COMMENT AIMER PAR LE LÉGENDAIRE ENSEIGNANT BOUDDHISTE ZEN THICH NHAT HANH

MAÎTRISER L’ART DE L’INTERRELATION : THICH NHAT HANH

« Aimer sans savoir comment aimer blesse la personne que nous aimons. » THICH NHAT HANH

 L’amour reste un mystère, et tant mieux ! THICH NHAT HANH

Qu’est-ce que l’amour signifie exactement? Nous lui avons appliqué nos plus belles définitions; nous avons examiné sa psychologie et l’avons inscrit dans les cadres philosophiques; nous avons même mis au point une formule mathématique pour l’atteindre. 

Et pourtant, tous ceux qui ont déjà subit cet assaut de notre conscience savent que l’amour reste un mystère – peut-être le plus grand mystère de l’expérience humaine.

Apprendre à répondre à ce mystère avec la pleine réalité de notre être – s’exposer à lui avec une clarté absolue d’intention – représente la danse de la vie.

Thich Nhat Hanh (Nhất Hạnh, en vietnamien, Thích étant un titre), né Nguyễn Xuân Bảo le 11 octobre 1926 à Thua Thien (VietNam Central), est un moine bouddhiste vietnamien militant pour la paix.
THICH NHAT HANH
Ecrivain, poète, inlassable défenseur de la paix, il figure parmi les personnalités les plus engagées du bouddhisme dans le monde occidental après le Dalaï-Lama.

 « Comment aimer » THICH NHAT HANH

Voilà ce légendaire vietnamien moine bouddhiste zen, professeur et militant pour la paix Thich Nhat Hanh (né le 11 Octobre 1926.) Explore dans « Comment aimer » (bibliothèque publique) – une mince collection, de petites phrases de ses idées infiniment sages sur la plus complexe et plus virtuelle expérience humaine enrichissante.

En effet, conformément à la praxis générale des enseignements bouddhistes,Thich Nhat Hanh distille des idées très simples en utilisant un langage et des métaphoreélémentairepour répondre aux préoccupations les plus élémentaires de l’âme. Pour recevoir ses enseignements il faut prendre un engagement actif de ne pas succomber à la pathologie occidentale de cynisme, notre mécanisme d’auto-protection imparfaite qui rejette facilement tout ce qui est sincère et vrai comme étant simpliste ou naïf – même si, ou précisément parce que, nous savons que tous les biens la vérité et la sincérité sont simples, vrai et sincère.

« la compréhension est l’autre nom de l’amour » THICH NHAT HANH

Au cœur des enseignements de Thich Nhat Hanh réside l’idée que «la compréhension est l’autre nom de l’amour» – aimer est un autre moyen de comprendre sa souffrance. ( «Souffrance» semble plutôt dramatique, mais dans le bouddhisme, il se réfère à une source d’insatisfaction profonde – que ce soit physique ou psychoaffectif ou spirituel.) Après tout, comprendre l’amour est ce que tout le monde devrait faire– mais même si nous saisissons cela sur un plan théorique, nous sommes habituellement trop pris dans la petitesse de nos fixations pour être en mesure d’offrir une telle compréhension expansive. Il illustre ce décalage des échelles avec une métaphore:
Si vous versez une poignée de sel dans une tasse d’eau, l’eau devient imbuvable. Mais si vous versez le sel dans une rivière, les gens peuvent continuer à puiser l’eau pour cuisiner, laver et boire. La rivière est immense, et
elle a la capacité de recevoir, embrasser, et transformer.
Lorsque nos cœurs sont petits, notre compréhension et notre compassion sont limitées, et nous souffrons. Nous ne pouvons accepter ou tolérer les autres et leurs lacunes, et nous exigeons qu’ils changent. Mais quand nos cœurs se dilatent, ces mêmes choses ne font plus souffrir. Nous avons besoin de beaucoup de compréhension et de compassion pour accueillir les autres. Nous acceptons ces autres tels qu’ils sont, et ensuite,ils ont une chance de se transformer.

La question devient alors comment faire pousser nos propres cœurs, ce qui commence par un engagement à comprendre et ressentir notre propre souffrance:

Lorsque nous alimentons et soutenons notre propre bonheur, nous nourrissons notre capacité à aimer. Voilà pourquoi l’amour signifie apprendre l’art de nourrir notre bonheur.


Comprendre la souffrance de quelqu’un est le meilleur cadeau que vous pouvez donner à une autre personne. La compréhension est l’autre nom de l’amour. Si vous ne comprenez pas, vous ne pouvez pas aimer.
Et pourtant, parce que l’amour est un
savante«interaction dynamique, » nous formons nos modes de compréhension – et nos malentendus – au début de la vie, par osmose et imitation plutôt que par la création consciente. Faisant écho à ce que la psychologie du développement de l’Ouest connaît le rôle de « résonance de positivité» dans l’apprentissage de l’amour,Thich Nhat Hanh écrit :
Si nos parents
ne s‘aiment et ne se comprennent pas mutuellement, comment pouvons-nous savoir ce à quoi l’amour ressemble? … 

S’aimer soi même avant tout chose  

L’héritage le plus précieux que les parents peuvent donner à leurs enfants est leur propre bonheur. Nos parents peuvent être en mesure de nous laisser de l’argent, des maisons et des terres, mais ils peuvent ne pas être des gens heureux. Si nous avons des parents heureux, nous avons reçu le plus riche héritage de tous !
Thich Nhat Hanh souligne la différence essentielle entre l’engouement, qui remplace une réelle compréhension de l’autre avec un fantasme de ce qu’il ou elle peut être pour nous, le véritable amour:
Souvent, nous
étouffons les autres parce que nous ne les aimons pas vraiment et ne les comprenons pas bien,mais surtout pour nous distraire de notre souffrance. Quand nous apprenons à aimer, à nous comprendre et à avoir la vraie compassion pour nous-mêmes, alors nous pouvons vraiment aimer et comprendre une autre personne.
De cette compréhension incomplète de nous-mêmes,
de nos engouements, ressorts illusoires, queThich Nhat Hanh capture avec des parties égales de sagesse et d’esprit:
 

Combler le vide

Parfois nous sentons un vide, un grand manque de quelque chose. Nous n‘en connaissons pas la cause; c’est très vague, mais ce sentiment d’être vide intérieur est très fort.
Nous attendons et espérons que quelque chose de beaucoup mieux nous arrive et fasse en sorte que nous nous sentirons moins seul, moins vide. Le désir de nous comprendre et de comprendre la vie est une soif profonde. Il y a aussi la soif profonde d’être aimé et d’aimer. Nous sommes prêts à aimer et être aimé. Tout ça est très naturel. Mais parce que nous nous sentons vides, nous essayons de trouver un objet à notre amour. Parfois, on n’a pas eu le temps de le comprendre, mais nous avons déjà trouvé l’objet de notre amour. Lorsque nous nous rendons compte que tous nos espoirs et nos attentes, bien sûr, ne peuvent pas être remplis par cette personne, nous continuons à nous sentir vide. Vous voulez trouver quelque chose, mais vous ne savez pas quoi chercher. Dans tout le monde, il y a un désir continu, une attente, profondément à l’intérieur, vous attendez toujours que quelque chose de mieux se produise. Voilà pourquoi vous vérifiez vos courriels plusieurs fois par jour!

Sincérité et vérité

L‘amour sincère, réel, soutient-il, est enraciné dans quatre éléments – la bonté, la compassion, la joie et l’équanimité – « L’élément de sainteté »
L’essence de la bonté,
c’est d’être en mesure d’offrir le bonheur. Vous pouvez être le soleil pour une autre personne !
Vous ne pouvez toutefois pas offrir le bonheur tant que vous n’en avez pour vous-même. Donc, construisez-vous votre maison intérieureen vous acceptant comme vous êtes,en apprenant à vous aimer et à vous guérir. Apprenez à pratiquer la pleine conscience de manière à ce que vous puissiez créer des moments de bonheur et de joie pour vous même. Ensuite, vous aurez alors quelque chose à offrir l’autre personne.
Si vous avez assez de compréhension et d’amour, alors chaque instant – s
‘il a consisté à faire le petit déjeuner, conduire la voiture, arroser le jardin, ou faire quoi que ce soit d’autre dans votre journée pourra alors être un moment de joie. Cette indissociabilité de soi et l’autre se manifeste dans le quatrième élément ainsi, l’équanimité, le mot sanskrit qui lui correspond – Upeksha – est aussi traduit par «l’inclusivité» et «non-discrimination»:
Dans une relation profonde, il n’y a plus de frontière entre vous et l’autre personne. Vous êtes elle et elle est vous. Votre souffrance est sa souffrance. Votre compréhension de votre propre souffrance aide votre bien-aimé
à moins souffrir. La souffrance et le bonheur ne sont plus des questions individuelles. Ce qui arrive à votre bien-aimé vous arrive. Ce qui vous arrive, arrive à votre bien-aimé.
Dans l’amour vrai, il n’y a plus de séparation ou de discrimination. Son bonheur est votre bonheur. Votre souffrance est sa souffrance. Vous ne pouvez plus dire: «Voilà votre problème. »

Confiance et respect mutuel

La confiance et de respect viennent compléter les quatre éléments de base de ce qui constitue la mutualité profonde de l’amour:
Quand vous aimez quelqu’un, vous devez avoir confiance. L’amour sans confiance
n’est pas encore l’amour. Bien sûr, vous devez d’abord avoir confiance, respect et confiance en vous-même. Confiance que vous avez une bonne et compatissante nature. Vous faites partie de l’univers; vous êtes fait d’étoiles. Quand vous regardez votre bien-aimé, vous voyez qu’il est également fait des étoiles et porte l’éternité à l’intérieur de lui même. En nous regardant de cette façon, nous sentons une révérence.naturelle Le véritable amour ne peut pas être sans confiance ni respect pour soi et pour l’autre personne.
Le mécanisme essentiel pour établir cette confiance et
ce respect est l’écoute de l’autre !
C’est quelque chose qui a si souvent été vanté par les psychologues occidentaux, les thérapeutes et les grands-parents sages que nous avons développé une immunité spéciale à l’entendre. Et pourtant, quandThich Nhat Hanh recadre cette idée évidente avec sa douce et poétique élégance, il contourne en quelque sorte le cynisme rationnelle de l’esprit moderne blasé et enregistre directement dans l’âme:

 Et surtout : savoir écouter !!! 

Aimer sans savoir comment aimer blesse la personne que nous aimons. Pour savoir comment aimer quelqu’un, nous devons le comprendre. Pour comprendre, nous devons écouter.
Quand vous aimez quelqu’un, vous devez avoir la capacité d’apporter des secours et l’aider à moins souffrir. Ceci est un art. Si vous ne comprenez pas les racines de sa souffrance, vous ne pouvez pas aider, tout comme un médecin ne peut pas aider à guérir votre maladie si
iln‘en connaît pas la cause. Vous devez comprendre la cause de la souffrance de votre bien-aimé afin de l‘aider et lui porter secours.
Plus vous comprenez, plus vous aimez; plus vous aimez, plus vous comprenez.
Ce sont les deux faces d’une même réalité. L’esprit de l’amour et l’esprit de compréhension sont les mêmes aspects.
Faisant écho
à l’aphorisme mémorable du professeur Zen légendaire DT Suzuki que « la carapace de l’ego dans lequel nous vivons est la chose la plus difficile à dépasser, »Thich Nhat Hanh considère la façon dont la notion du « je » égotiste séparé interrompt le flux dialogique d‘auto-compréhension [interbeing] pour reprendre son expression merveilleusement poétique et merveilleusement précise, ce qui est amour:
Souvent, quand nous disons: «Je vous aime » nous nous concentrons principalement sur l’idée du «je» qui est en train de faire l’amour et moins sur la qualité de l’amour qui est offert. Ceci est parce que nous sommes pris par l’idée de l’auto. Nous pensons que nous avons une auto. Mais il n’y a pas une telle chose comme un soi individuel séparé. Une fleur est faite uniquement d’éléments non-fleur, tels que la chlorophylle, la lumière du soleil et l’eau. Si nous devions supprimer tous les éléments non-fleur de la fleur, il n’y aurait pas de fleur du tout. Une fleur ne peut être par elle seule. Une fleur ne peut qu’inter-être avec nous tous … Les humains sont comme ça aussi. Nous ne pouvons pas exister par nous-mêmes. Nous ne pouvons qu’inter-être, nous aussi. Je ne suis fait que des éléments non-moi, comme la Terre, le soleil, les parents et les ancêtres. Dans une relation, si vous pouvez voir la nature des inter-être entre vous et l’autre personne, vous pouvez voir que sa souffrance est votre propre souffrance, et votre bonheur est son propre bonheur. Avec cette façon de voir, de parler et d’agir différemment. Cela en soi peut soulager tant de souffrances.Le reste de Comment aimer explore les pratiques simples, profondément transformatrices quotidiennes d’amour et de compréhension, qui s’appliquent non seulement aux relations amoureuses, mais à toutes les formes d‘interrelations« Interbeing. ».

email

1 réflexion sur « COMMENT AIMER PAR LE LÉGENDAIRE ENSEIGNANT BOUDDHISTE ZEN THICH NHAT HANH »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !