ESPRIT STATIONNAIRE OU MOBILE ? DEUX MENTALITÉS S’OPPOSENT

Comment affiner le monologue intérieur qui marque tous les aspects de nos vies, de la direction d’entreprise ou la gestion humaine à l’amour. « Esprit stationnaire ou mobile » tente d’y  répondre

« état d’esprit « fixe » » contre « état d’esprit « de croissance » »,Esprit stationnaire ou mobile, deux manières de se comporter avec soi-même et avec les autres qui changent toute la dynamique relationnelle !

Debbie Millam : Esprit stationnaire ou mobile, elle préside le programme «Master en Branding» à l'école des arts visuels, est la rédaction et directeur de la création de l'impression, un blogueur pour fast Company , et le «président émérite» de AIGA.
Esprit stationnaire ou mobile

Debbie Millman : Esprit stationnaire ou mobile

« Si vous imaginez moins, moins sera ce que vous méritez sans aucun doute » il faut choisir entre un esprit stationnaire ou mobile…

Esprit stationnaire ou mobile, le point avec Debbie Millman

C’est le conseil de Debbie Millman en introduction de l’un des meilleurs discours jamais donnés, elle exhorte : 
« Faites ce que vous aimez, et ne vous arrêtez pas jusqu’à ce que vous obteniez ce que vous aimez. Travaillezaussi dur que vous le pouvez, imaginez l’immensités des possibilités qui s’offrent ainsi à vous … »
Loin d’être un point banal, ce conseil reflète réellement au contraire ce que la psychologie moderne sait de la manière que les systèmes de croyances agissent sur nos propres capacités et sur le potentiel de réponse de notre comportement et en prédire ainsi notre succès.
Une grande partie de cette compréhension découle du travail d’une psychologue de Stanford, Carol Dweck, synthétisée dans son livre remarquablement perspicace: « The New Psychology of Success » (bibliothèque publique) – une enquête sur la puissance de nos croyances, à la fois conscientes et inconscientes, et comment le fait de les modifier peut avoir un impact profond sur presque tous les aspects de nos vies.
Comment nous percevons nous ?
Une des croyances les plus élémentaires que nous portons sur nous-mêmes, avance Dweck dans sa recherche, a à voir avec la façon dont nous considérons et vivons ce que nous considérons comme étant notre personnalité. Un « état d’esprit fixe » [que je traduirais aussi par stationnaire, ndt] suppose que notre caractère, l’intelligence et la capacité créative sont des données statiques que nous ne pouvons pas changer de manière significative, et que le succès réside donc dans l’affirmation efficace de cette intelligence inhérente, entraînant une évaluation de la façon dont ces données sont établies dans un tout immuable lui aussi. Celà revient à dire que lutter pour obtenir le succès et pour éviter l’échec à tous les coups, devient un moyen de maintenir le sentiment d’être intelligent ou habile.
Un « état d’esprit de croissance », d’autre part, se nourrit de défis et ne voit pas l’échec comme une preuve d’inintelligence, mais comme un tremplin encourageant pour la croissance et pour étirer nos capacités existantes. Ces deux mentalités, que nous manifestons à partir d’un âge très précoce, constituent les ressorts d’une grande partie de notre comportement, de notre relation avec le succès et l’échec dans les deux contextes professionnels et personnels, et, finalement, de notre capacité à accueillir bonheur ou pas !
 

Des différences fondamentales entre statiques et  dynamiques

Les conséquences de croire que l’intelligence et la personnalité peuvent être développés plutôt que d’être des traits immuablement ancrés, Dweck, en a étudié la possibilité pendant deux décennies de recherche avec les enfalnts et les adultes. Elle écrit:
« Depuis vingt ans, mes recherches ont montré que la vue que vous adoptez pour vous-même affecte profondément la façon dont vous menez votre vie. Cela peut déterminer si vous devenez la personne que vous voulez être et si vous accomplissez les choses que vous appréciez. Comment cela se fait-il ? Comment une simple croyance peut avoir le pouvoir de transformer votre psychologie et, par conséquent, votre vie?
Estimant que vos qualités sont sculptées dans la pierre, l’état d’esprit fixe crée une urgence pour vous prouver encore et encore. Si vous avez seulement une certaine quantité d’intelligence, une certaine personnalité, et un certain caractère moral – bien, alors vous feriez mieux de prouver que vous avez une bonne dose d’entre eux. Il serait délicat pour votre santé psychologique de vous sentir déficient dans ces caractéristiques les plus fondamentales.
J’ai vu tant de gens avec cet état d’esprit fixe vouloir se prouver leur compétence – dans la salle de classe, dans leur carrière, et dans leurs relations. Chaque situation exige une confirmation de leur intelligence, de la personnalité, ou de son caractère. Chaque situation est évaluée :

 

  • Vais-je réussir ou échouer ?
  • Vais-je avoir l’air intelligent ou stupide?
  • Vais-je être acceptée ou rejeté?
  • Est-ce que je me sens comme un gagnant ou un perdant? . . .« 
Il y a un autre état d’esprit dans lequel ces traits ne sont pas simplement une situation que vous subissez et devez vivre avec, en essayant toujours de faire de vous-même et des autres des joueurs de cartes et que vous espérez avoir une quinte flush royale quand vous êtes secrètement inquiet et craigniez que ce ne soit qu’une paire de dix… !
Dans cet autre état d’esprit, la main que vous avez reçue n’est juste que le point de départ pour le développement à venir. Cet état d’esprit de croissance repose sur la conviction que vos qualités de base sont des choses que vous pouvez cultiver grâce à vos efforts. Bien que les gens peuvent différer dans tous les sens – dans leurs talents initiaux et aptitudes, les intérêts, ou tempéraments ; tout le monde peut changer et grandir grâce à l’application et de l’expérience.
Les gens avec cet état d’esprit croient-ils que tout le monde peut bâtir quelque chose, que toute personne ayant la motivation ou une bonne éducation peut devenir Einstein ou Beethoven?

Non, mais ils croient que le véritable potentiel d’une personne est inconnu (et inconnaissable); qu’il est impossible de prévoir ce qui peut être accompli avec des années de passion, de labeur, et de formation.

Au cœur de ce qui rend la «mentalité de croissance » si séduisante, Dweck a déduit que c’est parce qu’elle crée une passion pour l’apprentissage plutôt que la faim pour l’approbation conséquente. Sa caractéristique est la conviction que les qualités humaines comme l’intelligence et la créativité, et même les capacités relationnelles comme l’amour et l’amitié, peuvent être cultivées par l’effort et la pratique délibérée. Non seulement sont des gens vivant avec cet état d’esprit de n’être pas découragé par l’échec, mais ils y voient au contraire ces situations comme n’étant nullement un inconvénient – ils se considèrent comme en apprentissage, tout simplement.

Dweck écrit:
« Pourquoi perdre du temps à tenter de prouver vos compétences acquises, quand vous pourriez obtenir mieux? Pourquoi cacher les lacunes au lieu de les surmonter? Pourquoi chercher des amis ou des partenaires qui viennent consolider l’estime de soi au lieu de ceux qui vont également contester votre croissance? Et pourquoi chercher la facilité, au lieu d’expériences qui vont vous étirer ? La passion de vouloir vous étirer, vous diversifier est la marque de l’état d’esprit de croissance. Ceci est l’état d’esprit qui permet aux gens de se développer pendant une des périodes les plus difficiles de leur vie, » [ce qu’on appelle la résilience !!!]
Cette idée, bien sûr, n’a rien de nouveau – où plutôt oui, quelque chose, c’est le commun de l’auto-assistance dans les livres de croissance personnelle «Vous pouvez faire quoi que ce soit! » platitudes navrantes et décevantes. Ce qui rend le travail de Dweck différent, cependant, est qu’il est enraciné dans une recherche rigoureuse sur la façon dont l’esprit – en particulier l’esprit de développement – travaille à identifier non seulement les pilotes de base de ces mentalités, mais aussi la façon dont ils peuvent être reprogrammés.Dweck et son équipe ont constaté que les gens avec la mentalité fixe voient le risque et l’effort plutôt comme des risques potentiels plutôt qu’une opportunité de gain. Mais la relation entre la mentalité et l’effort est une voie à double sens :« Il ne suffit pas que certaines personnes arrivent à reconnaître leur propre valeur et l’importance des efforts difficiles. Notre recherche a montré que cela vient directement de l’état d’esprit de croissance. Nous enseignons aux gens la mentalité de croissance, qui met l’accent sur le développement, des notions de défis et d’efforts suivis . . . . »

Comme vous commencez à comprendre les mentalités figées et de croissance, vous verrez exactement comment une chose vous amène à croire que vos qualités sont sculptées dans la pierre, conduit à une foule de pensées et d’actions, et parallèlement, comment la conviction que vos qualités peuvent être cultivées conduit à une foule de différentes pensées et actions, vous emmenant sur un chemin tout à fait différent.
Les mentalités changent ce que les gens cherchent et ce qu’ils considèrent comme étant le succès. . . 

Elles changent également la définition, l’importance et l’impact de l’échec. Elles changent le sens profond de l’effort !

Dweck cite un sondage de 143 chercheurs de créativité, qui ont reconnu que le premier point qui sous-tend la réalisation créative est précisément le genre de la résilience et de la persévérance à avancer attribuées à la mentalité de croissance.

 
Elle écrit:
« Lorsque vous entrez dans un état d’esprit, vous entrez dans un nouveau monde – le monde des traits fixes – le succès est de prouver que vous êtes intelligent ou talentueux. vous Validez !

 

Dans l’autre – le monde des qualités changeantes – vous vous consacrez à apprendre quelque chose de nouveau. vous vous développez …
Dans un monde, l’échec est d’avoir un revers. Obtenir une mauvaise note. La perte d’un tournoi. Être renvoyé, rejeté. Cela signifie que vous n’êtes pas intelligent ou talentueux.

 

Dans l’autre monde, l’échec est de ne pas être en croissance ou en mouvement. Ne pas atteindre les choses que vous appréciez. Cela signifie que vous n’êtes pas l’accomplissement de votre potentiel.
Dans un monde, l’effort est une mauvaise chose, comme l’échec, ilsignifie que vous n’êtes pas intelligent ou talentueux. Si vous l’étiez, vous n’auriez pas besoin d’effort. Dans l’autre monde, l’effort est ce qui vous rend intelligent ou talentueux. »
Mais sa recherche la plus remarquable, celle qui alimente les théories actuelles de la raison pour laquelle la présence est plus importante que la louange dans l’enseignement des enfants à cultiver une relation saine avec la réussite, explore comment ces mentalités sont nées – elles se forment, se retrouvent très tôt dans notre vie. Dans une étude productive, Dweck et ses collègues ont offert un choix à des enfants de quatre ans: Ils peuvent soit refaire un puzzle facile, ou en essayer un plus dur. Même ces jeunes enfants étaient conformes aux caractéristiques de l’une des deux mentalités – ceux qui ont la mentalité « fixe » sont restés sur le côté sécuritaire, en choisissant les puzzles plus faciles qui confirmeraient leur capacité existante, signalant aux chercheurs leur conviction que les enfants intelligents ne font pas d’erreurs Ceux qui ont la mentalité de « croissance » ont trouvé le choix bizarre en effet, perplexes, ils se sont demandé pourquoi quelqu’un voudrait faire le même puzzle encore et pourquoi elles ne préfèrent pas quelque chose de nouveau à apprendre.

En d’autres termes, les enfants état d’esprit fixe voulaient être sûrs qu’ils allaient réussir pour paraître intelligent, alors que ceux de la mentalité croissance voulaient se diversifier, leur définition du succès était de devenir plus intelligent.

Dweck cite une fille de septième année, qui a verbalisé magnifiquement la différence:

« Je pense que l’intelligence est quelque chose que vous devez travailler… Elle ne vous est pas seulement donnée … La plupart des enfants, s’ils ne sont pas sûrs d’une réponse, ne lèveront pas la main pour répondre à cette question. Mais ce que je fais habituellement est de lever ma main, parce que si je me trompe, alors mon erreur sera corrigée. Ou je vais lever la main et dire: «Comment cela serait-il résolu?» Ou «Je ne comprends pas cela. Pouvez-vous m’aider? Juste en faisant cela, j’aiguise de plus en plus mon intelligence. »

Les choses deviennent encore plus intéressantes quand Dweck rencontre des gens dans le laboratoire du cerveau d’onde de Columbia pour étudier la façon dont leurs cerveaux se sont comportés comment ils ont répondu à des questions difficiles et ont reçu des commentaires. Ce qu’elle a trouvé était que ceux qui ont un état d’esprit fixe étaient seulement intéressés par la rétroaction qui reflète directement leur capacité auditive présente, mais pas par l’écoute des informations qui pourraient les aider à apprendre et à s’améliorer. Ils n’ont même montré aucun intérêt à entendre la bonne réponse quand ils avaient obtenu une erreur, car ils avaient déjà cheminé plus loin dans le processus d’échec. Ceux qui ont une mentalité de croissance, d’un autre côté, étaient vivement attentifs aux informations qui pouvaient les aider à développer leurs connaissances et leurs compétences existantes, indépendamment du fait qu’ils avaient obtenu la bonne ou la mauvaise réponse – en d’autres termes, leur priorité était d’apprendre, non le piège binaire de succès et d’échec.

Ces résultats sont particulièrement importants dans l’éducation et la façon dont, en tant que culture nous évaluons l’intelligence.

Dans une autre étude de centaines d’étudiants, pour la plupart des adolescents, Dweck et ses collègues se sont chacun appuyés sur dix problèmes assez difficiles à partir d’un test de QI non verbal, puis ont loué l’étudiant pour sa performance – la plupart avaient fait assez bien, mais ils ont offert deux types de louanges : à certains étudiants ils ont dit « Wow, tu as [presque – tout] juste. C’est un très bon score. Vous devez être intelligent dans ce domaine, – tandis qu’à d’autres, » Wow, vous avez obtenu [presque – tout] juste. C’est un très bon score. Vous devez avoir travaillé très dur. « En d’autres termes, certains ont été félicités pour leurs capacités et d’autres pour leurs efforts. Les résultats, à ce stade, ne sont pas surprenants : encore discordants :
L’éloge de la capacité a poussé les étudiants dans l’état d’esprit fixe, et ils ont tous montré les signes de celui-ci, également, lorsque nous leur avons donné un choix, ils ont rejeté une nouvelle tâche difficile qu’ils pourraient apprendre. Ils ne voulaient pas faire quelque chose qui pourrait exposer leurs défauts et remettre en cause leurs talents.
En revanche, lorsque les élèves ont été félicités pour leurs efforts, 90 pour cent d’entre eux voulaient de la nouvelle tâche difficile qu’ils pourraient apprendre.
La partie la plus intéressante, cependant, est ce qui est arrivé ensuite : Lorsque Dweck et ses collègues ont donné aux étudiants un ensemble ultérieur de problèmes plus difficiles sur lesquels les étudiants ont beaucoup moins bien réussi. Tout à coup, les enfants à qui on avait vanté les capacités pensaient qu’ils n’étaient pas si intelligents ou doués après tout. 
Dweck en déduit :
« Si le succès avait voulu dire qu’ils étaient intelligents, alors, l’échec signifiait qu’ils étaient déficients.
Mais pour les enfants à qui on avait loué l’effort, la difficulté était tout simplement une indication qu’ils auraient dû en mettre encore plus, pas un signe d’échec ou un reflet de leur faible intelligence. Peut-être plus important encore, les deux mentalités ont aussi eues une incidence sur le niveau de jouissance des enfants – tout le monde a reconnu que la première série de questions était plus faciles, la plupart des enfants ayant réussi, mais dès que les questions sont devenues plus difficiles, les enfants chez qui on avait vanté les capacités ne s’amusaient plus, tandis que ceux de l’effort vanté non seulement aimaient encore les problèmes, mais ont même estimés que les plus difficiles, étaient les plus amusants. Ceci a également entraîné des améliorations significatives dans leurs performances quand les problèmes devenaient plus sérieux.
« 
Selon la façon dont nous regardons les choses, nous colorons leur ressenti:
La constatation la plus troublante est venue après que les questions de QI aient été achevées, lorsque les chercheurs ont demandé aux enfants d’écrire des lettres privées à leurs pairs relatant l’expérience, y compris un espace pour signaler leur scores sur les problèmes. À la stupéfaction de Dweck, le résultat le plus toxique de l’état d’esprit fixe s’est avéré être la malhonnêteté: Quarante pour cent des enfants de capacité-loué a menti au sujet de leurs scores, les gonflant de manière à refléter un plus grand succès. 
 
Elle se lamente:
« Dans l’état d’esprit fixe, les imperfections sont honteuses – surtout si vous êtes talentueux – ils ont menti en grand nombre. Ce qui est alarmant c’est que nous avons pris des enfants ordinaires et en avons fait des menteurs, simplement en leur disant qu’ils étaient intelligents.
Ceci illustre la différence fondamentale entre les deux mentalités – pour ceux qui favorisent « l’esprit de croissance », la réussite personnelle est lorsque vous travaillez plus dur pour devenir meilleur, alors que pour ceux qui « fixes », «c’est le succès qui va établir leur supériorité, purement et simplement. Pour ces derniers, les revers sont une phrase et une étiquette. Pour les premiers, ils sont la motivation, un appel à se réveiller. »

 Et l’amour dans tout ça ?

Mais l’une des applications les plus profondes de cette idée doit s’appliquer non pas aux affaires ou l’éducation, mais avec amour. Dweck a constaté que les personnes présentaient la même dichotomie des dispositions dans leurs relations personnelles : Ceux qui ont un état d’esprit fixe croyaient que leur compagnon idéal serait qu’il le mette sur un piédestal et les faire sentir parfait, comme «un dieu du monothéisme», alors que ceux qui fonctionnent selon la mentalité de croissance, vont préférer un partenaire qui reconnaîtra leurs fautes et amoureusement l’aider à les améliorer quelqu’un qui les encouragerait à apprendre de nouvelles choses et à devenir une meilleure personne. 
 
« L’Amour vrai » L’état d’esprit fixe se trouve à l’origine de beaucoup de nos mythes culturels les plus toxiques à ce sujet écrit Dweck:
« La mentalité de croissance dit que toutes ces choses peuvent être développées. Tous – vous, votre partenaire, et la relation – sont capables de croissance et de changement.
Dans l’état d’esprit fixe, l’idéal est une compatibilité instantanée, parfaite et perpétuelle. Comme il est censé l’être. Comme dans les contes : « ils vécurent heureux pour toujours. »
Un problème est que les gens avec la mentalité fixe s’attendent à ce que le meilleur se produise automatiquement, mais pas que les partenaires travailleront pour s’aider mutuellement à résoudre leurs problèmes ou acquérir des compétences. Ils pensent que cela va se produire par magie à travers leur amour, de la même manière que la Belle au Bois dormant, dont le coma a été guéri par le baiser de son prince, ou à Cendrillon, dont la vie misérable a été soudainement transformée par le sien. »
Cela vaut également pour le mythe de « l’esprit-lecture », où l’état d’esprit fixe estime qu’un couple idéal devrait être capable de lire dans les pensées des autres et finir les phrases de l’autre. Elle cite une étude qui a invité les gens à parler de leurs relations :
Ceux qui ont l’état d’esprit fixe se sont sentis menacés et hostiles après avoir parlé même des différences mineures entre la façon dont eux et leurs partenaires ont vu leur relation. Même une légère divergence menaçait les croyances qu’ils partageaient tous les points de vue de l’autre.
Mais le plus destructeur de tous les mythes de la relation est la croyance que si ces divergences nécessitent un travail à faire, c’est que quelque chose ne va pas et que toutes divergences d’opinions ou des préférences sont indicatives de défauts de caractère de la  par de son partenaire. 
Dweck propose une vérification de la réalité:
« Tout comme il n’y a pas de grandes réalisations sans revers, il n’y a pas de grandes relations sans conflits et des problèmes le long du chemin.
Quand les gens avec un état d’esprit fixe parlent de leurs conflits, ils attribuent le blâme à leur conjoint. Parfois, ils se blâment, mais plus souvent ils accusent leur partenaire. Et ils attribuent le blâme à un trait – un défaut de caractère.
Mais ça ne finit pas là. Quand les gens blâment la personnalité de leur partenaire pour le problème, ils ressentent de la colère et du dégoût envers lui.
Et c’est un cercle vicieux: Étant donné que le problème vient de traits fixes, figés, il ne peut pas être résolu. Donc, une fois les gens avec la mentalité fixe voient des failles dans leurs partenaires, ils deviennent dédaigneux et certains d’entre eux, insatisfaits de toute relation.
Ceux qui ont la mentalité de croissance, d’autre part, peuvent reconnaître les imperfections de leurs partenaires, sans attribuer de blâme, et encore sentir qu’ils ont une relation satisfaisante. Ils voient les conflits comme des problèmes de communication, et non de personnalité ou de caractère. Cette dynamique est vraie aussi dans bien des partenariats romantiques comme dans l’amitié et même dans les relations des gens avec leurs parents. Dweck résume ses conclusions:
Quand les gens se lancent dans une relation, ils rencontrent un partenaire qui est différent d’eux, et ils n’ont pas appris à faire face aux différences. Dans une bonne relation, les gens développent ces compétences et, ainsi, les deux partenaires se développent et la relation s’approfondit. Mais pour cela, les gens ont besoin de sentir qu’ils sont dans le même état d’esprit . . . dans un climat de confiance développé, ils deviennent d’un intérêt vital pour le développement de l’autre. »

Tout cela revient à dire que l’état d’esprit est un processus d’interprétation qui nous dit ce qui se passe autour de nous. Dans l’état d’esprit fixe, ce processus est marqué par un monologue intérieur de jugement et d’évaluation constante, en utilisant chaque élément d’information comme élément de preuve pour ou contre de telles évaluations à savoir si vous êtes une bonne personne, si votre partenaire est égoïste, ou si vous êtes mieux que la personne à côté de vous.
Dans un état d’esprit de croissance, d’autre part, le monologue intérieur ne fait pas partie du jugement, mais la personne est douée d’un appétit vorace pour l’apprentissage, cherchant constamment le type d’entrée que vous pouvez métaboliser dans l’apprentissage et l’action constructive.

email

1 pensée sur “ESPRIT STATIONNAIRE OU MOBILE ? DEUX MENTALITÉS S’OPPOSENT”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !