UN ÉCOVILLAGE SOLIDAIRE est créé au fin fond du Pérou par une Française

Toutes les initiatives intéressantes (en tout cas que je considère telles) méritent selon moi que l’on en fasse la promotion ou tout ce qui nous est possible de faire pour les faire connaître, dans cette optique, je viens de tomber sur cet article, qui rempli selon moi ces critères, c’est l’histoire de la création d’un écovillage solidaire.

Pour mener à bien son objectif d'écovillage solidaire, elle va créer Inti Eco Lodge, un projet d’écolodge associatif « 100% ecofrendly », en harmonie avec la nature et surtout les communautés locales. Avec son amie Marion, architecte d’intérieur, elles se lancent dans la construction durable d’un écovillage.
Un écovillage solidaire construit au Pérou par une Française
Il est certain que nous nous dirigeons tout droit vers un monde qui va devenir de plus en plus solidaire, respectueux de l’environnement et à la recherche de solutions alternatives à ce que voudraient bien nous imposer des systèmes archaïques, totalement débranchés de la réalité du bonheur mais branché sur l’enrichissement comme ultime but et leur fin justifie grandement leurs moyens – qui en passant sont gigantesques, c’est pour ça qu’ils perdurent encore -. Il ne faut pas se leurer sur la recrudescence de violence d’obscurantisme et d’horreur, se sont des soubresauts évidemment préoccupants dont il faut tenir compte et de manière sans doute beaucoup moins hypocrite que ne le font actuellement tous les dirigeants des pays dit « démocratiques » qualifiés de cet adjectif de par leurs passés, mais qui ne le justifient vraiment plus du tout maintenant, mais cette opinion n’engage que moi.
Donc, place à
Anne de Thélin qui nous parle de son pari fou péruvien !
Merci Anne…

Tout plaquer et partir au Pérou créer un écovillage solidaire.

 
Tout plaquer et partir au Pérou. Une jeune française a fait ce pari un peu fou : créer une expérience touristique alternative en plein cœur de l’Amazonie. Une expérience 100 % écologique qui s’appuie sur l’échange avec les populations locales en créant et en exploitant un écovillage solidaire.
Le projet d’écolodge associatif (aussi dénommé écovillage solidaire) est basé près de Iquitos, une ville de l’Amazonie péruvienne, dans le nord du pays. Il a été lancé par une Française de 29 ans, Anne de Thélin, avec quelques amis. L’objectif : rompre avec le tourisme de masse au Pérou, qui s’apparente parfois à des « safaris humains ».
Démarrée en novembre 2014, l’aventure de l’écovillage solidaire, en osmose avec l’environnement, vise l’autosuffisance. Au-delà des désormais fameuses toilettes sèches, des cabanes construites en bois local et équipées de panneaux solaires, le projet a pour originalité d’avoir associé près d’une centaine de volontaires, parmi lesquels des villageois péruviens mais aussi des touristes venus du monde entier. Pas de luxe superflu, le concept mise sur des pratiques durables en harmonie avec l’équilibre environnemental.
« On veut faire de cet endroit un centre d’apprentissage en développement durable pour les voyageurs »

 Anne de Thélin est à l’origine de ce projet d’écovillage solidaire baptisé Inti Eco Lodge.

Le terrain de 18 hectares sur lequel nous menons le projet est à trois heures de transports, une heure de route et deux de bateau depuis la ville d’Iquitos. Le terrain où nous construisons notre écovillage solidaire avait été brûlée par les anciens propriétaires pour faire du charbon. Nous avons mis des mois à nettoyer ce terrain avec l’aide des volontaires et des gens du village, et ce n’est toujours pas fini ! J’ai voulu développer ce projet ici car c’est une zone où se rendent seulement 3 % des touristes qui visitent le Pérou.
Le lodge se trouve à une heure de route et deux heures de bateau de la ville d’Iquitos. Les volontaires transportent le matériel nécessaire aux travaux.
J’ai commencé le projet d’écovillage solidaire seule avec des volontaires : des hommes du village de San Martin, ainsi que des gens venus du monde entier. Nous construisons nos cabanes grâce aux connaissances des habitants locaux qui nous tissent, par exemple, les feuilles destinées aux toitures. L’argent récolté pour le projet sert à rémunérer ces villageois : trouver du travail ici est difficile, ils doivent parfois s’éloigner de leurs familles. Quand ils travaillent avec nous, cela leur permet de rester à l’écovillage solidaire avec leurs proches. 

Coopération, volontariat et solidarité sont les normes à l’écovillage solidaire

Les enfants des villageois rencontrent des volontaires, avec lesquels ils font des activités.
Ce lieu est également un laboratoire pour des essais bios : nous testons par exemple un système de serre auto-suffisant. Nous faisons un mélange d’argile, d’eau, de sciure de bois ou de paille, appelé « adobe » que nous mettons dans des sacs et que nous empilons les uns sur les autres pour faire les fondations de la serre. C’est un système fréquemment utilisé en Colombie ou en Équateur, mais que je n’ai jamais vu au Pérou. Nous récupérons par ailleurs les eaux de pluies dans des réservoirs, par ruissellement, ce qui nous permet d’alimenter le potager. Notre serre conserve par ailleurs très bien la chaleur, sans avoir à utiliser de matériaux polluants. On souhaite aussi expérimenter une piscine naturelle où les plantes feront office de filtres.
Les voyageurs sont incités à participer aux travaux pour la création du lodge.
Nous pensons ce lieu comme un espace de bien-être pour les voyageurs. On y enseigne l’utilisation des plantes médicinales, l’observation des oiseaux ou des activités zen, comme le yoga. Mais surtout, on souhaite que cet endroit soit un vecteur de développement pour les populations locales. Dans l’idéal, on voudrait que ce lodge soit un centre d’apprentissage en développement durable pour les voyageurs, et de techniques durables pour la culture bio. 

PETITE PARENTHÈSE : JE VOUS GLISSE ICI UNE PETITE VIDÉO DE 2 AMIS QUI SONT EN TRAIN DE MONTER UN PROJET EXTRAORDINAIRE, JE VOUS REVIENS BIENTÔT  AVEC UN ARTICLE ENTIER QUI SERA CONSACRÉ À CE CONCEPT RÉ-VOLUTIONNAIRE !!! EN AVANT PREMIÈRE CE COURT VIDÉO :

Solidarité et implication environnementale 

Notre Observatrice explique qu’une partie des fonds récoltés par l’écovillage solidaire sont reversés aux populations d’une part, et à des associations de protection de la faune et de la flore péruvienne d’autre part. 
Si vous souhaitez la contacter pour visiter, aider ou faire un don, n’hésitez pas à visiter son site : www.intiecolodge.com , ou écrivez nous à observateurs@france24.com et nous leur transmettrons votre message !
Cette initiative fait partie du projet les Observateurs du climat. Retrouvez toutes les initiatives de lutte contre le réchauffement climatique et pour la protection de l’environnement repérés par nos Observateurs en cliquant ici !
Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron
Journaliste francophone 
Plus d’infos sur ce projet : https://mrmondialisation.org/un-eco-lodge-en-amazonie-au-profit-des-indigenes-lance-par-une-jeune-francaise/ 

email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir une info-lettre de Mon Carré De Sable ? OUI je le veux !