Désert solitaire, lettre d’amour au désert

Désert solitaire, Le Petit Prince, Mon Carré de sable

Désert solitaire, par Edward Abbey, une belle lettre d’amour hors du commun à la solitude et aux récompenses spirituelles qu’engendre le fait de se perdre dans le néant.

Désert solitaire est un livre de Edward Abbey (1927-1989), personnage emblématique et contestataire, le plus célèbre des écrivains de l’Ouest américain. Après le classique Désert solitaire, en 1968, le succès du Gang de la Clef à Molette, paru en 1975, a fait de lui une icône de la contre-culture aux États-Unis. À sa mort, il demanda à être enterré dans le désert. Aujourd’hui encore, personne ne sait où se trouve sa tombe.

Désert solitaire est un livre de Edward Abbey (1927-1989), personnage emblématique et contestataire, le plus célèbre des écrivains de l'Ouest américain.. Mon carré de sable
Désert solitaire est un livre de Edward Abbey (1927-1989), personnage emblématique et contestataire, le plus célèbre des écrivains de l’Ouest américain. édition en langue française

«Chaque homme, chaque femme, porte dans le cœur et l’esprit l’image de l’endroit idéal, au bon endroit, une vraie maison, connue ou inconnue, réelle ou visionnaire.»

Traduction d’un excellent article de Maria Popova, de l’excellent site Brainpickings.org

« Le désert n’offre aucune richesses tangibles, car il n’y a rien à voir ou entendre dans le désert, »

Désert solitaire, une déclaration !

Antoine de Saint-Exupéry a écrit dans son excellent mémoire ce que le Sahara lui a appris sur le sens de la vie,

« on est obligé de reconnaître, que la vie intérieure, loin de tomber endormie, est fortifiée, que l’homme est d’abord animé par des sollicitations invisibles »

Désert solitaire, comment est venue la révélation.

Personne ne capte aussi bien qu’Edward Abbey cette animation invisible de la vie intérieure envoûtante dans le livre « Désert solitaire » (bibliothèque publique) – un beau et miraculeux livre, initialement publié en 1968, que j’ai découvert par une mention en passant faite par le magnifique Cheryl Strayed. (Laurence Sterne a tellement raison d’appeler une digression « le soleil du récit», et Calvino même de le considérer comme une couverture contre la mortalité.)

à la fin des années 1950, Edward Abbey a pris un emploi comme gardien de parc saisonnier au niveau des passages de Monument national à Moab, dans le désert en Utah.

« Pourquoi j’y suis allé, cela n’a pas tellement d’importance mais j’y ai trouvé le sujet de ce livre « , écrit-il.

Entre avril et septembre, entre les canyons et les pages de son journal, il a trouvé un grand nombre des choses que nous passons parfois toute nos vies à rechercher, tel un Thoreau du désert : la cartographie du labyrinthe du paysage intérieur dont l’existence est suggérée par l’étendue extérieure, sublime métaphore.

Désert solitaire, Edward Abbey écrit:

le temps passait très lentement dans ce désert, comme le temps devrait passer, avec les jours persistants et longs, spacieux et libres comme les étés de notre enfance nostalgique. il y avait assez souvent des moments passés à ne rien faire, ou presque rien, et, la plupart de la substance de ce livre est tiré parfois directement et sans modification des pages des journaux que j’ai gardés. les jours se succédant sans liens tangibles, comme des unités individuelles tout au long de l’été. le reste du livre se compose de digressions et d’excursions exploratoires dans les idées et les lieux qui bordent de diverses manières cette saison centrale dans les canyonlands …

Désert solitaire, très bien écrit

Les divagations de Edward Abbey, c’est certain, sont des oasis de sens – il écrit sur les idées qui animent son esprit avec sincérité, détachement et un profond respect pour la vitalité de la langue

dans l’enregistrement de mes impressions de la scène naturelle je me suis efforcé avant tout de faire preuve de précision, car je crois qu’il y a une sorte de poésie, même une sorte de vérité, quand on utilise les bons mots, reflets de l’idée juste …

La langue devient comme un filet flottant mais puissant dont on se sert pour aller pêcher dans la mer infinie des faits… puisque vous ne pouvez pas importer le désert dans un livre, pas plus qu’un pêcheur ne peut se transporter jusqu’à la mer avec ses filets, j’ai donc essayé de décrire un monde de mots de la même manière que le désert a agi plus comme un médium que comme un matériau .

Désert solitaire, il commence avec ce qui est peut-être le plus charmant dans toute la littérature : le déni de désarmement 

Je suis d’accord qu’une grande partie du livre semblera approximatif, grossier, de mauvaise humeur, violent, non constructif – même franchement antisocial dans son point de vue. Des critiques littéraires, des bibliothécaires, des professeurs d’anglais, s’ils lisent ce travail, détesteront intensément ; du moins je l’espère.

À d’autres, je ne peux dire que leur dire que si le livre a des vertus, il ne peut pas être dissocié de ses défauts, il existe un droit de se tromper, qui est aussi parfois nécessairement une raison.

mais ne vous méprenez pas – ce sont des réflexions sous-tendues non par facétie mais par une immense grâce et une grande générosité d’esprit en m’accordant que ce n’est pas l’apparence du paysage du livre qui m’a intéressé, mais son essence.

je suis assez satisfait globalement du résultat – en fait, pour moi ils semble que des choses apparemment simples telles que par exemple d’avoir la main d’un enfant dans la sienne, d’apprendre avec une immense émotion que sa petite fille, que l’on a plus vue depuis un trop long moment parce qu’on a dû quitter précipitamment notre maison, évoque également ce manque en soulignant son immense tristesse revêtent en fait une grande importance. La saveur d’une pomme, l’étreinte d’un ami ou une aimante, la soie de la cuisse d’une fille, la lumière du soleil sur la roche et les feuilles, la sensation de la musique, l’écorce d’un arbre recouvert d’un doux lichen, l’abrasion du granit et du sable, la cicatrice sur un citron en train de mûrir la chute d’eau claire dans une source, le visage du vent – De quoi d’autre avons nous besoin?

Désert solitaire, Le Petit Prince, Antoine de Saint Exupéry
Désert solitaire, Le Petit Prince, Antoine de Saint Exupéry

Désert solitaire de quoi d’autre a-t-on besoin ?

il est, cependant, quelque chose d’autre que nous avons besoin – chacun de nous, observe notre dimension intime, aspire à ce qu’il y a de plus beau et sacré comme endroit où nous nous sentons tout à fait à la maison. Ce spectacle du désert et de ces canyons parsemés est inspirant mais ces idylles personnelles sont profondément subjectives et aussi variées que nos paysages intérieurs individuels:

chaque homme, chaque femme, porte dans le cœur et l’esprit l’image de l’endroit idéal, au bon endroit, une vraie maison, connue ou inconnue, réelle ou visionnaire. une péniche dans le Kashmir, une vue sur Atlantic Avenue dans Brooklyn, une ferme gothique grise à deux étages, à la fin d’une route de chien rouge dans les montagnes Allegheny, une cabane sur la rive d’un lac bleu dans les épinettes et le pays des sapins, une grasse ruelle près du front de mer de Hoboken, ou même, peut-être, pour ceux d’une sensibilité moins exigeante, le monde peut être contemplé à partir du haut d’un appartement confortable dans le smog velouté de Manhattan, Chicago, Paris, Tokyo, Rio ou Rome – il n’y a pas de limite à la capacité humaine pour le sentiment de ralliement. Les théologiens, les pilotes du ciel, les astronautes ont même ressenti l’appel de la maison qui les appelait d’en haut, dans l’immensité froide, noire et profonde de l’espace interstellaire.

Les astronautes, en fait, sont depuis venus nous décrire ce sentiment particulier que « l’effet de voir le monde d’en haut » – rappelez-vous, Abbey a écrit peu de temps (1968) avant que le premier pied humain ait touché la lune (1969) – mais Abbey se trouve dans le plus beau lieu terrestre : dans la poussière rouge, les falaises brûlées et le ciel solitaire des canyonlands !

Désert solitaire : il décrit l’un de ses premiers matins là-bas:

Je me réveille avant le lever du soleil, sors ma tête hors du sac, je regarde à travers une fenêtre givrée une scène sombre et vague de brumes qui coule, des formes fantastiques sombres qui se profilent au-delà. un paysage improbable.

[…]

le soleil n’est pas encore en vue, mais des signes de l’avènement sont faciles à voir. Des nuages de lavande voilent l’aube vert pâle comme une flotte de navires traversant cet horizon diaphane ; … les derniers écueils de brouillard laissés par la tempête de la nuit dernière sont retenus loin comme des fantômes.

Abbey, à juste titre , décrit son livre il y a plus d’un demi-siècle, comme n’étant « pas un guide de Voyage, mais une élégie » – comme il raconte s’être perdu vingt miles à l’intérieur du désert, complètement seul dans les 33.000 acres, dont il était le seul habitant usufruitier, observateur et dépositaire,

On se demande combien de ces intérieurs terrestres dans lequel se perdre pour se retrouver, combien de ces paysages improbables dans la solitude sacrée qui permet d’accéder à nos propres dimensions intérieures. on se souvient que Wendell Berry avair écrit plus de deux décennies plus tard :

« vraie solitude que de se trouver dans des lieux sauvages sans obligation humaine. ses voix intérieures deviennent audibles … en conséquence, on répond plus clairement à d’autres vies »,

ou de ce que Thoreau, écrit un siècle plus tôt :

« Je suis inquiet quand il arrive que j’ai marché un mile dans les bois du corps, sans y arriver dans l’esprit … je ne peux pas remuer facilement hors du village. »

Dans désert solitaire, Edward Abbey capture ce point avec une profonde acuité :

ne sautez pas dans votre automobile juin prochain et se précipitent à la campagne du canyon en espérant voir une partie de ce que je suis tenté d’évoquer dans ces pages. en premier lieu, vous ne pouvez pas voir quoi que ce soit à partir d’une voiture; vous avez à sortir de ce foutu engin et marcher, mieux encore ramper, sur les mains et les genoux, sur le grès et à travers le buisson d’épines et de cactus. lorsque des traces de sang commencent à marquer votre parcours, vous verrez quelque chose, peut-être. Probablement pas. En second lieu la plupart de ce que je vous écris au sujet de ce livre est déjà parti, n’existe sans doute plus. ce n’est pas un guide de Voyage, mais une élégie. un mémorial. vous tenez une pierre tombale dans vos mains. une roche sanglante. Surtout, ne la laissez pas tomber sur le pied – mais, qu’avez-vous à perdre?

c’est ce qui rend le désert solitaire si puissant, si durable, si farouchement nécessaire aujourd’hui: l’écriture de Abbey est à la fois une forme de nourriture spirituelle et un exploit de conservation

email

Auteur : CDS-Mon Carré De Sable-Michel Mougenot

CE BLOG REFLÈTE LA DÉMARCHE D'UN AUTODIDACTE QUI S’INTÉRESSE AU MONDE DANS LEQUEL IL VIT. Mes Adresses : http://moncarredesable.com/ http://moncarredesable.fr/ michel.mougenot@moncarredesable.com https://www.youtube.com/channel/UCw7jtBpy6TmdSrtuRiTKz2Q https://www.facebook.com/MON-CARRÉ-De-SABLE-moncarredesablecom-172321726472511/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !