Le frondeur enthousiaste – Pablo Neruda

Pablo Neruda,

Peut-être n’ai-je pas vécu en mon propre corps : peut-être ai-je vécu la vie des autres », écrit Pablo Neruda pour présenter ces souvenirs qui s’achèvent quelques jours avant sa mort par un hommage posthume à son ami Salvador Allende. Les portraits d’hommes célèbres – Aragon, Breton, Eluard, García Lorca, Picasso – côtoient les pages admirables consacrées à l’homme de la rue, au paysan anonyme, à la femme d’une nuit. À travers eux se dessine la personnalité de Neruda, homme passionné, attentif, curieux de tout et de tous, le poète qui se révèle être aussi un merveilleux conteur.

Le frondeur enthousiaste

Je sens s’approcher ta tendresse sur mon sol,

elle guette mes yeux, mon regard, et s’enfuit,
je la vois s’arrêter pour m’accompagner jusqu’à l’heure
de mon silence pensif et de mon désir pour toi.
La voici, ta tendresse aux yeux doux dans l’attente.
La voici, c’est ta bouche et les mots jamais dits.
Je sens pousser en moi la mousse de ta peine
qui pousse en tâtonnant dans mon cœur infini.

Pablo Neruda adore parler des fleurs et des rose en général dans ses poèmes
Pablo Neruda adore parler des fleurs et des rose en général dans ses poèmes
Pablo Neruda – Poète chilien (1904-1973), auteur du Chant général. Prix Nobel de littérature 1971.
 Pablo Neruda ; suite

C’était cela s’abandonner, tu le savais,

c’était la guerre obscure du cœur contre tous,
c’était la plainte de l’angoisse émue qui s’interrompt,
l’ivresse et le désir, et se laisser aller,
c’était cela ma vie,
c’était ce qu’emportait l’eau courant dans tes yeux,
 
email

1 réflexion sur « Le frondeur enthousiaste – Pablo Neruda »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !