expérience portant sur des décennies de travail intime avec des couples et un vaste corpus de la littérature psychologique, Perel offre une perspective éclairante et consolante sur les relations intimes et nos besoins contradictoires pour la sécurité et la liberté, la chaleur et la sauvagerie.

Le paradoxe central de l’Amour, Esther Perel écrit 

L’amour est à la fois une affirmation et une transcendance de qui nous sommes.

Les débuts sont toujours souriants avec des possibilités immenses car ils tiennent la promesse d’achèvement grâce à l’amour qui nous fait imaginer une nouvelle façon d’être.

Dans cet acte d’imagination, nous nous projetons dans un fantasme de ce que nous pouvons être avec l’autre. Mais comme la rencontre évolue du fantasme d’un roman idéalisé à la réalité d’une relation réelle, la projection commence à faiblir. Le problème pour de nombreux couples, souligne Esther Perel, est dans le maintien de la volonté alimentée par le fantasme initial – le fantasme de ce que Mary Oliver a si poétiquement appelé « invisible et puissant et incontrôlable et sublime et peut-être même inadapté » – tout en se déroulant dans le confort un peu insouciant et l’intimité d’une vraie relation.

Le paradoxe central de l’Amour : concilier amour et intimité

Si l’amour est un acte d’imagination, alors l’intimité est un acte de maturité. Elle laisse le temps à l’imagination de se calmer et s’insère patiemment dans la relation. Les graines de l’intimité sont le temps et la répétition. Nous choisissons les uns et les autres, encore et encore, et tentons ainsi de créer un ensemble des deux, il faut pour ça que les deux partenaires acceptent l’idée de cette venue de l’intimité, certains n’y sont douloureusement pas prêts !

Le paradoxe central de l’Amour: conserver le désir intact

Ainsi commence le paradoxe de l’intimité et du désir: Comme un couple grandit émotionnellement et intimement grâce à cette répétition qui fournit les blocs de construction de la confiance et de la sécurité, le désir commence à diminuer. Esther Perel mentionne que le sexe n’est pas une fonction de l’intimité émotionnelle, mais un état séparé de l’être…

Il existe une relation complexe entre l’amour et le désir qui n’est pas une relation de cause à effet, un arrangement linéaire. la vie affective d’un couple et leur vie physique, sexuelle, ont chacun leurs flux et reflux, des hauts et des bas, mais ceux-ci ne correspondent pas toujours. Ils se croisent, ils s’influencent les uns les autres, mais ils sont aussi distincts.

Faisant écho aux recommandations de Kahlil Gibran pour qui les relations les plus satisfaisantes sont entre deux personnes qui ont des espaces dans leur unité, Esther Perel ajoute:

Le paradoxe central de l’Amour : concilier deux extrêmes

Il est trop facilement supposé que les problèmes avec le sexe sont le résultat d’un manque de proximité. Mais … peut-être la façon dont nous construisons la proximité réduit le sens de la liberté et de l’autonomie nécessaire pour le plaisir sexuel.

Lorsque l’intimité s’effondre sur la fusion, ce n’est pas un manque de proximité qui entrave le désir, mais du fait de trop de proximité.

L’amour repose sur deux piliers: l’abandon et l’autonomie. Notre besoin de convivialité, de partage existe aux côtés de notre besoin de séparation et d’indépendance. L’un ne va pas sans l’autre.

Le paradoxe central de l’Amour : un équilibre mince

Avec trop de distance, il ne peut y avoir aucun lien. Mais trop de fusion éradique la séparation de deux individus distincts. Ensuite, il n’y a rien de plus à dépasser, pas de pont à traverser, personne pour visiter de l’autre côté, aucun autre monde intérieur pour entrer.

Quand les gens deviennent fusionnés – lorsque deux personnes deviennent une seule – la connexion ne peut plus se produire. Ainsi, être séparé est une condition préalable pour la connexion : tel est le paradoxe essentiel de l’intimité et du sexe harmonieux.

L’expérience de fusion physique et émotionnelle intense [nouveaux amants] est possible uniquement avec quelqu’un que nous ne connaissons pas encore. Cette fusion de stade précoce et cet abandon sont relativement sûrs, parce que les frontières entre les deux personnes sont toujours définies à l’extérieur. Tandis qu’ils migrent dans les mondes respectifs les uns des autres, ils n’ont pas encore pris résidence complète ; ils sont encore deux entités distinctes. Il y a encore tout cet espace entre eux qui leur permet d’imaginer aucun espace du tout et d’éprouver beaucoup de satisfaction à cette pensée …

Le paradoxe central de l’Amour : assurer la connectivité des cœurs et des corps

Au début, vous pouvez vous concentrer sur la connexion, car la distance psychologique est déjà là; il est une partie de la structure. l’altérité est un fait. Vous n’avez pas besoin de cultiver la séparation dans les premiers stades de la relation amoureuse ; vous êtes toujours séparés. Vous visez à surmonter cette séparation.

Mais comme nous comblons le besoin d’être séparés, nous abrégeons et finalement anéantissons la distance entre les deux moi qui fait de l’autre un être désirable, tout les ressorts du désir sont dans la possibilité même d’un saut dans l’abîme de l’altérité. Quand petit à petit nous nous installons dans l’amour de confort – qu’un des patients d’Esther Perel a fort justement comparé à une chemise de nuit de flanelle – ces ressorts vont se relâcher.

Elle dessine la dynamique commune:

Les soins de protection qui nourrissent la vie de la maison peuvent aller à l’encontre de l’esprit rebelle de l’amour charnel. Nous choisissons souvent un partenaire qui nous fait sentir aimé mais souvent aussi qui nous apporte le confort et la sécurité ; mais après le roman initial, nous trouvons, comme Candace, que nous ne pouvons plus lui attribuer de charge émotionnelle ou sexuelle. Nous aspirons à créer la proximité dans nos relations, afin de combler l’espace entre notre partenaire et nous-mêmes, mais, ironiquement, cet espace est la synapse érotique entre soi et l’autre. Afin de ramener la luxure à la maison, nous avons besoin de recréer la distance que nous avons travaillé si fort à combler.

L’intelligence érotique est de créer une distance, puis de ramener cet espace à la vie.

Créer une distance psychologique dans le confort de la proximité, Esther Perel fait valoir que c’est est une chose essentielle pour le maintien du désir dans une relation amoureuse.

Le paradoxe central de l’Amour elle explique

Le paradoxe central de l'Amour : le livre « Le Deuxième Sexe », Simone de Beauvoir
Le paradoxe central de l’Amour : le livre « Le Deuxième Sexe », Simone de Beauvoir

Dans son point de repère dans le livre « Le Deuxième Sexe », Simone de Beauvoir écrit:

«L’érotisme est un mouvement vers l’Autre, c’est son caractère essentiel.» Pourtant, dans nos efforts pour établir l’intimité avec l’autre, nous cherchons souvent à éliminer l’altérité, empêchant ainsi l’espace nécessaire pour le désir de prospérer. Nous cherchons l’intimité pour nous protéger de la crainte de se sentir seul ; et pourtant, la création de la distance est indispensable à l’érotisme car il offre à notre partenaire le confort de se sentir  indépendant …

Le paradoxe central de l'Amour : le livre « Le Deuxième Sexe », Simone de Beauvoir
Le paradoxe central de l’Amour : le livre « Le Deuxième Sexe », Simone de Beauvoir

Notre capacité à tolérer notre séparation – et l’insécurité fondamentale qu’elle engendre – est une condition préalable pour maintenir l’intérêt et le désir dans une relation. Au lieu de toujours être à la recherche de proximité …

Les couples peuvent beaucoup mieux cultiver leur moi séparés …

Il y a de la beauté dans une image qui met en évidence une connexion à soi-même, plutôt que d’une distance de son partenaire. Dans notre intimité mutuelle nous faisons l’amour, nous avons des enfants, et nous partageons l’espace physique et les intérêts. En effet, nous mélangeons les parties essentielles de notre vie. Mais «essentiel» ne signifie pas «tous». Intimité personnelle délimite une zone privée, qui exige la tolérance et le respect. Il est un espace – physique, émotionnel et intellectuel – qui appartient seulement à moi. Tout ne doit pas être révélé. Tout le monde devrait cultiver un jardin secret.

La tendance à cultiver ce jardin secret suggère Esther Perel, est un art de compétence acquise. (C‘est peut-être la raison pour laquelle de grands artistes travaillent comme jardiniers.) Son acquisition commence dans le traitement de l’amour et le désir non pas comme une opposition dissonante mais comme une composition symphonique de contrepoints

L’amour aime tout savoir sur vous, mais le désir a besoin de mystère.

L’amour aime à rétrécir la distance qui existe entre vous et moi, alors que le désir est excité par l’éloignement. Si l’intimité se développe par la répétition et la familiarité, l’érotisme est engourdie par cette répétition. Par contre il se développe dans le mystérieux, la romance, le roman et l’inattendu. L’amour est fait d’avoir ; le désir est emprunt de vouloir. Il est une expression de la nostalgie et le désir qui nécessite la fugacité fuyante.

Il est moins concerné par ce pourquoi il a déjà été, que passionné par où il peut encore aller.

Mais trop souvent, les couples s’installent dans le confort de l’amour, ils cessent d’attiser la flamme du désir. Ils oublient que le feu a besoin d’air et, il finissent par prendre l’eau…

Dans le reste de Mating in Captivity – l’une des perspectives les plus lucides et libératrices sur l’amour écrit dans le siècle passé – Esther Perel continue d’explorer la façon d’intégrer ces besoins paradoxaux dans la plénitude d’un amour pleinement satisfaisant.

email

Auteur : CDS-Mon Carré De Sable-Michel Mougenot

CE BLOG REFLÈTE LA DÉMARCHE D'UN AUTODIDACTE QUI S’INTÉRESSE AU MONDE DANS LEQUEL IL VIT. Mes Adresses : http://moncarredesable.com/ http://moncarredesable.fr/ michel.mougenot@moncarredesable.com https://www.youtube.com/channel/UCw7jtBpy6TmdSrtuRiTKz2Q https://www.facebook.com/MON-CARRÉ-De-SABLE-moncarredesablecom-172321726472511/

5 réflexions sur « Le paradoxe central de l’Amour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !